11/11/2010

Le chaman Davi Kopenawa : "La chute du ciel" menace !

La Chute du ciel 44954444c97bf0c067f5.jpg"Même si les Blancs sont persuadés qu'il s'agit de mensonges, les xapiri(1) et l'image d'Omama(2) le leur répètent aussi : "Si vous détruisez la forêt, le ciel se brisera à nouveau et il tombera sur la terre !" C'est le cri d'alarme - en forme de message prophétique - lancé par le chaman Yanomami Davi Kopenawa dans un livre publié le 30 septembre, dans la collection "Terre Humaine", aux éditions Plon (Paris).

L'anthropologue Bruce Albert, ami de Davi. est cosignataire de l'ouvrage. Il a traduit sur des "peaux de papier", avec de nombreuses explications à l'appui, le message que veut transmettre le chaman aux Blancs. Davi retrace sa vie, son contact avec les Blancs; sa fonction de chaman et son combat en faveur de son peuple et de la forêt amazonienne en bute à l'action prédatrice du "Peuple de la marchandise". Ce livre est une très  riche ouverture sur une culture en danger incarnée et racontée par Davi lui-même.

L'ouvrage est divisé en trois parties de huit chapitres chacune. Il est complété par des cartes, dessins (de Davi), deux glossaires, deux index et une bibliographie. Un livre qui fera date.

Par ailleurs, l'association regroupant les Yanomami de l'État de Roraima, l'Hutukara Associação Yanomami - HAY, a tenu son assemblée générale du 1er au 7 novembre. L'ordre du jour de la rencontre, un article et quelques photos sont en ligne sur le site Internet de l'association (3).

(1) Les esprits chamaniques (prononcer : chapiri).

(2) Le créateur.

(3) Le site Internet de l'HAY (en portugais) : http://www.hutukara.org

Pour en savoir plus (en français) :

  • Les références du livre : "La chute du Ciel - Paroles d'un chaman yanomami". Auteurs : Davi Kopenawa et Bruce Albert. Collection "Terre Humaine" éditions Plon (Paris). 825 p. - 28 Euros - ISBN Plon : 978-2-259-21068-3 - ISSN : 0492-7915
  • Une interview de Davi par Raymond Depardon dans le quotidien français "Libération" : http://voyages.liberation.fr/grandes-destinations/depardo...

Cette note (mise à jour) a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 54, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

07:46 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

01/11/2010

Brésil : Dilma l'emporte aussi en Amazonie

Les citoyens brésiliens ont choisi. Ils ont élu à la présidence de la république, Dilma Rousseff, la dauphine le Lula et candidate du Parti des Travailleurs - PT. Elle l'emporte avec plus de 56% des 99,3 millions de votes valides. Elle arrive en tête dans quinze États de l'Union et dans le District fédéral.

Pour la première fois de son histoire, le Brésil sera dirigé par une femme.

José Serra, du Parti Social-Démocrate - PSDB, a été crédité de 44% des votes. Il arrive en tête dans onze États. Il a aussi été le favori des 80'000 électeurs brésiliens de l'étranger auprès desquels il a recueilli 59% des suffrages. Le taux d'abstention à l'extérieur du Brésil a  été particulièrement élevé : 57%.

Il est un peu tôt pour savoir sur lequel des deux candidats restés en lice, les près de 20 millions d'électeurs de Marina Silva du premier tour ont reporté leur voix. Entre le premier et le deuxième tour, Dilma a vu le nombre de ses électeurs passer de 47,6 à 55,7 millions, soit une progression de l'ordre de 17%. Et Serra de 33,1 à 43,7 millions de suffrages, soit une augmentation de près de 32%. Ces données tendent à montrer que ce dernier a davantage séduit l'électorat de Marina Silva du Parti Vert. Celui-ci avait décidé de rester "indépendant" pour le deuxième tour.

Comme au premier tour, Dilma l'a emporté en Amazonie légale* avec 62% des 11,4 millions des votes valides dénombrés dans cette région. Elle arrive en tête dans cinq États. En pourcentage, elle fait même deux de ses meilleurs scores nationaux dans les États de l'Amazonas et du Maranhão, où elle a obtenu respectivement 80% et 79% des voix. Dans cette partie du Brésil, Serra recueille 38% des voix. Il est le premier classé dans quatre États. En pourcentage toujours, il fait ses meilleurs résultats nationaux dans les deux États d'Acre et de Roraima avec 69% et  66,5% des suffrages. La coalition qui a soutenu sa candidature intègre plus particulièrement les tenants de l'agrobusiness et les opposants aux droits des indigènes.

