11/09/2018

Être infirmière en Amazonie en 2018, pourquoi ?

Amazonie, Amazônia, Amazonas, Brésil, Brasil, Yanomami, Indígenas, Manaus, Rio Marauiá, Santa Isabel do Rio Negro, Sylvie Petter, xapono, SECOYA, AYA, Appui aux indiens Yanomami d’Amazonie, Terre des Hommes Suisse, Silvio Cavuscens, Serviço e Cooperação como povo Yanomami, le Jour se Lève, Aurélien Stoll, Pierrette Birraux, Ville de Genève, Bernex, Lancy, Onex, Meyrin, Plan-les-Ouates, Vandœuvres, Mouvement pour la Coopération Internationale, MCI, E-Changer, Maison des AssociationsVoilà huit ans que Sylvie Petter exerce son activité d’infirmière* auprès des communautés Yanomami de l’État d’Amazonas. En particulier dans les xapono** (villages) du rio Marauiá. Elle parlera de son engagement, jeudi 13 septembre à 19h à la Maison des associations (15, rue des Savoises – Genève).

Un documentaire de 22 mn, réalisé par la compagnie parisienne « Le jour se Lève » introduira les propos de Sylvie. Ce film a été réalisé pour marquer les 25 ans d’activité du « Service et Coopération avec le Peuple Yanomami – SECOYA dont le siège est à Manaus. Sylvie est responsable du programme « Santé » de cette ONG qui a pour Secrétaire général Silvio Cavuscens un helvético-brésilien qui vit en Amazonie depuis une quarantaine d’années.

Lors de la rencontre de jeudi, parole sera également donnée à Aurélien Stoll, Secrétaire général du Mouvement pour la Coopération Internationale – MCI et à Pierrette Birraux, ethno-géographe.

Ces dernières années, SECOYA, par l’intermédiaire de l’association « Appui aux indiens Yanomami d’Amazonie – AYA » a reçu l’appui de plusieurs collectivités publiques genevoises : Ville de Genève, communes de Bernex, Lancy, Onex, Meyrin, Plan-les-Ouates et Vandœuvres en particulier. Terre des Hommes Genève, E-Changer (Sylvie est partie comme volontaire de cette ONG) et le Mouvement pour la Coopération Internationale – MCI (par l’intermédiaire de la Fédération Genevoise de Coopération) appuient également le travail de SECOYA. Cette rencontre de jeudi donne l’occasion aux contribuables genevois de prendre connaissance de l’utilisation des fonds versés au titre de la coopération au développement.

Invitation à tous !

                                                                        ***

*Voir sur ce blog les notes du 10 décembre 2010 et du 4 février 2011 /  ** Prononcer « Chapono »

05/10/2012

Le Mouvement pour la Coopération Internationale, 50 ans de coopération, et après ?

Le Mouvement pour la Coopération Internationale* – MCI va vivre la troisième phase de son 50e anniversaire. Il a organisé une rencontre à laquelle participeront ses partenaires du Sud. Un séminaire qui aura lieu à Genève entre le 15 et le 19 octobre. Il s'agira de traiter trois thèmes qui ont fait l'essentiel de l'activité des associations avec lesquelles il collabore depuis de nombreuses années : la formation, les peuples autochtones et l'économie solidaire. Au-delà de ces thèmes, il est surtout question de rechercher, avec ces partenaires, les modes préférentiels de coopération à pratiquer à l'avenir.

Les résultats de cette rencontre seront présentés vendredi 19 octobre, entre 18h et 21h, lors de carrefours ouverts au public à la Maison des Associations (voir le flyer ci-dessous).

Dans un premier temps, l'ONG genevoise a conduit une réflexion sur ses propres pratiques au cours de ce demi-siècle d'activité, ses forces, ses faiblesses.

Dans un deuxième temps, en mars et avril**, il a organisé trois débats publics portant sur le cadre dans lequel s'inscrit l'action des ONG comme le MCI : les apports et les limites du "système" des Nations Unies; le rôle de la Suisse et de Genève dans la coopération internationale, et, enfin, l'actualité de Bandung, cette conférence de 1955 qui a favorisé la marche vers l'indépendance de nombreux territoires sous domination coloniale et l'émergence de mouvements de libération nationale. Lors de chaque débat, le MCI a questionné les intervenants sur la manière d'améliorer l'efficacité de la coopération.

