23/11/2017

La parole des Peules autochtones au "Registre de la Mémoire du Monde"

Brasil, Brésil, Amazonie, Autochtones, UNESCO, Registre de la Mémoire du Monde, Parole des Peuples autochtones, Patrimoine mondial de l'Unesco, Docip, Palais Wilson, HCDH, ONU, Ville de Genève, Canton de Genève, New-York, Union Européenne, Parlement Saami de Norvège, Sámediggi, Sametinget, Augosto Willemsen Diaz, Edith Ballantyne, Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones, Centre pour les droits de l'homme, Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, Pierrette Birraux, Mouvement pour la Coopération Internationale, MCI, René Longet, Sami Kanaan, Juan Eduardo Aguilar, Guarani, Jean-Bernard Münch, Commission suisse pour l'UnescoL'UNESCO* a décidé d'inscrire à son Registre international "Mémoire du Monde" les archives du DOCIP** concernant les prises de parole des représentants des peuples autochtones aux Nations Unies entre 1982 et 2015. La décision a été prise le 30 octobre. L'annonce en a été faite le 14 novembre à Genève. Il s'agit de plus de 22'000 textes dont la plus grande partie (80%) ont été numérisés, donc largement accessibles en cliquant > ICI. Le Docip est le gestionnaire de cette documentation, il n'en est pas le propriétaire. L'utilisation non commerciale du matériel en ligne est libre pour autant que la source soit mentionnée. La conservation "physique" des documents est assurée par la Ville de Genève. Une aide précieuse si l'on se rappelle qu'en 1987 un incendie avait dévasté le secrétariat du Docip, alors logé dans l'annexe, maintenant démolie, du Palais Wilson, le siège actuel du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme - HCDH. Le Docip avait pu récupérer la totalité des documents détruits auprès des instances de l'ONU.

La décision de l'UNESCO est une reconnaissance du travail effectué par le Docip depuis sa fondation en 1978. Un service demandé par des leaders autochtones venus à Genève, en 1977*** et 1978 pour les premières grandes conférences à l'ONU portant sur les discriminations dont les peuples autochtones sont l'objet.

Lors des rencontres onusiennes à Genève et à New-York, le Docip met du personnel, un secrétariat et de la documentation à disposition des délégations pour leur permettre de rédiger, traduire, imprimer les documents dont elles ont besoin. Le Docip ne prend pas position dans les débats. Il ne fait pas de lobbying. Il reçoit l'appui de l'Union Européenne, du Parlement Saami de Norvège, du Canton et de la Ville de Genève.

Le Docip a vu le jour grâce à l'ouverture d'esprit dont ont fait preuve ses fondateurs. Parmi eux, Augusto Willemsen Diaz (décédé le 15 décembre 2014), juriste guatémaltèque au Centre pour les droits de l'homme de l'ONU, absorbé plus tard par le HCDH. Et Edith Ballantyne, alors membre de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté.

En septembre 2013, le Docip a organisé un symposium*** au titre évocateur : "Peuples autochtones aux Nations Unies : de l'expérience des pionniers à l' ''empowerment" des jeunes générations". Réunion qui a permis aux jeunes leaders de rencontrer les anciens qui avaient lutté pour accéder aux instances de l'ONU. Une façon de donner une continuité à la mémoire autochtone.

La relation des Peuples autochtones avec l'ONU a suivi un parcours particulier, différent de celui des États et des ONGs. Un statut particulier qui a donné des résultats, même appliqués de manière très inégale, comme par exemple, la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones de 2007. La situation des peuples autochtones est toujours précaire. Leur cheminement aux Nations Unies a été bien expliqué par Pierrette Birraux lors d'un débat, organisé en mars 2012, par le Mouvement pour la Coopération Internationale – MCI, à l'occasion de son 50e anniversaire. Une intervention que l'on peut visionner sur Youtube.

Par son geste, l'UNESCO donne une plus grande audience aux Peuples autochtones. Et bravo au Docip !

                                                                                      ***

* UNESCO > Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture, dont le siège est à Paris.

** Docip - Centre de documentation, de recherche et d'information des peuples autochtones, créé en 1978. Son siège est au :106, route de Ferney, CH-1202 Genève. Tél. : + 41 (0) 22 740 34 33. Courriel : docip@docip.org , Site : www.docip.org

*** Voir sur ce blog, la note du 13 septembre 2013

Photo : © DoCip. Les délégués autochtones présents à la conférence de 1977. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 120, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

28/09/2017

Compesières, Commune réunie, Commune démembrée.

Atlas historique, Pays de Genève, Communes réunies, communes démembrées, Claude Barbier, Pierre-François Schwarz, Genève, Bardonnex, Compesières, Saint-Julien-en-Genevois, Lathoy, Perly-Certoux, l'Arande, les Celtes, Grand Genève, Savoie, Traité de Paris, 1815, Traité de Turin, 1816, 22 septembre 1792, Napoléon, Canton de Genève, Pays de Gex, Genferei, Pictet de Rochemont, Forum d'agglomération, François Longchamp, zone francheUn hasard du calendrier! Vendredi dernier, le 22 septembre, était le 225e anniversaire de l'invasion de la Savoie par les troupes révolutionnaires françaises en 1792. Ce soir-là, l'Association des seniors de Bardonnex a invité, à Compesières, l'historien Claude Barbier à présenter "L'Atlas historique du Pays de Genève" qu'il a coécrit avec l'architecte-urbaniste Pierre-François Schwarz. Le sujet de la rencontre : "Communes réunies, Communes démembrées." Un intitulé tiré du sous-titre du deuxième volume* de l'atlas édité cette année.

