01/05/2010

La Terre Indigène Raposa Serra do Sol a fait la fête

Au Brésil, le 19 avril est la "Journée nationale de l'Indien". C'était la date retenue par les dirigeants du Conseil Indigène de Roraima (CIR) pour célébrer le 5e anniversaire de l'homologation de la Terre Indigène Raposa Serra do Sol*. Lula était présent à la fête organisée à Maturuca, une communauté indigène de la municipalité de Uiramutã dans l'État de Roraima, près de la frontière avec le Venezuela.

Dans son discours, le Président a rendu hommage à Jacir de Souza qui a lutté pendant plus de trente ans pour la démarcation de cette Terre Indigène. Il a rappelé les 21 leaders assassinés et l'esprit de lutte des peuples de Raposa Serra do Sol. Il a souligné comment, "... dans l'histoire, à aucun moment une nation indigène n'a envahi la terre d'un autre peuple. Au contraire, ce qui arrive normalement, ce sont les autres qui envahissent les terres indigènes pour se les approprier". Il a évoqué ses récentes décisions prises pour créer un Secrétariat de la Santé Indigène et restructurer la Fondation Nationale de l'Indien (FUNAI). Parlant des indiens : "Ils sont beaucoup plus finauds qu'on ne le pense. D'une main, ils me remettent un document pour me remercier et de l'autre ils me donnent vingt documents de revendications". Il s'est engagé à revenir en septembre prochain pour constater si les promesses faites lors de cette fête ont été tenues.

Selon les observateurs, cinq mille personnes ont participé à l'événement. Des Yanomami étaient présents. Leur organisation, "Hutukara Associaçõ Yanomami" - HAY, est membre du CIR.

* Voir AYA Info No 37

Pour en savoir plus (en portugais), une info avec des photos : http://www.socioambiental.org/nsa/detalhe?id=3070, et le discours de Lula : http://www.imprensa.planalto.gov.br/ > Discursos e Entrevistas > Discursos > 19/04/2010

Ce texte est tiré du bulletin "AYA Info" No 49, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

15:05 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.