Il leur a soumis une hypothèse de travail pour l'avenir, tirée du bilan de son action : "Cette expérience semble montrer que les modes de coopération les plus efficaces, sont ceux portés par des partenaires du Sud qui, à partir le réalisations locales ou régionales déjà porteuses d'autonomie, aboutissent à des propositions de politiques publiques au Sud. Ces propositions, quand elles sont mises en œuvre, vont bénéficier à un nombre étendu de groupes, à une population beaucoup plus large que les bénéficiaires directs initiaux. Elles peuvent avoir une répercussion non seulement locale, mais aussi régionale, voire nationale." Tous les intervenants, à leur manière, ont souscrit à cette vision de la coopération.

C'est aussi de cette hypothèse que le MCI veut débattre avec ses partenaires pour en examiner les implications. Le résultat de cette semaine de travail devrait faire l'objet d'un document de synthèse élaboré avec ses partenaires. Il devrait être présenté lors des carrefours du 19 octobre.

***

* Mouvement pour la Coopération Internationale – MCI c/o Maison des Associations, 15 rue des Savoises, CH-1205 Genève, Tél.: 022 320 29 02, courriel : mci.fgc@gmail.com / Site Internet : www.mci.fgc.ch  / Le MCI est l'un des membres fondateurs de la Fédération Genevoise de Coopération – FGC. Cette fédération a apporté son appui pour la réalisation de cette rencontre, ainsi que la Loterie romande.

**Voir sur ce blog, la note du 16 mars 2012

                                                                                   Mouvement pour la Coopération Internationale,MCI,Fédération Genevoise de Coopération,FGC,Loterie romande,Bandung,Maison des Associations,politiques publiques,Sud,partenaires,ONG,Genève,coopération

16/03/2012

50 ans de coopération, et après ?

Flyer 50e MCI p1:IMG.jpgC'est avec cette question que l'ONG genevoise, le Mouvement pour la Coopération Internationale* - MCI, veut célébrer son 50e anniversaire. Avec un sous-titre : "La coopération, avancées et limites".

Un demi-siècle de projets, de partenariats avec le sud, ça ne laisse pas indifférent ! C'est même une interpellation... Au début des années soixante, ceux qui ont créé des associations pour lutter contre "la faim dans le monde" avaient l'espoir de voir le problème résolu dans des délais raisonnables, peut-être une vingtaine d'années. Et voilà que cela dure depuis 50 ans. La coopération, par l'appui à des "projets" réalisés avec des partenaires du sud, est encore nécessaire ! Pourquoi ?

Et puisqu'elle doit encore se poursuivre, quels "projets" la coopération doit-elle s'employer à soutenir pour atteindre son objectif qui est de devenir inutile ?

Le MCI organise trois débats pour rappeler la "toile de fond" dans laquelle s'inscrit l'action des ONG. Un premier débat sera consacré à l'action et aux limites des Nations Unies. Le deuxième concerne le rôle de la Suisse et de Genève en matière de coopération. Le troisième abordera l'actualité de la Conférence afro-asiatique de Bandung de 1955 qui a marqué l'émergence du "Tiers-Monde" sur la scène internationale.

Cet automne, le MCI invitera ses partenaires du sud pour examiner avec eux, les modes préférentiels de coopération à pratiquer à l'avenir.

Débat Ces débats auront lieu les 21, 28 mars et 19 avril à 20h à la Maison des Associations, 15 rue des Savoises, 1205 à Genève . L'entrée est libre.

Le prospectus reproduit ici donne davantage de renseignements sur le premier débat du 21 mars.

 

* MCI, Maison des Associations, rue des Savoises 15, CH-1205 Genève. Le MCI est membre fondateur de la Fédération Genevoise de Coopération

- Voir le site Internet  du MCI : http://www.mci.fgc.ch/mci/