• Brasilia : 1ère Marche des femmes indigènes

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, APIB, Articulação dos Povos Indígenas do Brasil, Jair Bolsonaro, Sílvia Nobre Waiãpi, MP No 890/2019, Médicos pelo Brasil, SESAI, Secretaria Especial de Saúde Indígena, Agência para o Desenvolvimento da Atenção Primária à Saúde, ADAPS, Luiz Henrique Mandetta, Câmara dos Deputados, Acampamento Terra Livre, Marcha das Mulheres IndígenasElles ont tenu parole ! Le rendez-vous a eu lieu du 9 au 14 août à Brasilia pour la « 1ère Marche des Femmes Indigènes ». Elles étaient plus de 2000 venant de 130 peuples de tout le Brésil. Cette manifestation avait été décidée lors du « Campement Terre libre » d’avril* dernier. La date – le 9 août - pour commencer le rassemblement ne doit rien au hasard – c’est celle choisie en 1994 par l’Assemblée générale des Nations Unies pour être la « Journée Internationale des populations autochtones ».

    Sur le thème : « Territoire : notre corps, notre esprit », elles ont affirmé leur volonté et leur capacité à défendre les droits humains des peuples autochtones mis en danger par le gouvernement Bolsonaro.

    La détérioration du service de santé indigène assuré par le Secrétariat Spécial de Santé Indigène – SESAI est certainement l’un des problèmes qui les préoccupent le plus. Elles l’ont fait savoir, le 12 août, en allant manifester dans les locaux mêmes du Service. Elles reprochent à sa responsable, Sílvia Nobre Waiãpi, une militaire d’origine indigène, de ne pas empêcher l’affaiblissement de l’institution et de ne pas les représenter. Elles demandent sa démission. Elles contestent la Mesure Provisoire No 890/2019 qui institue le « Programme Médecins pour le Brésil » et crée une « Agence pour le Développement du Service Primaire de la Santé - ADAPS ». Elles reprochent au gouvernement de ne pas avoir consulté les peuples indigènes à ce sujet. Surtout, elles considèrent que c’est une manière de privatiser le service de santé indigène. Le 13 août, lors d’une rencontre avec le Ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, et Sílvia Nobre, elles ont eu l’occasion d’exposer leurs revendications. Elles leur ont remis un manifeste les résumant. Il y a eu d’autres rencontres dans le cadre de cette Marche, dont un séminaire à la Chambre des Députés sur le thème « Femmes indigènes et droits sociaux. »

    Le document publié au terme de cette 1ère Marche résume le point de vue et les revendications particulières des femmes indigènes : « …  Lutter pour nos droits territoriaux, c’est lutter pour notre droit à la vie. La vie et le territoire sont semblables...  Quand nous nous inquiétons de nos territoires nous garantissons le bien de toute la planète parce que nous nous préoccupons des forêts, de l’air, des eaux et des sols. La plus grande partie de la biodiversité est sous la surveillance des peuples indigènes. Ainsi nous contribuons à maintenir la vie sur Terre… »  Le document énumère quatorze revendications touchant différents domaines : santé, éducation, droits territoriaux, etc. L’ultime phrase est un engagement : « Nous serons toujours engagées pour la défense de nos peuples et de la Mère Terre ! »

    *Voir sur ce blog la note du 29 avril 2019.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 128, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • La FUNAI a un nouveau président !

    Imprimer

    Le 18 juillet, le commissaire de Police Fédérale Marcelo Augusto Xavier da Silva a été nommé à la tête de la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI. Il en est le 43e président depuis la création de l’institution en décembre 1967. Mais, depuis janvier 2019, il en est le quatrième responsable. En effet, Wallace Moreira Bastos a occupé le poste d’avril 2018 à janvier 2019, alors remplacé par Franklimberg Ribeiro de Freitas démis de sa fonction en juin dernier*. Puis, Fernando Maurício Duarte Melo a assuré un mois d’intérim. Un tel turnover n’est arrivé qu’en 1985.

    À l’occasion de la prise de fonction du nouveau président, le service de communication de l’institution rappelle que celui-ci a déjà travaillé à la FUNAI pendant quelques mois comme Auditeur entre 2017 et 2018. Il donne également quelques indications sur sa formation : technicien en agro-élevage ; bachelier en Droit et post-gradué en Sciences criminelles. Il résume en quelques lignes le sens dans lequel le président entend travailler : « La Funai est un organe au service des indigènes. Notre objectif sera d’améliorer leurs conditions de vie et de leur donner plus d’autonomie. Le modèle appliqué jusqu’à présent n’était pas efficace… Selon la législation, nous devons garantir la dignité des peuples indigènes et améliorer une meilleure utilisation des ressources publiques. » C’est dans la presse que l’on trouve plus de détails sur son parcours. Un article de BBC News du 25 juillet montre sa proximité, déjà ancienne, avec le lobby de l’agrobusiness. Pour l’Institut Socio-environnemental – ISA, « La nomination du commissaire à la présidence de la Funai fait partie du plan de Bolsonaro pour avoir le contrôle total de de l’organe indigéniste aux ruralistes et, ainsi, réaliser son engagement de campagne de paralyser et de revoir les démarcations des Terres Indigènes ».

    La première situation de crise que Marcelo Xavier est appelé à traiter concerne la mort violente, le 22 juillet, du leader indigène Emyra Wajãpi de la Terre Indigène Wajãpi, dans l’État de l’Amapá dans le nord-est du pays. Dès le 28 juillet, le Conseil des Villages Wajãpi – APINA a donné diverses informations faisant état d’une invasion de non indiens qui seraient les auteurs de cet acte. Le Conseil a demandé l’intervention des forces de sécurité et de la FUNAI. Une enquête est en cours. Cet incident a suscité une vive émotion au Brésil et à l’étranger. Une affaire à suivre…

    Toujours concernant le rôle de la Fondation, le Président Bolsonaro, dans une Mesure Provisoire du 18 juin a, pour la deuxième fois, enlevé à la FUNAI le soin d’identifier, de délimiter et démarquer les Terres Indigènes - TI. Dans une décision du 1er août, le Tribunal Suprême Fédéral a jugé cette mesure non conforme à la Constitution. La démarcation des TI reste une tâche de la FUNAI. Pour rappel, c’est le Président de la République qui signe le décret d’homologation d’une TI ! Jair Bolsonaro a manifesté son intention de ne plus en démarquer malgré que celles-ci soient reconnues comme biens de l’Union.

                                                                                       ***

    *Voir sur ce blog, les notes des 18 juin 2019, 25 mars 2019, 30 janvier 2019,  12 janvier 2019, 15 juin 2018, 2 juin et 13 octobre 2017

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 128, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2