15/06/2012

Mobilisation à Iquitos contre l’extraction pétrolière*

Iquitos :Eau:Carte: 150612IMG.jpgLe 8 mai dernier, une large coalition d'organisations de la société civile de la ville d'Iquitos, située dans la région du Loreto, au cœur de l'Amazonie péruvienne, s'est rassemblée pour protester contre les activités exploratrices de la multinationale pétrolière américaine ConocoPhilips. Cette entreprise envisagerait de perforer plusieurs dizaines de puits dans les lots 123 et 129 qui se superposent avec la zone de conservation régionale du Haut Nanay (voir carte ci-contre).

Cette région, presque entièrement recouverte de forêt tropicale humide, est reconnue au niveau international pour sa richesse en biodiversité et assure l'alimentation en eau potable de la ville d'Iquitos (environ 500'000 habitants). Selon la "Déclaration d'Iquitos", émise par le Comité de Défense de l'Eau d'Iquitos, ConocoPhilips aurait déjà ouvert plus de 768 km de tranchées pour réaliser de la prospection sismique. La poursuite de ces activités pourrait affecter directement la qualité de l'eau et les stocks de poissons dont dépend la population d'Iquitos pour subvenir à ses besoins. Le Comité réclame de la part du Gouvernement régional une position plus claire sur l'exploitation du pétrole dans cette région, davantage d'informations concernant les activités futures de la multinationale et le respect de l'ordonnance régionale qui définit d'intérêt public régional la protection des têtes de bassin versant.

Cette manifestation s'inscrit dans un contexte général de mobilisation de la société civile péruvienne pour protester contre les impacts environnementaux des mégaprojets d'extraction de ressources naturelles. Le cas de l'exploitation du cuivre par la multinationale suisse Xstrata dans les Andes, dans la province d'Espinar, est un autre exemple révélateur. Le 28 mai dernier, des affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants dénonçant les impacts environnementaux de cette exploitation ont causé la mort de deux manifestants. Le président péruvien a décrété l'état d'urgence - pour trente jours - dans la province.

Durant une conférence de presse, le 8 juin dernier, l'ex-parlementaire Verónica Mendoza a présenté les résultats d'une étude du Ministère péruvien de la santé qui attestent de cas de pollutions de l'eau au mercure et à l'arsenic dans la province, à proximité d'un site exploité par Xstrata.

Cette étude légitime ainsi les revendications des manifestants, même si le lien entre les activités d'extraction et ces pollutions doit encore être démontré.

***

* Cette note a été rédigée par Aurélien Stoll qui coopère avec les organisations indigènes de cette partie du Pérou. Voir, sur ce blog, la note du 20 janvier 2012 et "AYA Info" No 67

Pour en savoir plus,

- En espagnol :

- La Déclaration d'Iquitos : http://www.defensaindigena.org.pe/web/index.php?option=co...

- Sur la mobilisation à Iquitos, un article du "Programme de Défense des droits Indigènes" : http://www.defensaindigena.org.pe/web/index.php?option=co...

- En anglais,

- Un article de l'ONG "Alianza Arkana" sur la mobilisation d'Iquitos : http://alianzaarkana.org/blog/entry/a-river-of-trouble-fo...

- Un article de l'ONG "Amazon Watch" sur les actions entreprises aux Etats-Unis : http://amazonwatch.org/news/2012/0509-conoco-drilling-thr...

- Sur la situation à Espinar,

- En espagnol : http://www.diariolaprimeraperu.com/online/politica/si-hub...

- En français,

- Sur la pollution dans la province d'Espinar : http://www.france24.com/fr/20120530-perou-mine-tintaya-es...

Une version réduite de cette note a été publiée dans "AYA Info" No 72, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

Les commentaires sont fermés.