22/10/2010

Terres agricoles brésiliennes : les prix augmentent, l'emprise étrangère et la concentration inquiètent

Plebiscito limita de terra 09:10 marca 215x2000.jpgAu cours du mois de juin 2010, plusieurs quotidiens brésiliens ont publié des articles au sujet de l'augmentation du prix des terres agricoles du pays. Au premier bimestre de 2010, le prix des terres agricoles à l'hectare (ha) est en moyenne de 4'599 réais (R$), soit environ 2'670 US$. Cela représente une hausse de 3,9% par rapport à la même période de l'année précédente. Trois ans plus tôt, ce prix était de 3'432 R$/ha, soit une augmentation nominale de 34%, mais qui, déduite de l'inflation (18%), constitue un gain réel d'un peu plus de 5% par an.

Ce prix moyen est très variable selon les régions du Brésil. Il est le plus élevé dans le Sud, où il avoisine les 9'500 R$/ha. Il est le plus bas dans la région Nord à un peu plus de 1'400 R$/ha. Il peut également être orienté à la baisse à certaines périodes, par exemple quand les cours du soja se réduisent à la bourse de Chicago. L'agence AgraFNP de São Paulo relève que l'arrivée de capitaux étrangers a entraîné une forte augmentation des prix de la terre dans les nouvelles frontières agricoles des États du Maranhão, Tocantins Piauí et Bahia. Au cours de ces trois dernières années, dans certaines zones des deux États amazoniens de l'Amapá et du Mato Grosso, le prix a été multiplié par six.

L'emprise étrangère inquiète.

Au début du mois de juin, dans une série d'articles, Lúcio Vaz, un journaliste du "Correio Braziliense" en a décrit les principales caractéristiques : Dans 3'694 municipalités, ce sont au moins 43'000 km2 de terres agricoles qui sont en mains étrangères. Selon lui, ces données ne sont pas complètes puisque les indications contenues dans les registres du cadastre sont fournies par les propriétaires, sans autre contrôle. Selon les techniciens de l'Institut National de Colonisation et de la Réforme Agraire - INCRA, ce chiffre pourrait être cinq fois supérieur. Le 19 août dernier, l'Avocat Général de l'Union a transmis un rapport, signé par le Président Lula et publié au Journal Officiel de l'Union le 23 août, visant à contenir l'acquisition de terres par des étrangers. Il s'agit essentiellement de la déclaration obligatoire de la nationalité de l'acquéreur, d'un double plafonnement, en surface et en part du territoire de chaque commune, et de la limitation de l'usage des terres à des projets agricoles approuvés par le Ministère du Développement Agraire.

Le Mouvement des Travailleurs Sans Terre - MST a jugé ces mesures insuffisantes. Le Ministre du Développement agraire a récemment déclaré au quotidien "Valor Econômico" que le gouvernement allait formuler une "Proposition d'amendement constitutionnel - PEC" pour restreindre davantage l'achat de terres par des étrangers.

Un plébiscite pour la limitation de la taille des exploitations

Par ailleurs, les inégalités dans la distribution de la terre est historiquement très grande au Brésil. Les résultats du recensement agricole de 2006 en témoignent. L'indice de Gini, qui en illustre la réalité, a augmenté de quinze points en vingt ans. Il est passé de 0,857 en 1985, à 0,872 en 2006. Cette année-là, les exploitations agricoles de moins de 10 ha détenaient 2,36 % de la surface totale des terres agricoles, et celles de plus de 1'000 ha 44,4 %. Au début septembre, le "Forum National pour la Réforme Agraire et la justice dans la campagne - FNRA", qui regroupe plusieurs dizaines d'organisations et mouvements populaires, a organisé une campagne et un plébiscite pour demander la limitation de la taille des exploitations; cela dans une fourchette qui va de 175 ha à 3'500 ha selon les régions du pays. Les résultats de cette consultation populaire ont été publiés le 19 octobre. Plus d'un demi - million de citoyens de 23 États ont participé à cette consultation. À plus de 95 %, ils se sont déclarés favorables à la limitation de la taille des propriétés.

Pour en savoir plus (en portugais) :

  • Sur l'augmentation des prix :

http://economia.terra.com.br/noticias/noticia.aspx?idNoti... et http://economia.estadao.com.br/noticias/economia,terras-s... /

http://www.agu.gov.br/sistemas/site/templateimagemTextoTh... > Parecer AGU (2.32 MB) /

  • Sur le recensement agricole de 2006 :

http://www.ibge.gov.br/home/ > Economia > Censo Agropecuário > Resultados > Brasil, Grandes... > Comentários (pp. 107 et 109) /

(Cette note (mise à jour) a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 53, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2).

 

 

18:07 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

il est temps de compter tous les avoirs suisses versés depuis des décennies,pour sauver ce qui devait l'être ,du moins inscrit sur les fameux bulletins roses ou verts pour sauver l'environnement d'Amazonie,résultat des courses,c'est encore pire,comme disait je ne sais qui ,on s'occupe d'abord des siens et ensuite si tout va bien on donne de l'argent aux autres,la judéo-chrétienté a fait beaucoup de dégats aux porte-monnaies des travailleurs suisses leur générosité fut galvaudée,hélas!

Écrit par : line.bielmann | 23/10/2010

Les commentaires sont fermés.