17/08/2015

Un nouveau président à la tête de la Funai

Brasil, Brésil, Brasilia, Amazônia, Amazonie, Amazonas, Autochtones, indigènes, povos indígenas, Aloizio Mercadante, João Pedro Gonçalves da Costa, Fundação Nacional do Índio, Funai, Maria Augusta Boulitreau Assirati, Flávio Chiarelli Vicente de Azevedo, Articulação dos Povos Indígenas do Brasil, APIB, Manaus, A Crítica, Diário Oficial da União, Márcio Meira, Lula, Dilma RousseffLe 16 juin, le Ministre d'État Aloizio Mercadante, Chef de la Maison civile de la Présidence de la République, a nommé João Pedro Gonçalves da Costa président de la Fondation Nationale de l'Indien -  FUNAI, l'organe officiel chargé de la défense des Indiens au Brésil. Cette nomination intervient après un intérim de deux ans, dont seize mois assurés par Maria Augusta Boulitreau Assirati* et huit mois pendant lesquels la Fondation a été dirigée par Flávio Chiarelli Vicente de Azevedo.

Le nouveau président - 63 ans - a une formation en agronomie. Il a été engagé dans le mouvement estudiantin. En politique, membre du Parti des travailleurs, il a assumé divers mandats politiques : conseiller municipal à Manaus, député à l'Assemblée législative de l'État d'Amazonas. Il a également été Sénateur, membre de plusieurs commissions. Selon le quotidien de Manaus "A Crítica", le choix du gouvernement est lié à une volonté de donner plus de place aux politiciens de l'Amazonie dans les sphères dirigeantes du pays.

L'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB, dans une note du 1er juin dernier a rappelé sa demande : que la présidence de la Funai soit confiée à Flávio Chiarelli. L'Articulation n'a pas été entendue du gouvernement. L'ex-président par intérim a été nommé Conseiller spécial du ministre de la Justice.

La Présidence de la FUNAI, compte tenu de la politique indigéniste du pays, est un poste où le turnover est important. Le mandat de Márcio Meira qui a duré cinq ans, d'avril 2007 à avril 2012 fait figure d'exception. La Funai a été fondée en décembre 1967. Elle a connu plus d'une trentaine de présidents !

Les deux dernières Présidences de la république – celles de Lula et de Dilma Rousseff - se distinguent par le petit nombre de Terres Indigènes démarquées.

 ***

Photo : José Cruz /Agência Brasil : João Pedro Gonçalves da Costa lors de la cérémonie de sa prise de fonction à la tête de la Funai, le 17 juin 2015. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

* Voir sur ce blog, les notes des 15 novembre 2014, 2 août 2013, 21 et 28 avril 2012.

 PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

- Cette note a été publiée dans "AYA Info" No 104, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

15/11/2014

Un nouveau président – par intérim - à la tête de la FUNAI

Les 25 et 26 septembre, la presse brésilienne a annoncé la volonté de Maria Augusta Boulitreau Assirati de démissionner de la présidence de la Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI, un poste qu'elle a assuré de façon intérimaire depuis juin 2013*. Selon l'information diffusée, elle renonce à sa charge pour préparer un doctorat au Portugal. Elle était la deuxième femme, après Marta Maria Azevedo, à être placée à la tête de l'organisme chargé de la protection des Indiens. C'est un poste où les titulaires changent souvent. Maria Augusta en était la 34e présidente** depuis 1967, date de la création de la Fondation, qui avait succédé à la Société de Protection des Indiens – SPI.

La démission de Marta Augusta, sans que soit annoncée la nomination d'une, ou d'un nouveau responsable a inquiété l'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB. Celle-ci a publié une lettre ouverte adressée à Aloizio Mercadante, Ministre Chef de la Maison Civile de la Présidence de la république, au Ministre de la Justice, José Eduardo Cardoso et à Deborah Duprat responsable de la 6e Chambre de Coordination et Révision du Ministère Public Fédéral en charge des questions des Peuples Indigènes : "L'absence d'un(e) président(e) empêche la poursuite des actions en cours qui relèvent essentiellement de la responsabilité de la FUNAI, de l'appareil étatique et de la gestion gouvernementale…" L'APIB relève que la gestion de l'ex-présidente a été marquée par le dialogue avec le mouvement indigène, la défense des droits conquis et le renforcement de l'autonomie des peuples indigènes. "Nous insistons pour que, dans le futur, les actions soient inspirées de ces principes, garantissant la participation des peuples indigènes."

De fait, la vacance n'a pas duré. Le 10 octobre, le journal officiel de l'union publiait les arrêtés relatifs à la démission de Maria Augusta et la nomination de Flávio Chiarelli Vicente de Azevedo, nouveau président – aussi par intérim – de la FUNAI. Le nouveau titulaire est issu de la FUNAI elle-même. Il assumait la tâche de Procureur–Chef national lié à la Fondation. Ce service est chargé, entre autres, de la défense des intérêts individuels et collectifs indigènes. Flávio Chiarelli a présidé la 25e réunion ordinaire de la Commission Nationale de Politique Indigéniste - CNPI qui a eu lieu le 16 octobre.

On l'a vu, depuis sa création, la Funai a connu plus d'une trentaine de présidents ou de présidentes, soit, en moyenne, un changement tous les dix-huit mois environ. Une telle rotation questionne.

***

* Voir sur ce blog, les notes des 2 août 2013, 21 et 28 avril 2012.

** Voir sur le site de l'Instituto Socioambiental – ISA, la liste des président(e)s de la Funai depuis sa fondation. Cliquer >> ici.

- PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

- Cette note a été publiée dans  "AYA Info" No 97, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2