Ce clivage politique très marqué au sein de l'Amazonie légale, ne reflète qu'en partie les divergences relatives au type développement économique de la région voulu par les deux coalitions de partis en lutte pour la présidence. Une autre vision du développement est exprimée par les organisations indigènes. Ainsi, le 29 octobre, avant même le deuxième tour, l'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil - APIB, a remis une lettre ouverte aux deux présidentiables dans laquelle elle énumère une dizaine de mesures qu'elle voudrait voir être mises en œuvre par le prochain gouvernement. Dans l'introduction, elle conteste "... un type de développement marqué par le rêve de la croissance illimitée basée sur la destruction de la Mère Nature". Dans ce texte, elle demande notamment, de renoncer à la construction du complexe hydroélectrique de Belo Monte, situé au cœur de l'Amazonie. Ce projet est soutenu de longue date par Lula et la nouvelle élue...

Pour en savoir plus (en portugais) :

• Le résultat des élections : http://divulgacao.tse.gov.br/ et http://apuracao.ebc.com.br/

• Le document de l'APIB : http://blogapib.blogspot.com/2010/10/carta-publica-aos-pr...

* L'Amazonie légale est composée de huit États : Acre, Amapá, Amazonas, Mato Grosso, Pará, Rondônia, Roraima et d'une partie du Maranhão. Elle a une superficie de 5,2 millions de km2 qui correspond à environ 61% du territoire brésilien. Elle est habitée par environ 12,5% de la population brésilienne. Dans cette statistique électorale, l'État du Maranhão a été pris dans sa globalité.

Cette note sera reprise dans le bulletin (à paraître) "AYA Info" No 55, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

14:44 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/10/2010

Deuxième tour des élections brésiliennes : Dilma favorite dans les sondages

L'importance du résultat obtenu au premier tour par Marina Silva (du Parti Vert), a montré la sensibilité d'une partie de l'électorat brésilien à l'égard des problèmes environnementaux. Dilma Rousseff (Parti des Travailleurs - PT) et José Serra (Parti de la Social-Démocratie Brésilienne - PSDB), les deux candidats restés en lice pour le deuxième tour qui aura lieu ce 31 octobre, ont cherché à récupérer une partie au moins des vingt millions de suffrages du Parti Vert. Ce dernier leur a demandé de se positionner sur une plateforme, un "Agenda pour un Brésil Juste et soutenable". Une des propositions de ce texte est "La conclusion de la démarcation et de l'homologation des terres indigènes et la création d'un fonds pour appuyer les projets indigènes et des autres populations traditionnelles". Leur réponse a été publiée par le Parti Vert le 16 octobre : ils ne se sont pas exprimés sur cette proposition spécifique. Ce parti a tenu une Convention le 17 octobre au cours de laquelle il a décidé, par 88 voix contre 4, de rester "indépendant" et de ne pas soutenir particulièrement l'un ou l'autre candidat au deuxième tour. Il laisse la liberté de vote à ses adhérents, mais ceux-ci ne peuvent soutenir Dilma ou Serra au nom de leur parti.

Dans l'introduction du texte déposé au Tribunal Supérieur Fédéral comme étant sa "Proposition de gouvernement", Dilma relève le caractère provisoire de ce programme susceptible d'adaptation en fonction de la coalition des partis qui soutiennent sa candidature. Le 25 octobre, la coalition présenté un document dans lequel figurent treize engagements de gouvernement. Au point 5, à propos de l'éradication de la pauvreté absolue, il est question de "promouvoir l'égalité de droits et des opportunités pour les femmes, les noirs, populations indigènes..." Cette unique mention illustre comment la politique indigéniste est restée un thème mineur de la campagne.

Cette élection a été l'occasion d'une première. En effet, le 27 octobre, le Tribunal Suprême Fédéral a appliqué, pour la première fois, la loi "Ficha Limpa" (fiche propre) adoptée en juin dernier. Il a reconnu valable l'annulation, par le Tribunal Supérieur Électoral, de l'élection de Jader Barbalho, élu sénateur de l'État du Pará le 3 octobre dernier.

