17/12/2010

La déforestation de l'Amazonie à son plus bas niveau depuis 23 ans

6'451 km2, c'est la surface de forêt amazonienne détruite entre août 2009 et juillet 2010, le chiffre le plus bas observé depuis 1988. Il s'agit d'une réduction de 13,6% par rapport au relevé de juillet 2009 (7'464 km2). Le résultat de cette évaluation de l'Institut National d'Enquêtes Spatiales - INPE, ne comprend pas les États de l'Amapá et de Roraima. Il devra être confirmé d'ici mars 2011. L'annonce en a été faite le 1er décembre à Brasilia par le président Lula.

Pour le gouvernement, les baisses successives du rythme de la déforestation de ces dernières années sont le résultat de l'application d'un ensemble de politiques publiques, dont le "Plan d'action pour la Préservation et le Contrôle de la Déforestation dans l'Amazonie légale" - PPCDAM, créé en mars 2004, sur la base d'un décret présidentiel du 3 juillet 2003.

La réduction de la déforestation n'est pas générale. Contrairement à ce qui s'est passé dans cinq autres États, les deux États de l'Acre et de l'Amazonas ont vu la surface de déforestation augmenter au cours de la période sous revue, passant respectivement de 167 à 273 km2, et de 405 à 474 km2 par rapport à la période précédente. Entre août 2009 et juillet 2010, les champions du déboisement sont les deux États du Pará et du Mato Grosso. Le premier a vu détruire 3'710 km2 de forêt (57,5% de la déforestation), et le deuxième 828 km2 (12,8%). Ils sont fidèles à la tradition. En effet, depuis 1988, leur part dans la déforestation de l'Amazonie légale a oscillé entre 60% en 1991, et 75% en 2004. À titre indicatif, ces deux États représentent environ 42% de la surface cette partie du Brésil. Selon Gilberto Câmara, le directeur de l'INPE, la part des coupes de moins de 50 hectares a fortement progressé entre 2002 et 2010, passant de 35% à 80%. Les auteurs de ces coupes "réduites" chercheraient à échapper à la vigilance des satellites d'observation.

Les statistiques diffusées par l'Institut permettent de situer le résultat qui vient d'être publié par rapport à ces trente dernières années. Entre 1977 et 1988, dans toute l'Amazonie légale, la moyenne annuelle de déforestation était de l'ordre de 21'000 km2. Dans les années 90, la plus faible surface détruite l'a été en 1991 : "seulement" 11'030 km2. Et la plus forte, en 1995, avec 29'059 km2. C'est le pic le plus élevé au cours de ces 23 ans. Les deux années 2003 et 2004 ont aussi connu une forte poussée de déforestation avec, respectivement, 25'396 et 27'772 km2. Mais depuis 2005, les chiffres sont régulièrement orientés à la baisse. Au cours des vingt-trois dernières années, c'est plus de 385'000 km2 de forêt qui ont disparu. Si l'on ajoute à ce chiffre l'estimation de 231'500 km2 de déforestation qui se serait produite depuis 1977, le total serait alors supérieur à 616'000 km2 pour ces trente-trois dernières années. Il est généralement admis que la forêt amazonienne a perdu environ 17% de sa surface initiale.

Pour en savoir plus (en portugais) :

Cette note sera publiée dans le bulletin "AYA Info" No 56, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

09:31 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Comment peut on détruire la foret amazonienne ??? elle est si magnifique... nous gâchons tout ce qui est beau!! je suis vraiment dégoûtée bientot il n'y aura plus rien de beau sur terre

Écrit par : skinnyloulou | 17/12/2010

et si on nous parlait des femmes stérilisées de force dans cette région aussi?hélas au nom des sciences dites humaines quellse sinistres comédies infligées à des populations dont le sort n'a plus rien à envier aux peuplades d'Amériques du Grand Nord!comme disent les Inuits,partout ou passent les hommes blancs ,la nature trépasse!On comprend le dégout des jeunes voyant leurs ainé afficher des conseils pour les autres et ne les appliquant jamais eux-mêmes!

Écrit par : lovsmeralda | 18/12/2010

Les commentaires sont fermés.