29/10/2010

Deuxième tour des élections brésiliennes : Dilma favorite dans les sondages

L'importance du résultat obtenu au premier tour par Marina Silva (du Parti Vert), a montré la sensibilité d'une partie de l'électorat brésilien à l'égard des problèmes environnementaux. Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs - PT) et José Serra (Parti de la Social-Démocratie Brésilienne - PSDB), les deux candidats restés en lice pour le deuxième tour qui aura lieu ce 31 octobre, ont cherché à récupérer une partie au moins des vingt millions de suffrages du Parti Vert. Ce dernier leur a demandé de se positionner sur une plateforme, un "Agenda pour un Brésil Juste et soutenable". Une des propositions de ce texte est "La conclusion de la démarcation et de l'homologation des terres indigènes et la création d'un fonds pour appuyer les projets indigènes et des autres populations traditionnelles". Leur réponse a été publiée par le Parti Vert le 16 octobre : ils ne se sont pas exprimés sur cette proposition spécifique. Ce parti a tenu une Convention le 17 octobre au cours de laquelle il a décidé, par 88 voix contre 4, de rester "indépendant" et de ne pas soutenir particulièrement l'un ou l'autre candidat au deuxième tour. Il laisse la liberté de vote à ses adhérents, mais ceux-ci ne peuvent soutenir Dilma ou Serra au nom de leur parti.

Dans l'introduction du texte déposé au Tribunal Supérieur Fédéral comme étant sa "Proposition de gouvernement", Dilma relève le caractère provisoire de ce programme susceptible d'adaptation en fonction de la coalition des partis qui soutiennent sa candidature. Le 25 octobre, la coalition présenté un document dans lequel figurent treize engagements de gouvernement. Au point 5, à propos de l'éradication de la pauvreté absolue, il est question de "promouvoir l'égalité de droits et des opportunités pour les femmes, les noirs, populations indigènes..." Cette unique mention illustre comment la politique indigéniste est restée un thème mineur de la campagne.

Cette élection a été l'occasion d'une première. En effet, le 27 octobre, le Tribunal Suprême Fédéral a appliqué, pour la première fois, la loi "Ficha Limpa" (fiche propre) adoptée en juin dernier. Il a reconnu valable l'annulation, par le Tribunal Supérieur Électoral, de l'élection de Jader Barbalho, élu sénateur de l'État du Pará le 3 octobre dernier.

La position des candidats sur l'Amazonie, les indigènes et l'écologie, ne sont pas - et de loin - les seuls critères qui vont déterminer le vote des Brésiliens. La polémique survenue pendant la campagne autour du droit à l'avortement en est un exemple. Pèse également la forte aspiration de nombreux citoyens de voir se poursuivre l'amélioration de leurs conditions de vie; amélioration apportée par la politique du gouvernement Lula.

Le dernier sondage publié avant la diffusion de cette note, donne Dilma Rousseff - candidate soutenue par Lula - en tête des intentions de vote. Elle recueillerait 57% des votes valides.

Pour en savoir plus (en portugais) :

  • "L'Agenda pour un Brésil Juste et Soutenable" et la réponse des candidats :

http://www2.pv.org.br/noticia.kmf?noticia=10818635&ca...,

  • Les propositions de la coalition qui soutient la candidature de Dilma :

http://www.dilma13.com.br/noticias/entry/os-13-principais...

  • La décision du Tribunal Suprême Fédéral :

http://www.stf.jus.br/portal/cms/verNoticiaDetalhe.asp?id...

  • Le dernier sondage :

http://www.jb.com.br/eleicoes-2010/noticias/2010/10/28/ib...

 

Cette note (mise à jour) a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 54, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

10:24 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.