La position des candidats sur l'Amazonie, les indigènes et l'écologie, ne sont pas - et de loin - les seuls critères qui vont déterminer le vote des Brésiliens. La polémique survenue pendant la campagne autour du droit à l'avortement en est un exemple. Pèse également la forte aspiration de nombreux citoyens de voir se poursuivre l'amélioration de leurs conditions de vie; amélioration apportée par la politique du gouvernement Lula.

Le dernier sondage publié avant la diffusion de cette note, donne Dilma Rousseff - candidate soutenue par Lula - en tête des intentions de vote. Elle recueillerait 57% des votes valides.

Pour en savoir plus (en portugais) :

  • "L'Agenda pour un Brésil Juste et Soutenable" et la réponse des candidats :

http://www2.pv.org.br/noticia.kmf?noticia=10818635&ca...,

  • Les propositions de la coalition qui soutient la candidature de Dilma :

http://www.dilma13.com.br/noticias/entry/os-13-principais...

  • La décision du Tribunal Suprême Fédéral :

http://www.stf.jus.br/portal/cms/verNoticiaDetalhe.asp?id...

  • Le dernier sondage :

http://www.jb.com.br/eleicoes-2010/noticias/2010/10/28/ib...

 

Cette note (mise à jour) a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 54, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

 

10:24 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/10/2010

Terres agricoles brésiliennes : les prix augmentent, l'emprise étrangère et la concentration inquiètent

Plebiscito limita de terra 09:10 marca 215x2000.jpgAu cours du mois de juin 2010, plusieurs quotidiens brésiliens ont publié des articles au sujet de l'augmentation du prix des terres agricoles du pays. Au premier bimestre de 2010, le prix des terres agricoles à l'hectare (ha) est en moyenne de 4'599 réais (R$), soit environ 2'670 US$. Cela représente une hausse de 3,9% par rapport à la même période de l'année précédente. Trois ans plus tôt, ce prix était de 3'432 R$/ha, soit une augmentation nominale de 34%, mais qui, déduite de l'inflation (18%), constitue un gain réel d'un peu plus de 5% par an.

Ce prix moyen est très variable selon les régions du Brésil. Il est le plus élevé dans le Sud, où il avoisine les 9'500 R$/ha. Il est le plus bas dans la région Nord à un peu plus de 1'400 R$/ha. Il peut également être orienté à la baisse à certaines périodes, par exemple quand les cours du soja se réduisent à la bourse de Chicago. L'agence AgraFNP de São Paulo relève que l'arrivée de capitaux étrangers a entraîné une forte augmentation des prix de la terre dans les nouvelles frontières agricoles des États du Maranhão, Tocantins Piauí et Bahia. Au cours de ces trois dernières années, dans certaines zones des deux États amazoniens de l'Amapá et du Mato Grosso, le prix a été multiplié par six.

L'emprise étrangère inquiète.

Au début du mois de juin, dans une série d'articles, Lúcio Vaz, un journaliste du "Correio Braziliense" en a décrit les principales caractéristiques : Dans 3'694 municipalités, ce sont au moins 43'000 km2 de terres agricoles qui sont en mains étrangères. Selon lui, ces données ne sont pas complètes puisque les indications contenues dans les registres du cadastre sont fournies par les propriétaires, sans autre contrôle. Selon les techniciens de l'Institut National de Colonisation et de la Réforme Agraire - INCRA, ce chiffre pourrait être cinq fois supérieur. Le 19 août dernier, l'Avocat Général de l'Union a transmis un rapport, signé par le Président Lula et publié au Journal Officiel de l'Union le 23 août, visant à contenir l'acquisition de terres par des étrangers. Il s'agit essentiellement de la déclaration obligatoire de la nationalité de l'acquéreur, d'un double plafonnement, en surface et en part du territoire de chaque commune, et de la limitation de l'usage des terres à des projets agricoles approuvés par le Ministère du Développement Agraire.

Le Mouvement des Travailleurs Sans Terre - MST a jugé ces mesures insuffisantes. Le Ministre du Développement agraire a récemment déclaré au quotidien "Valor Econômico" que le gouvernement allait formuler une "Proposition d'amendement constitutionnel - PEC" pour restreindre davantage l'achat de terres par des étrangers.

