ka'apor

  • Le trafic illégal de bois d'Amazonie : la Suisse concernée

    Imprimer


    brasil,brésil,amazônia,amazonie,amazonas,autochtones,indigènes,povos indígenas,awá – guajá,lula,survival international,alto turiaçu,ka'apor,kaaportarupi,laurent richard,france 5,indiens d'amazonie,le dernier combat,pará,santarém,greenpeace,manaus,ipé,ebène verte,sema,saint-légier,mise au point,gétaz–miauton,vaud,suisse,rts,loi de la jungle,ofev,office fédéral de l'environnement,lpe,loi sur la protection de l'environnement,conseil fédéral,maranhão,conseil national,chambres fédérales,les verts,rainbow trading,madeireirosLe 21 décembre dernier, la chaîne romande de la Radio Télévision Suisse – RTS, dans "Mise au Point", l'une de ses émissions d'actualité, a publié un reportage - "La loi de la jungle" - sur le commerce illégal de bois entre le Brésil et la Suisse. Cette séquence, de près de 13 minutes, a été réalisée en collaboration avec Greenpeace – Brésil. Le reportage commence à Manaus, au siège de l'ONG, se poursuit dans l'État du Pará, en forêt même, et à Santarém la ville–port d'où le bois, notamment l'Ipé*, est exporté. La partie dangereuse de l'action des militants est certainement quand ils placent des balises sur les camions qui transportent le bois des zones illégales d'abatage vers les scieries. Ils travaillent avec les agents du Secrétariat de l'État pour l'Environnement - SEMA de l'État du Pará que l'on voit équipés de gilets pare-balles. L'identification de l'origine du bois étant difficile après le découpage des troncs en planches ou en feuilles, les agents doivent intervenir lors du transport des grumes. Ils le font par des contrôles routiers. Mais le SEMA manque de moyens, il ne dispose que d'un inspecteur pour 500 km2 de forêt. Il intervient essentiellement pendant la journée. Il admet qu'il est impossible de faire respecter la loi. Le sachant, les trafiquants effectuent leurs déplacements la nuit. Ainsi les ¾ du bois illégal passent entre les mailles du filet. Sur le port de Santarém, un transporteur explique comment tout le bois quittant le port est "légal".

    Cependant, l'enquête conduite par Greenpeace permet de connaître les pays importateurs de bois brésilien et les firmes qui achètent ces produits. La Suisse est présente parmi ceux-ci. L'entreprise Gétaz–Miauton, de Saint-Légier dans le canton de Vaud, est citée comme importatrice. Les animateurs de l'émission sont allés interviewer un responsable de la firme pour lui demander sa réaction face aux documents fournis par Greenpeace. Il a présenté le certificat – un "bon de sortie" - remis par les douanes helvétiques attestant que toutes les pièces prouvant une importation égale avaient été fournies. Gétaz-Miauton reconnaît qu'il lui est impossible de connaître de quelle forêt provient le bois, sa vérification s'arrête à la scierie. L'entreprise s'engage à être plus vigilante à l'avenir.

    Les animateurs ont également questionné une responsable de l'Office Fédéral de l'Environnement – OFEV à Berne : la Suisse, n'a pas de réglementation – comme dans l'Union Européenne - interdisant l'importation de bois illégal. Depuis 2010, une déclaration de l'espèce et de l'origine du bois est cependant obligatoire pour tous les bois et les produits du bois, en tant qu'information aux consommateurs. L'Office souhaite voir l'interdiction du bois illégal être traitée dans le cadre de la révision de la loi sur la Protection de l'Environnement – LPE. Révision qui est un contre-projet indirect à l'initiative populaire lancée par les Verts "Pour une économie durable fondée sur une gestion efficiente des ressources (économie verte)" déposée en septembre 2012. En février 2014, le Conseil fédéral a adressé un message aux Chambres fédérales recommandant le rejet de l'initiative, mais en proposant une révision de la LPE qui donnerait une base légale pour la lutte contre ce commerce. Le débat parlementaire a commencé au Conseil des États fin novembre qui a adopté la loi fédérale. Il devrait se poursuivre au Conseil National dans les mois qui viennent.

