22/09/2010

Silvio Cavuscens : La nécessaire formation des Yanomami - 4/6

Silvio parle des menaces qui pèsent sur les connaissances traditionnelles des peuples indigènes qui doivent être reconnues et protégées aux niveaux national et international. Notamment dans le domaine médical, il arrive que celles-ci fassent l'objet d'une appropriation par les entreprises pharmaceutiques. Le cas de l'Ayahuasca, une plante aux effets hallucinogènes, est l'un des plus connu de tentative d'appropriation. La reconnaissance des savoirs traditionnels est un défi pour les indiens.

Silvio est ensuite interrogé sur le travail de la SECOYA avec le peuple Yanomami. L'association a commencé ses activités en 1991 pour lutter contre une grave épidémie de tuberculose dans les villages de la région du rio Marauiá (dans l'État d'Amazonas). Elle a adopté des statuts en 1997. Elle développe maintenant plusieurs programmes dont l'objectif principal est d'aider les Yanomami à défendre leurs droits. Ces programmes, toujours liés aux savoirs traditionnels, touchent les domaines de l'éducation différenciée, de la santé et du développement durable.

La vidéo ci-dessous, de 8' 58", est la quatrième séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français. Les trois premières séquences de l'interview ont été intégrées dans les notes précédentes de ce blog.

Silvio, indigéniste et sociologue d'origine suisse, est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

14:49 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.