Un plébiscite pour la limitation de la taille des exploitations

Par ailleurs, les inégalités dans la distribution de la terre est historiquement très grande au Brésil. Les résultats du recensement agricole de 2006 en témoignent. L'indice de Gini, qui en illustre la réalité, a augmenté de quinze points en vingt ans. Il est passé de 0,857 en 1985, à 0,872 en 2006. Cette année-là, les exploitations agricoles de moins de 10 ha détenaient 2,36 % de la surface totale des terres agricoles, et celles de plus de 1'000 ha 44,4 %. Au début septembre, le "Forum National pour la Réforme Agraire et la justice dans la campagne - FNRA", qui regroupe plusieurs dizaines d'organisations et mouvements populaires, a organisé une campagne et un plébiscite pour demander la limitation de la taille des exploitations; cela dans une fourchette qui va de 175 ha à 3'500 ha selon les régions du pays. Les résultats de cette consultation populaire ont été publiés le 19 octobre. Plus d'un demi - million de citoyens de 23 États ont participé à cette consultation. À plus de 95 %, ils se sont déclarés favorables à la limitation de la taille des propriétés.

Pour en savoir plus (en portugais) :

  • Sur l'augmentation des prix :

http://economia.terra.com.br/noticias/noticia.aspx?idNoti... et http://economia.estadao.com.br/noticias/economia,terras-s... /

http://www.agu.gov.br/sistemas/site/templateimagemTextoTh... > Parecer AGU (2.32 MB) /

  • Sur le recensement agricole de 2006 :

http://www.ibge.gov.br/home/ > Economia > Censo Agropecuário > Resultados > Brasil, Grandes... > Comentários (pp. 107 et 109) /

(Cette note (mise à jour) a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 53, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2).

 

 

18:07 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

20/10/2010

Vers un "Territoire Ethno-Educationnel" pour les Yanomami et Ye'kuana

Secoya Dans une classe Yanamami.jpgLes 30 et 31 août à Boa Vista, la capitale de l'État de Roraima, une soixantaine de leaders Yanomami et Ye'kuana, de quarante régions de la Terre Indigène Yanomami*, étaient réunis avec les représentants du Ministère de l'Éducation - MEC, de la Fondation Nationale de l'Indien - FUNAI, et de plusieurs ONG. La rencontre avait pour objet la création d'un "Territoire Ethno-éducationnel Yanomami et Ye'kuana".

Le représentant du MEC, Gersem Baniwa, a relevé la nécessité  de définir une stratégie pour élaborer, avant la fin de l'année, un diagnostic de l'éducation scolaire indigène. Les dirigeants indigènes ont évoqué plusieurs obstacles qui empêchent le bon fonctionnement de l'éducation scolaire dans l'aire Yanomami, par exemple l'accès difficile de certaines zones, qui ne peuvent être atteintes que par avion. Une Commission a été constituée pour élaborer le diagnostic avant le début novembre.

Les "Territoires ethno-éducationnels" ont été créés par un décret présidentiel du 27 mai 2009. Selon ce décret, "L'éducation scolaire indigène sera organisée avec la participation des peuples indigènes, selon leur territoire, en respectant leurs besoins et spécificités". Le "Service et Coopération avec le peuple Yanomami" - SECOYA, que soutient l'association AYA, a participé à cette réunion.

Photo : Dans une école de l'aire Yanomami - © Secoya

Voir "AYA Info" Nos 34, 44 et 50 accessibles sur le site : http://www.terrabrasilis.ch

Pour en savoir plus (en portugais) :

* La Terre Indigène Yanomami est située dans les deux États de l'Amazonas et de Roraima dans le nord du Brésil. Elle a été démarquée (protégée) en 1992. Elle a une superficie de 96'649 km2. On y compte près de 16'000 indiens des deux ethnies Yanomami et Ye'kuana.

(Cette note a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 53, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2)

 