L'ancienne commune de Compesières, actuellement Bardonnex** et Plan-les-Ouates, est bien l'une de ces communes savoyardes réunie au nouveau Canton de Genève en 1816. Elle l'a été non sans avoir été démembrée, puisqu'elle a perdu le village de Lathoy et les terres environnantes, situées sur la rive gauche de l'Arande, un ruisseau devenu frontière internationale sur une partie de son parcours. Ce village a été rattaché à Saint-Julien-en-Genevois à qui on a enlevé Perly-Certoux, remis - probablement en compensation - à Compesières. Une union qui n'a pas duré, ces deux villages "divorcent" de Compesières et créent leur propre commune en 1821.

Pour les habitants des anciennes communes sardes particulièrement, ce 22 septembre 1792 marque le début d'une période pour le moins mouvementée : ils passent sous domination française. Six ans plus tard, en 1798, Genève est envahie à son tour par la France et devient capitale du Département du Léman dont ils sont ressortissants. Après les défaites de Napoléon, ils redeviennent provisoirement Savoyards avant d'intégrer le nouveau Canton de Genève. Tout cela en moins d'un quart de siècle !

Le sous-titre du premier volume de l'atlas, déjà publié en 2014, annonce un ouvrage de portée plus générale: "Des Celtes au Grand Genève". Un travail élaboré pour commémorer le 200e anniversaire de deux Traités – celui de Paris de novembre 1815, et celui de Turin de mars 1816 – qui ont donné les frontières actuelles du Canton de Genève. Celui-ci est déjà entré dans la Confédération helvétique le 19 mai 1815 alors que ses limites n'étaient pas encore définitivement fixées… En effet, les communes françaises du Pays de Gex et les communes savoyardes, appelées "Communes réunies" ne sont effectivement rattachées à Genève que le 9 octobre pour les premières, et les 24 et 25 octobre 1816 pour les secondes. Peut-être déjà une "Genferei" ?

C'est surtout côté Savoie que les diplomates ont démembré des communes pour créer un "Petit Genève" où les protestants seraient encore majoritaires. Les partisans de cette solution l'ont emporté contre l'avis de Pictet de Rochemont favorable, lui, à un territoire beaucoup plus étendu. Il avait la vision d'une ville-centre dotée d'un arrière-pays plus important. Pour compenser cette taille minimale, les autorités genevoises lui ont demandé de négocier la création de deux zones franches, l'une en France, l'autre en Savoie pour assurer un approvisionnement minimum de la ville. Zones franches dont la superficie est de plus du double de celle du nouveau canton ! Aucun autre canton suisse n'est doté de tels "territoires extérieurs". Paradoxalement, les "minimalistes" de l'époque ont inscrit la "région voisine" dans l'acte de naissance du nouveau canton.

À Compesières, Claude Barbier a incité son auditoire à regarder, avec ce recul historique, ce que l'on appelle maintenant le Grand Genève : "Pour un historien, deux cents ans d'histoire ce n'est pas long !" dit-il.

Les auteurs de l'atlas concluent leur ouvrage sur cette réflexion : "Les ruptures des années 1815 et 1816 nécessitaient bien une compensation : c'est le but de la construction régionale que de tenter de remettre aujourd'hui sur le tapis ce que les plus éclairés de nos prédécesseurs (Pictet de Rochemont) imaginaient déjà comme peu tenable, une ville séparée de son arrière-pays par une frontière internationale. La coopération transfrontalière, encore plus récente, a donc une histoire longue derrière elle…"

Le plus récent événement pour le Grand Genève a eu lieu ce lundi 25 septembre à la Maison Internationale des Associations de Genève : le "Forum d'agglomération", qui regroupe les représentants de plus de septante entités de ce bassin de vie transfrontalier, était réuni pour faire le bilan de sa première mandature (2013 – 2017) et élire la présidence collégiale qui dirigera ses travaux pour les quatre prochaines années. Une réunion tenue en présence du Président du Conseil d'Etat genevois, François Longchamp. L'histoire suit son cours…

                                                             ***

* "Atlas historique du pays de Genève – Volume 2 – Communes réunies, communes démembrées" - Claude Barbier et Pierre-François Schwarz. Editions La Salévienne - 2017-180 pages – Saint-Julien-en-Genevois – ISBN 978-2-905922-39-7 – Site Internet : la-salevienne.org

** En 1851, les villages géographiquement situés dans le bas de la commune de Compesières créent la commune de Plan-les-Ouates. La partie du haut devient Bardonnex.

- Gravure : Première de couverture du 2e volume de l'ouvrage. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

- Voir sur ce blog, les notes des 15 mars, 14 juin et 28 octobre 2016.

- A lire également, un autre ouvrage : '"Atlas du Grand Genève – Etat des lieux pour un progrès durable" - Charles Hüssy – Editions Slatkine - Genève -174 pages – ISBN 978-2-8321-0772-0 - En coédition avec La Salévienne – ISBN 978-02-905922-37-3 – voir adresse ci-dessus.

- De nombreux renseignements relatifs à l'Espace transfrontalier genevois sont également disponibles sur le site de l'Observatoire Statistique Transfrontalier - OST

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à d'autres sites permettant d'en "savoir plus".