18/02/2011

Une grave surmortalité parmi les indigènes du Javari

Foto SC:Vale do Javari A Padilha.jpgPeu avant Noël, le 23 décembre 2010, le Ministère public fédéral brésilien a signalé un rapport, publié par le Centre de Travail Indigéniste (CTI) de Brasilia, sur la gravité de la situation de la santé des peuples indigènes de la Vallée du Javari (1), une région située à l'ouest de l'État d'Amazonas. Selon le document (2), dans les onze dernières années (de 2000 à 2010), 325 décès ont été constatés en raison des déficiences du service de santé.

Ces décès représentent environ 8% d'une population déjà  peu nombreuse, estimée à près de 4'000 personnes, appartenant à plusieurs ethnies. Certains peuples sont davantage touchés que d'autres. Ainsi les Kanamary, les plus atteints, ont perdu 16% de leur population au cours de cette période.

En regard de l'âge, les victimes les plus nombreuses se comptent parmi les enfants de moins d'un an (46%), chez ceux  de 1 à 10 ans (18%) et parmi les jeunes de 11 à 25 ans (13%).

Plusieurs affections sont à l'origine de cette surmortalité; parmi elles, la tuberculose, les hépatites B et D, la gastroentérite, mais aussi la sous-nutrition.

Pour les auteurs du rapport, "Cette grave situation n'est pas la conséquence d'un manque de ressources financières. Elle découle de l'absence d'une équipe compétente pour travailler dans une aire de 80'000 km2, avec une extrême difficulté logistique et la pression d'intérêts locaux et régionaux". Maintes fois, les organisations indigènes ont attiré l'attention des autorités sur les déficiences du service de santé dans cette région (3).

Encore récemment, du 13 au 28 décembre, plusieurs dizaines d'indigènes ont occupé le siège du District Sanitaire Spécial  Indigène - DSEI, du Javari à Atalaia do Norte. Ils manifestaient ainsi leur mécontentement suite à la nomination de responsables du District qui n'avaient pas leur agrément, mais également en raison de la mauvaise gestion du service de santé dans les communautés indigènes (4). La nomination d'un coordinateur accepté par les leaders indigènes et l'envoi, par Brasilia, d'une délégation du nouveau Secrétariat Spécial de Santé Indigène - SESAI, ont débloqué la situation. Le 7 janvier, par la voix de son président, Jorge Oliveira Duarte, le Conseil de District de Santé Indigène - CONDISI (5), a fait connaître sa satisfaction au Secrétaire National du SESAI, M. Antônio Alves.

Le ministère de la santé a réagi, le 25 janvier, il a envoyé deux équipes médicales pour renforcer le personnel local (6). Le 31 janvier, une vingtaine de membres de l'Union des Peuples Indigènes de la Vallée du Javari - UNIVAJA, ont signé un manifeste (7) adressé au ministre de la santé, Alexandre Padilha. Dans ce document, ils expriment les désirs des peuples indigènes de la région en matière de santé : "Ce que nous voulons, c'est que le SESAI soit opérationnel pour un service de santé qui réponde aux réels besoins des peuples indigènes".

Il serait heureux que cette fois-ci, l'appel des organisations indigènes soit suivi d'effets.

*******

(1) La Terre Indigène de la Vallée du Javari a été démarquée en 2001, suite à une campagne dans laquelle Silvio Cavuscens a joué un rôle central. Elle a une superficie de 85'445 km2. Elle est située sur la rive droite du rio Javari, qui, sur une partie de son cours, fait frontière avec le Pérou. C'est le territoire de plusieurs peuples : Kanamary, Kulina, Marubo, Matis, Matsé (Mayoruna), de divers groupes encore isolés et ceux de récent contact comme les Korubo. Voir la carte ci-dessous.

(2) Pour accéder au rapport (en portugais) :

http://ccr6.pgr.mpf.gov.br/institucional/institucional/cl... > 04 Nos últimos 11 anos... > disponivel para download

(3) Voir "AYA Info" No 24

(4) Sur l'occupation du DSEI (en portugais) :  http://www.amazonia.org.br/noticias/noticia.cfm?id=374695

(5) Le CONDISI est un organe dit de "contrôle social", composé notamment des représentants des communautés et organisations indigènes. Il est chargé de fixer les tâches du DSEI et d'en contrôler la réalisation.

(6) L'envoi de personnel (en portugais) : http://portal.saude.gov.br/portal/saude/Gestor/visualizar...

(7) Pour accéder au Manifeste (en portugais) :

http://uniaocampocidadeefloresta.wordpress.com/2011/01/31...

• Photo © Silvio Cavuscens. Lors d'une précédente occupation du siège du DSEI d'Atalaia do Norte, en avril 2006, l'envoyé du Département de Santé Indigène à Brasilia, Alexandre Padilha (tout à droite), maintenant devenu Ministre de la Santé, est en discussion avec les leaders indigènes.

Une version réduite de cette note a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 57, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

Une carte pour situer la Terre Indigène Vale do Javari :

TI Vale do Javari:4.jpg

 

08:06 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

certains suisses vous dirait cher Monsieur ,les missionnaires ont été les premiers porteurs de gènes de maux occidentaux de contagions qui furent dispersées sur beaucoup de continents,docteur Schweitzer venait de naitre et les reporters comme notre Brand bien aimé firent connaitre des populations endormies soit,mais combien vivantes et qu'il eut mieux valu ne jamais faire connaitre aux occidentaux,même aux suisses qui dès les premières images surent qu'il y avait encore des continents à découvrir , on voit le résultat,même si les premiers hommes blancs avaient peut-être de bon sentiments à l'égard de ces peuplades n'ayant demandé aucune aide aux blancs suisses ou autres,nous sommes nombreux à regretter le temps ou Mondo Cane fut projeté,ce jour là ce cinéaste rempli d'admiration pour ces peuplades a peut-être dû aussi tout comme Einstein regretter son succés,qui sait,nombreux sommes -nous à nous dresser contre cette manipulation mentale faite à ces indigènes ,ils ne savaient ni lire ni écrire,donc faciles à endoctriner
bien à vous et bonne journée

Écrit par : lovsmeralda | 23/02/2011

Les commentaires sont fermés.