08:24 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

09/10/2010

Barrage de Belo Monte : l'opposition ne désame pas

CIMI 26:08:10 manif Belo Monte.jpgL'opposition à la construction du barrage Belo Monte sur le Rio Xingu a pris des formes diverses au cours des dernières semaines. Le 10 août, un campement régional "Terre Libre" a rassemblé de nombreux leaders indigènes à Altamira, dans l'État du Pará. Toujours dans le même État, à Itaituba, les 25, 26 et 27 août a eu lieu la première rencontre des peuples et communautés atteintes et menacées par les grands projets d'infrastructures dans les bassins des rios amazoniens Madeira, Tapajós, Teles Pires et Xingu. Une manifestation symbolique a eu lieu, le 26 août à Brasilia, le jour de la signature du décret présidentiel accordant la concession d'exploitation de l'usine hydroélectrique à l'entreprise Norte Energia SA. Le 15 septembre, le mouvement "Xingu Vivant pour toujours" a mis en ligne deux vidéos montrant l'impact social et environnemental du barrage. Dans le même temps, il a appelé à signer une pétition demandant au gouvernement de renoncer à cet ouvrage. Une version légèrement réduite en anglais a également été diffusée. Cette version contient aussi un appel à signer la pétition. Par ailleurs, le 20 septembre, à Genève, à propos de la construction de ce barrage, James Anaya, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits humains et libertés fondamentales des peuples indigènes, a rappelé au gouvernement brésilien ses obligations qui découlent de l'art. 32 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples indigènes en matière de consultation préalable et objective des peuples affectés par l'ouvrage. Le 29 septembre, le Ministère Public Fédéral a envoyé une note à l'Institut Brésilien de l'environnement - IBAMA, pour lui rappeler les conditions devant être respectées avant la délivrance d'une nouvelle autorisation pour la construction du barrage. Le 30 septembre, plus de 120 organisations ont publié une lettre ouverte au terme de laquelle les signataires affirment que si le gouvernement persiste dans sa volonté de réaliser cet ouvrage "...sera signée une sentence de mort du Rio Xingu et de ses habitants..."

Voir AYA Info Nos 44, 46, 47, 49 et 50

Pour en savoir plus (en portugais et en anglais) :

Les vidéos en 3D :

http://www.amazonia.org.br/noticias/noticia.cfm?id=366730; la version en anglais avec accès à la pétition : http://www.youtube.com/watch?v=K-seAAIsJLQ

Le rapport de James Anaya :

http://www2.ohchr.org/english/bodies/hrcouncil/15session/... > A/HRC/15/37/Add.1 p. 31 et suiv.

Le rappel du Ministère Public Fédéral : http://www.prpa.mpf.gov.br/noticias/mpf-notifica-ibama-so...

La lettre ouverte des 120 organisations sur le blog du mouvement "Xingu Vivo para Sempre" : http://xingu-vivo.blogspot.com/

Photo : © CIMI - La manifestation symbolique du 26 août à Brasilia

(Cette "brève" a été publiée dans le bulletin "AYA Info" No 53, de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2).

 

 

 

14:50 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

29/09/2010

Silvio Cavuscens : Aidons les indiens à garder leurs terres - 6/6

Silvio est interrogé sur ses origines suisses et son expérience amazonienne. Il souligne l'importance de la solidarité avec les peuples qui savent protéger cette forêt amazonienne, importante pour l'humanité toute entière. Cette solidarité passe par la mise à disposition de ressources humaines et financières pour aider les organisations indigènes à faire leur travail. Dans une deuxième partie de l'entretien, réalisée au siège de le SECOYA, Silvio décrit, carte à l'appui, les territoires dans lesquels s'exerce l'activité de la SECOYA.

Cette note est l'occasion de rappeler l'appui apporté à la SECOYA par la Commune d'Onex/Genève en 2008 pour la construction de deux centres de santé dans l'aire Yanomami. La Commune de Meyrin/Genève, en mars dernier, a décidé de soutenir un projet de formation de leaders Yanomami mis en œuvre par la SECOYA. Ce programme doit permettre aux Yanomami de renforcer leurs connaissances en matière de citoyenneté et d'améliorer le processus d'organisation des communautés dans l'État d'Amazonas (Voir la note du 2 avril 2010 de ce blog).

La vidéo ci-dessous, de 9' 51", est la sixième et dernière séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français. Les cinq séquences précédentes de l'interview ont été intégrées dans les notes des 3, 6, 16, 20 et 25 septembre de ce blog.

Silvio est indigéniste et sociologue d'origine suisse. Il a passé son enfance et sa jeunesse dans le village genevois d'Avully. Il est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association a un site Internet (en portugais) : http://www.secoya.org.br/

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

07:45 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/09/2010

Silvio Cavuscens : Les sociétés "occidentales" ont à apprendre des indiens – 5/6

Les Yanomami doivent connaître le monde des non - indiens pour être en mesure de défendre leurs droits. La SECOYA a un programme qui a pour objectif d'aider les Yanomami à s'organiser de manière autonome. Ce programme a été élaboré avec les Yanomami. Il vise à renforcer leurs connaissances du monde des non-indiens, soit pour être présents dans les instances qui conditionnent leur vie quotidienne et leur avenir, mais aussi pour les aider à définir une stratégie de gestion de leur territoire. Leur terre indigène va rester dans ses limites actuelles, mais elle va connaître une augmentation de sa population. La SECOYA travaille à ne plus être indispensable pour ce peuple.

