05/03/2011

Belo Monte* : "Lâcheté, irresponsabilité, comportement dictatorial"

Le mouvement "Xingu Vivo para Sempre" ne mâche pas ses mots pour qualifier la décision, prise avant-hier 3 mars, par le président du Tribunal Régional Fédéral 1 (TRF1), Olindo Menezes, de donner une suite favorable à un recours formé par l'Avocat Général de l'Union - AGU. Ce dernier a demandé  (et donc obtenu) l'annulation de la décision du 25 février de la justice fédérale de Belém, suspendant "l'autorisation partielle", délivrée le 26 janvier, par l'Institut Brésilien du Milieu Ambiant - IBAMA. Cette autorisation permet l'installation du chantier nécessaire à la construction du complexe hydroélectrique de Belo Monte sur le rio Xingu.

Contrairement au tribunal de Belém, Olindo Menezes est d'avis qu'il n'est pas nécessaire que toutes les mesures préalables, listées par l'IBAMA lui-même, soient réalisées avant l'ouverture du chantier.

Le mouvement "Xingu Vivo para Sempre" reproche au président du TRF1 d'avoir utilisé un instrument juridique datant de la dictature militaire pour justifier sa décision. Il reproche à une partie du gouvernement d'aller à l'encontre des personnes qui, en février dernier, lors d'une audience à la Présidence de la république, avaient promis le dialogue avec les représentants des peuples indigènes et riverains du rio Xingu.

* Voir sur ce blog, la note de hier 4 mars

Pour en savoir plus (en portugais) :

  • La décision du président du TRF1 :

http://www.agu.gov.br/sistemas/site/TemplateImagemTextoTh... > Documentos Relacionados  > Decisão

  • La prise de position du mouvement "Xingu Vivo para Sempre" :

http://www.xinguvivo.org.br/2011/03/03/covardia-irrespons...

  • Sur le contenu de l'entretien du 8 février dernier à la Présidence de la république (avec ci-dessous, en portugais, la  vidéo enregistrée lors de l'entrevue avec Rogério Sotilli) :

http://www.xinguvivo.org.br/2011/03/05/nota-o-que-vale-pa...

 

17:52 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Si vous regardez le monde attentivement, actuellement à chaque décision ou entreprise purement infondée ou contre nature, sans trop gratter on retrouve systématiquement la Suisse et ses banques ne sachant pas quoi faire de ses dizaines de milliers de milliards !

Comme il ne s'associe pas à des individus dans des projets à petite échelle sans réelles garanties étatiques, ils se lancent (les banquiers suisses) dans tous les projets dictatoriaux les plus fous, ainsi ils obtiennent les avals et les signatures des directions !

Quand aux victimes, cela ne les a pas empêchés non plus lors d'énormes contrats avec le 3ème reich !

Écrit par : Corto | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.