maracanã

  • La flamme olympique à Manaus : un jaguar a été abattu

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Brasilia, Amazônia, Amazonie, Amazonas, Autochtones, indigènes, povos indígenas, Jeux olympiques, Flamme olympique, Manaus, Maracanã, Brasilia, Juma, IPAAM, Domingo Espetacular, 1º Batalhão de Infantaria de Selva, Io BIS, Tocha Olímpica, Panthera onca, Onça pintada, Rio 2016Depuis son atterrissage à Brasilia le 3 mai, et avant d'arriver au stade de Maracanã de Rio ce 5 août pour la cérémonie d'ouverture des jeux, la flamme olympique aura parcouru environ vingt mille kilomètres sur terre, et seize mille kilomètres en avion, pour être présente dans plus de 300 villes des 27 États du Brésil. Elle aura été portée par plus de douze mille relayeuses et relayeurs.

    La flamme était en Amazonie du 12 au 24 juin. Un incident s'est produit le 20 juin lors de son passage à Manaus. Des militaires du 1er Bataillon d'Infanterie de Forêt (1er BIS) étaient sur le parcours de la flamme avec leur mascotte "Juma", un jaguar* mâle de 18 ans. Cet animal, d'une espèce en voie d'extinction, avait été recueilli tout jeune alors que sa mère avait été tuée par des chasseurs. Lors de la manifestation, en raison d'un défaut au collier qui retenait l'animal, celui a échappé à ses gardiens. Malgré le tir de tranquillisants, le jaguar s'est dirigé vers un militaire qui a tiré pour se protéger et l'a abattu.

    L'incident a suscité de nombreuses réactions de par le monde. Le Comité "Rio 2016" a publié un communiqué dans lequel il reconnaît avoir "commis une erreur en permettant que la flamme olympique, symbole de paix et d'union entre les peuples, soit montrée aux côtés d'un animal sauvage enchaîné. Cette scène est contraire à nos valeurs. Nous sommes profondément tristes de la tournure des événements. Nous garantissons qu'aucune situation de cet ordre ne se reproduira lors des Jeux Rio 2016".

    L'Institut de Protection de l'Environnement de l'Amazonas – IPAAM a ouvert une enquête qui a abouti à sanctionner divers services de l'armée en leur infligeant une amende de 40'000 Reais (12'400 CHF ou 12'600 US$) pour non respect de diverses lois et règlements.

                                                                       ***

    * Nom scientifique du félidé : Panthera onca, appelé Onça pintada au Brésil.

    Photo (capture d'écran) : Juma avec ses gardiens le 20 juin. Photo tirée de l'émission "Domingo Espetacular" du 26 juin 2016. Cliquer sur la vignette pour agrandir l'image.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 111, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Coupe 2014 : à Rio, les indiens de "l'Aldeia Maracanã" refusent de quitter les lieux

    Imprimer

    Coupe du monde 2014,Copa do Mundo,Rio de Janeiro,Maracana,Brasil,Brésil,FIFA,Aldeia Maracanã,MPF,Câmara dos Deputados,Olympiades 2016,CIO,Comitês populares da Copa,Jeux Olympiques 2016,Sérgio Cabral,Estado do Rio de Janeiro,Museu do Índio,Antigo museu do índioC'est connu, la Coupe du monde de football 2014 se déroulera dans une douzaine de villes brésiliennes. Les travaux de rénovation ou de reconstruction des stades sont commencés. C'est le cas à Rio de Janeiro où le célèbre stade de Maracana et la zone qui lui est proche font l'objet d'aménagements.

    Les autorités de l'État de Rio de Janeiro avaient décidé de démolir un édifice proche du stade, un bâtiment du 19e siècle qui a été, dès 1910, le siège de la Société de Protection des Indiens – SPI, l'ancêtre de la Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI. Il a aussi abrité le Musée de l'Indien de 1953 à 1977.

    Laissé à l'abandon, il est occupé depuis 2006 par une soixantaine d'indigènes de plusieurs ethnies qui refusent de quitter ce qu'ils appellent maintenant l'Aldeia Maracanã. Une controverse est née. Un mouvement de solidarité s'est créé, site Internet à l'appui. La Fédération Internationale de Football Association – FIFA a démenti avoir demandé à l'État de Rio de démolir cet immeuble. Le Ministère Public Fédéral est intervenu pour en empêcher la démolition. La Commission des droits humains et des minorités de la Chambre des députés et d'autres entités ont manifesté leur solidarité à l'égard des indiens. Parmi celles-ci on trouve l'Articulation nationale des Comités populaires de la Coupe du monde 2014 et des Olympiades 2016.

    Cette Articulation regroupe les douze comités populaires, constitués de nombreux mouvements sociaux, dans les villes où se dérouleront les différents matches. Ces comités ont pour objectif de faire respecter les droits des habitants et des travailleurs avant et pendant le déroulement des manifestations. Un membre de cette articulation était récemment de passage en Suisse où siègent le Comité International Olympique – CIO et la FIFA.

    Selon les dernières informations , les autorités ont renoncé à la démolition et ont l'intention de rénover l'immeuble. Elles proposent de déplacer les indiens dans un autre lieu ce qu'ils refusent. À suivre…

    ***

    Photo Agência Brasil : vue partielle de l'ancien Musée de l'Indien

    PS : L'activation des liens hypertextes renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Elles sont souvent en portugais, sauf quand il s'agit d'anciens "AYA Info".

     Cette note a été publiée le dernier "AYA Info" (No 79), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2