    En novembre 2014, Greenpeace a organisé une opération coup de poing en mer du Nord pour dénoncer l'arrivage de bois "suspect" en provenance de l'Amazonie brésilienne en Europe. À la suite de cette opération l'ONG a annoncé que diverses entreprises européennes ont suspendu leurs achats d'Ipé auprès de Rainbow Trading, cette entreprise de Santarém plusieurs fois sanctionnée pour avoir commercialisé du bois extrait sans autorisation. Ce 19 janvier, l'organisation regrette que la Belgique ait libéré un chargement de bois sans qu'il y ait une preuve fiable quant à l'origine légale de la marchandise en provenance de cette scierie.

    Ce trafic illégal de bois amazonien a déjà été dénoncé par Survival International**, notamment pour la sauvegarde du peuple Awá-Guajá de l'État du Maranhão dont la Terre a été dévastée par des "madeireiros" (exploitants forestiers). Dans le film "Indiens d'Amazonie, le dernier combat" Survival a montré comment ce bois, coupé illégalement, est commercialisé en France.

    La bataille contre la déforestation et le commerce illégal de bois n'est pas encore gagnée.

    ***

    * L'Ipé, parfois appelé "Ebène verte" est un bois dur, particulièrement recherché pour la construction de terrasses et escaliers extérieurs, bardages, mobilier de jardin, mais aussi pour divers aménagements intérieurs comme les parquets.

    **Voir sur ce blog, la note du 30 janvier 2014.

    Photo : © Bas Beentjes / Greenpeace. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note a été publiée dans le dernier AYA Info (No 99), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Enfin, le gouvernement évacue les envahisseurs de la Terre Indigène Awá-Guajá

    Imprimer

    En ce début 2014, le gouvernement brésilien a commencé les opérations d'évacuation des non-indiens présents sur la Terre Indigène (TI) des Awá – Guajá. Une TI de 1'165 km2 située dans l'État du Maranhão envahie par des fazendeiros et des madeireiros (exploitants forestiers). Ces derniers sont responsables d'une importante déforestation mettant en danger l'existence même du peuple Awá – Guajá composé de quelques centaines de personnes, en partie de contact récent et, en partie, encore isolé de la société environnante.

    Cette TI a été déclarée d'occupation permanente par les Awá – Guajá en 1992 déjà. Le décret d'homologation (phase finale de la démarcation) a été signé par Lula en avril 2005. Ce décret a été contesté devant la justice. Cette dernière a reconnu la validité du décret présidentiel en mars 2012 et, en décembre 2013, elle a ordonné l'évacuation des envahisseurs. L'opération d'évacuation est coordonnée par le Secrétariat de la Présidence de la République en partenariat avec les forces de l'ordre et divers organes gouvernementaux dont la Fondation nationale de l'Indien – FUNAI. Après avoir reçu leur notification d'évacuation, les personnes concernées ont un délai de 40 jours pour quitter volontairement les lieux. Au début décembre 2013 déjà, l'Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire – INCRA a fait connaître son intention d'acheter des terres pour y installer les agriculteurs évacués remplissant les conditions pour bénéficier de la réforme agraire.

    La pression exercée depuis plusieurs années par les organisations indigènes et indigénistes au Brésil et au niveau international, notamment par Survival international, a certainement contribué à cette décision gouvernementale. Selon des informations publiées à mi-janvier 2014, des madeireiros agissant précédemment dans la TI Awá-Guajá vont continuer leur activité dans une TI voisine, celle de Alto Turiaçu, occupée par le peuple indigène Ka'apor. L'association indigène Kaaportarupi fait état de violences exercées par des madeireiros à l'égard de jeunes et de leaders de la communauté.

    ***

    Ceux qui veulent en savoir plus, peuvent prendre le temps (52 mn) de regarder l'excellent documentaire – Indiens d'Amazonie, le dernier combat - réalisé par Laurent Richard, en étroite collaboration avec Survival, déjà diffusé par France 5 le 7 janvier dernier. Le film montre le quotidien des Awá – Guajá  et leur cadre de vie. Il analyse aussi l'importance du trafic de bois extrait de la forêt amazonienne. Il donne la parole aux principaux protagonistes de l'évacuation des non-indiens.

     

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note sera reprise dans le prochain AYA Info (No 90), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2