05/01/2018

Brésil : Un professeur indigène assassiné au matin du 1er janvier

Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Xokleng, Marcondes Namblá, Penha, Santa Catarina, Terre Indigène Ibirama –Laklãnõ, Université Fédérale de Santa Catarina, José Boiteux, Funai, Cimi, Imbituba, Vitor KaingangÀ peine commencée, l'année 2018 a déjà connu un acte de violence entraînant la mort d'un leader indigène. Selon les premières informations, Marcondes Namblá - 38 ans, marié, père de cinq enfants - a été agressé au matin du 1er janvier par un homme qui l'a frappé à coups de bâton près de la plage de la localité de Penha, dans l'État brésilien du Santa Catarina (SC). Après avoir reçu les premiers secours, la victime a été conduite dans un hôpital où il a succombé à ses blessures. Selon ses proches, il était à Penha pendant ses congés d'été pour gagner un peu d'argent en vendant des sorbets. La police a ouvert une enquête.

Marcondes, était un professeur indigène de l'ethnie Xokleng* dans une école de la Terre Indigène Ibirama –Laklãnõ(1), dans la municipalité José Boiteux (SC). Il avait été formé à l'Université Fédérale de Santa Catarina où il souhaitait poursuivre des études en anthropologie. Ses amis relèvent son engagement dans sa communauté, notamment dans les domaines de la langue et de la culture du peuple Laklãnõ.

La Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI a présenté ses condoléances à la famille: "La perte de Marcondes Namblá représente un manque irréparable, non seulement à sa femme, ses cinq enfants et à son peuple, mais aussi à tout le pays qui perd un important chercheur et un diffuseur de la richesse culturelle Xokleng." Les fonctionnaires régionaux de la Fondation demandent aux préfectures (mairies) d'agir pour que les indigènes qui se déplacent dans les cités reçoivent un accueil digne.

Dans une note, le Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI)(2) Régional Sud, demande d'accélérer l'enquête sur les circonstances de l'assassinat et les motivations des auteurs. Il rappelle que le 30 décembre 2015**, un enfant de deux ans, Vitor Kaingang, avait été mortellement blessé à Imbituba, une autre localité du littoral du Santa Catarina. Il est d'avis que les deux événements sont les conséquences du contexte d'intolérance ethnique et anti-indigène qui avance dans le pays, plus spécialement dans la région sud.

                                                                   ***

* Prononcer "Chokleng" / ** Voir sur ce Blog, la note du 9 février 2016.

(1) Voir : https://terrasindigenas.org.br/pt-br/terras-indigenas/3682

(2) Voir : https://www.cimi.org.br/2018/01/42618/

Photo : Marcondes Namblá. Photo extraite de son compte Facebook. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 121, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

09/02/2016

Odieux assassinat d'un enfant Kaingang de 2 ans

Brasil, Brésil, Brasilia, Amazônia, Amazonie, Amazonas, Autochtones, indigènes, povos indígenas, Kaingang, Imbituba, Santa Catarina, Vitor Pinto, Aldeia Kondá, Chapecó, Funai, Cimi, MinCLe 30 décembre, aux alentours de midi, la gare routière d'Imbituba, une localité située sur le littoral sud de l'État brésilien de Santa Catarina, a été le théâtre d'un crime particulièrement odieux : installée sous un arbre, Sônia da Silva, la maman du petit Vitor Pinto, âgé de deux ans, nourrissait son fils quand un jeune homme s'est approché, a caressé le visage de l'enfant avant de lui trancher la gorge et de s'enfuir. L'incident n'a duré que quelques secondes. Vitor est mort avant son arrivée à l'hôpital. Les cameras de surveillance ont permis d'identifier le criminel de 23 ans qui a été arrêté le lendemain de son forfait. Il a avoué, et dit avoir agi inspiré par des esprits et non par haine des Indiens. Le 26 janvier, au terme de l'enquête de police, il est accusé d'homicide doublement qualifié, c'est à dire commis pour un motif futile sur un être sans défense. L'avocat de la défense souhaite que son client soit soumis à une expertise médicale. S'il est condamné, il risque entre 12 et 30 ans de prison. La famille de Vitor s'était déplacée à Imbituba pour vendre l'artisanat de sa fabrication aux nombreux touristes qui fréquent les plages de l'Atlantique en cette période de fêtes.

La sépulture de Vitor a eu lieu dans sa communauté située dans la Terre Indigène Aldeia Kondá, dans la municipalité de Chapecó. Une semaine plus tard, deux manifestations ont eu lieu à Imbituba et Chapecó pour demander que justice soit faite.

La Fondation Nationale de l'Indien - FUNAI, le Conseil Indigéniste Missionnaire – CIMI et le Ministère de la Culture – MinC ont exprimé leur indignation. Pour le Ministère, "Ce crime terrible est une attaque de plus contre les peuples indigènes qui souffrent de violences, persécutions et tout type d'irrespects à leurs droits constitutionnels, comme le droit à la terre, à la santé et à l'éducation entre autres".

                                                                               ***

Photo © Cimi – Regional Sul - Jacson Santana & Marina Olivera : La manifestation du 6 janvier 2016 à Chapecó (SC). Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

- Cette note a été publiée dans le dernier "AYA Info" No 108, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2