30/12/2010

Le nouveau Congrès brésilien

Le Congrès Brasilia images.jpegÀ l'extérieur du Brésil, les informations liées aux dernières élections brésiliennes des 3 et 31 octobre, ont surtout traité de l'élection présidentielle, alors que le corps électoral était appelé, en plus de la présidence de la république, à élire également les membres de la Chambre des députés, une partie du Sénat, les Gouverneurs et les membres des Assemblées législatives des vingt-six États et du District fédéral.

La rentrée parlementaire, pour la 54e législature, est fixée au 1er février 2011, mais tous les membres du Congrès sont déjà convoqués, à Brasilia le 1er janvier, pour la cérémonie d'entrée en fonction de la nouvelle présidence.

À la Chambre des Députés, les partis qui ont soutenu Dilma Rousseff, occuperont 311 des 513 sièges, dont 88 pour le Parti des Travailleurs - PT, celui de la présidente élue; c'est le groupe parlementaire le plus important. Il est suivi par le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien - PMDB, celui du vice-président Michel Temer, avec 79 députés. La coalition qui a soutenu José Serra a placé 136 députés. Ainsi, dans l'opposition, le Parti Social Démocrate Brésilien - PSDB, celui de Serra, sera représenté par 53 députés et le parti des Démocrates - DEM en a 43.

Au Sénat, la coalition de partis qui a soutenu Dilma sera représentée par 50 des 81 sénateurs dont 21 du PMDB et 14 du PT. La coalition qui a soutenu Serra en aura 24, dont 10 du PSDB et 6 du DEM. Selon l'Institut National d'Études Socioéconomiques - INESC, de Brasilia, la "Bancada ruralista", le groupe parlementaire qui est favorable à l'agrobusiness, a perdu 45% de ses représentants, mais il conserve son noyau le plus dur.

Comme Lula, Dilma devra composer avec les partis de sa coalition pour faire avancer ses projets au Congrès.

Des 27 gouverneurs élus, ou réélus, 16 appartiennent à la coalition qui a soutenu Dilma et 11 à celle qui a voté en faveur de Serra. Dans les États amazoniens, 4 gouverneurs appartiennent aux partis favorables au nouveau gouvernement et 5 sont dans l'opposition.

Ces données n'ont qu'une valeur indicative, les élus étant susceptibles de définir leur vote en fonction des sujets qui leur sont soumis.

Enfin, plusieurs médias ont rappelé comment, l'obligation pour les électeurs, de présenter au local de vote, en plus de la carte d'électeur, une pièce officielle avec photo pour justifier de leur identité, avait empêché de nombreux indiens de participer aux élections.

Pour en savoir plus (en portugais) :

Photo : l'immeuble du Congrès à Brasilia

Cette note (modifiée) a été publiée dans le bulletin AYA Info No 56, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

 

07:37 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.