29/08/2016

Rio Tapajós : Les Munduruku gagnent une bataille

Région Rio Tapajós V4:1 - copie.jpgLe 5 août, l'Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables – IBAMA a classé le processus d'autorisation de construction de l'usine hydroélectrique de São Luiz du Tapajós. Un barrage projeté en amont de la localité d'Itaituba, dans l'État du Pará, d'une puissance prévue de 8'000 MW inondant une aire de 729 km2 (Lac Léman 581 km2).

Les premiers opposants à la réalisation de cet ouvrage ont été les Indiens Munduruku, le barrage allant inonder une partie de leur cadre de vie en particulier la Terre Indigène – TI Sawré Muybu. Dès janvier 1988, ils ont manifesté leur préoccupation en raison des relevés topographiques réalisés sur leurs terres, en lien avec l'éventualité de construction de trois barrages dans le Haut Tapajós. Plus tard, la menace s'est précisée avec l'inscription du barrage dans le Programme d'Accélération de la Croissance – PAC. En juin 2013, leur opposition s'est concrétisée quand ils ont expulsé de la Terre Indigène Munduruku des techniciens chargés de réaliser une étude environnementale, en prévision de la construction de l'ouvrage. Elle s'est encore manifestée dans d'autres occasions*. Au niveau international, en juin 2015, un leader Munduruku était à Genève**, au Conseil des Droits de l'homme pour dénoncer le non respect, par le gouvernement brésilien, des droits des peuples autochtones en matière de consultation préalable. Toujours au niveau international, Greenpeace a fait campagne pour faire connaître la revendication des Munduruku.

Le Ministère public de l'État du Para a organisé des rencontres à Santarém et Itaituba pour informer la population sur les enjeux de ces projets de barrages dans le bassin du rio Tapajós. De son côté, en juin dernier, la Fondation Nationale de l'Indien - FUNAI a rappelé à l'IBAMA les obstacles légaux et constitutionnels qui empêchent la construction de l'ouvrage, notamment le déplacement permanent de groupes indigènes de leurs terres.

Selon l'Institut Socioambiental, ce recul des autorités ne s'explique pas seulement par l'opposition qui s'est manifestée, mais aussi par d'autres facteurs comme les problèmes de corruption et le processus – en cours - de destitution de Dilma Rousseff partisane des mega-usines électriques. La crise économique qui sévit dans le pays oblige à réduire les investissements publics. Pour d'autres, le renoncement à cet ouvrage n'est que provisoire.

                                                                    ***

* Voir sur ce Blog, les notes des 16 novembre 2012, 31 mai, 10 et 19 août 2013, 21 mars 2014 et 24 mars 2015

** Voir sur ce blog, la note du 7 août 2015

Carte : Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

- Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 111, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

 

 

 

 

 

 

10:00 Publié dans Amazonie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.