Silvio est interrogé sur la présence des missionnaires et sur les leçons qu'il pouvait tirer de son expérience amazonienne. Il évoque la qualité de la relation humaine vécue, notamment par les leaders, au sein de leurs peuples. Par ailleurs, les indiens ont été capables de vivre bien, pendant des milliers d'années, en utilisant sans les détruire, les ressources des multiples écosystèmes amazoniens. Les indiens ont une relation privilégiée avec leur milieu naturel. Ce savoir-faire est une leçon pour les sociétés "modernes".

La vidéo ci-dessous, de 8' 10", est la cinquième séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français. Les quatre premières séquences de l'interview ont été intégrées dans les notes précédentes de ce blog.

Silvio, indigéniste et sociologue d'origine suisse, est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

10:08 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/09/2010

Silvio Cavuscens : La nécessaire formation des Yanomami - 4/6

Silvio parle des menaces qui pèsent sur les connaissances traditionnelles des peuples indigènes qui doivent être reconnues et protégées aux niveaux national et international. Notamment dans le domaine médical, il arrive que celles-ci fassent l'objet d'une appropriation par les entreprises pharmaceutiques. Le cas de l'Ayahuasca, une plante aux effets hallucinogènes, est l'un des plus connu de tentative d'appropriation. La reconnaissance des savoirs traditionnels est un défi pour les indiens.

Silvio est ensuite interrogé sur le travail de la SECOYA avec le peuple Yanomami. L'association a commencé ses activités en 1991 pour lutter contre une grave épidémie de tuberculose dans les villages de la région du rio Marauiá (dans l'État d'Amazonas). Elle a adopté des statuts en 1997. Elle développe maintenant plusieurs programmes dont l'objectif principal est d'aider les Yanomami à défendre leurs droits. Ces programmes, toujours liés aux savoirs traditionnels, touchent les domaines de l'éducation différenciée, de la santé et du développement durable.

La vidéo ci-dessous, de 8' 58", est la quatrième séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français. Les trois premières séquences de l'interview ont été intégrées dans les notes précédentes de ce blog.

Silvio, indigéniste et sociologue d'origine suisse, est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

14:49 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/09/2010

Enfant d'Avully, Silvio Cavuscens parle du rôle des organisations indigènes – 3/6

Bon connaisseur des organisations indigènes de l'Amazonie brésilienne, Silvio en évoque l'histoire et les défis auxquels elles sont confrontées. Leur rôle de représentation des peuples indigènes dans nombre d'instances publiques, rôle anciennement attribué à la Fondation Nationale de l'Indien -FUNAI. Il parle également de la difficile construction d'un processus participatif en lien avec les communautés locales, et cela sans rupture entre jeunes leaders et leaders traditionnels.

Il répond également aux questions du journaliste qui l'interroge sur l'exploitation dont sont victimes les peuples traditionnels de la forêt.

La vidéo ci-dessous, de 9' 43", est la troisième séquence d'une interview réalisée à Manaus, en novembre 2009, par le journaliste tessinois Sergio Tenzi. Malgré un titre en italien, l'entretien est en français. Les deux premières séquences de l'interview ont été intégrées dans les notes de ce blog.

Silvio, indigéniste et sociologue d'origine suisse, est coordinateur de l'association "Service et Coopération avec le peuple Yanomami - SECOYA, dont le siège est à Manaus, et qui apporte un appui à ce peuple dans l'État d'Amazonas.

L'association genevoise "Appui aux indiens Yanomami de l'Amazonie - AYA" est partenaire de la SECOYA. Les personnes qui souhaitent soutenir l'action de Silvio peuvent verser une contribution au compte postal de AYA No 17-55066-2, mention "SECOYA", ou prendre contact avec le président de l'association, Jacques Rémund, 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève; téléphone ++ 41 (0)22 793 99 36; courriel : jackytax@gmail.com.

 

05:17 Publié dans La lettre d'AYA | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |