07/06/2018

En Colombie, le barrage Hidroituango menace de céder

Colombie, Colombia, Bajo Cauca, Antioquia, río Cauca, rio Magdalena, Hidroituango,  Empresas Públicas de Medellín, Entreprises publiques de Medellín, Rios Vivos, Mouvement pour la Coopération Internationale, MCI, Organisation Indigène d’Antioquia, OIA, Organización Indígena de Antioquia, Belo Monte, Brasil, BrésilLe plus grand barrage de Colombie menace de céder sous l’effet d’intempéries qui ont affecté ces derniers temps la région du Bajo Cauca, dans le département d’Antioquia. Ce barrage de plus de 225 mètres de haut est encore en cours de construction sur le río Cauca, le principal affluent du fleuve Magdalena. Il doit assurer la production de 17% de l’électricité consommée en Colombie et son coût est estimé à 3,5 milliard d’euros. En raison de fortes pluies et de difficultés à évacuer le surplus d’eau en aval du barrage, des phénomènes d’érosion et d’inondation ont commencé à affecter les zones riveraines et le niveau d’eau ne cesse de monter. Pour tenter d’y faire face, des centaines d’ouvriers travaillent jour et nuit pour élever la hauteur de la digue principale à plus de 410 mètres. Aux dernières nouvelles, c’est l’effondrement de l’ensemble de la structure qui est redoutée. À ce stade, 113'000 personnes sont menacées et 25'000 ont déjà été évacuées. Les images visibles sur la vidéo de francetvinfo sont saisissantes et parlent d’elles-mêmes.

Selon des experts, cette situation pourrait être liée à des erreurs de conception et de planification, ainsi qu'à une volonté de réduire les coûts de construction du barrage. Les pratiques du groupe EPM, (Entreprises Publiques de Medellin), en charge de la construction, font l’objet de vives critiques, notamment de la part des militants de l’organisation écologiste Ríos Vivos (Rivières vivantes) qui pointent du doigt la responsabilité du groupe dans la crise actuelle.

À Genève, le Mouvement pour la Coopération Internationale, MCI, une association genevoise active dans le domaine de la solidarité internationale, a été alerté sur l’existence de cette situation par l’intermédiaire de l’Organisation Indigène d’Antioquia, l’OIA, son partenaire en Colombie dans le cadre d’un projet d’éducation de base de jeunes et adultes indigènes, notamment dans la région du Bajo Cauca. Les membres de l’OIA sont particulièrement préoccupés par cette situation qui menace un grand nombre de communautés. Par le passé, l’OIA s’était mobilisée contre la construction de ce barrage et avait tenté d’alerter sur les conséquences que ce barrage pourrait entrainer sur la nature et les communautés locales. A l’époque, elle n’avait pas été entendue. Dans une récente prise de position, l’organisation lance un nouvel appel au respect des droits de l’homme et de la nature et au démontage du barrage.

Cette situation ne va pas sans rappeler le cas de la construction du méga-barrage de Belo Monte, en Amazonie brésilienne, qui fait également l’objet de nombreuses critiques de la part des organisations de défense des droits indigènes et de l’environnement. Reste à espérer que la situation du barrage Hidroituango ne dégénère pas et qu’elle puisse servir de leçon dans l’évaluation d’autres méga-projets d’ouvrages hydroélectriques.

Important : Cette note a été rédigée par Aurélien Stoll, Secrétaire général du Mouvement pour la Coopération Internationale.

Photo : © OIA : Le rio Cauca crie liberté !

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 122, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

Les commentaires sont fermés.