10/09/2010

Enfant d'Avully, Silvio Cavuscens évoque la politique indigéniste du gouvernement brésilien - 2/6

Silvio insiste sur la nécessaire reconnaissance des particularités ethniques des peuples indigènes brésiliens. Dans le domaine de l'éducation et de la culture, cela passe par la mise en place de "Territoires ethno - éducationnels", avec une scolarisation qui commence dans la langue de chaque peuple, l'apprentissage du portugais intervenant dans un deuxième temps. Il s'agit d'une éducation véritablement différenciée. Cette reconnaissance des spécificités ethniques concerne également les politiques environnementale, économique et sociale du gouvernement. Silvio évoque le poids des intérêts anti-indigènes qui agissent dans le pays et les défauts d'une administration des affaires indigènes partagée entre divers ministères. Il parle également des conséquences néfastes d'un système d'aide sociale inadapté.

La vidéo ci-dessous, de 8' 41", est la deuxième séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français.

La première séquence de l'interview a été intégrée dans ce blog, dans la note du 3 septembre.

Silvio, indigéniste et sociologue d'origine suisse, est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

06:38 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.