marta maria do amaral azevedo

  • Marta Azevedo quitte la présidence de la Funai qui inaugure un nouveau siège

    Imprimer

    Le 7 juin, un communiqué laconique de la Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI* a annoncé la démission de Marta Maria do Amaral Azevedo, la présidente de l'organe depuis avril 2012. "Elle a pris cette décision en raison de la "nécessité de réaliser un traitement médical qui est incompatible avec la charge de présidente".

    L'intérim est assuré par Maria Augusta Boulitreau Assirati, jusque-là à la Direction de la Promotion du Développement Soutenable – DPDS de la Fondation. L'arrêté qui officialise la démission, publié le 10 juin au Journal Officiel de l'Union, est signé par la Ministre Cheffe de la Maison civile de la présidence de la république Gleisi Hoffmann**. Cette démission a lieu dans un contexte particulièrement difficile pour les peuples indigènes du Brésil.

    Marta était en poste depuis avril 2012. Elle a été la première femme nommée à la tête de la Fondation créée en 1967. Elle avait succédé à Márcio Meira qui, lui, est resté en poste pendant cinq ans, une durée qui a largement dépassé la durée moyenne de longévité des présidences : en 46 ans, la FUNAI a connu 33 présidents ! Marta avait réuni par trois fois, en juin, août et décembre 2012, la Commission Nationale de Politique Indigéniste – CNPI qui avait cessé de fonctionner en juin 2011; alors qu'il s'agit-là de l'organe de dialogue du gouvernement avec les représentants indigènes de tout le pays.

    Il n'y a pas eu de rencontre au cours du premier semestre de 2013. La nouvelle présidente en a convoqué la 20e session ordinaire de la Commission qui a eu lieu ces 25 et 26 juillet. À l'ordre du jour, une analyse de la conjoncture relative à l'actualité indigène et le processus de démarcation des terres indigènes.

    Par ailleurs, le 24 juillet, la FUNAI a inauguré son nouveau siège national de Brasilia. À cette occasion, Maria Augusta, a rappelé la nécessité de restructurer et de renforcer la Fondation : "Nous sommes heureux avec cette inauguration, mais nous voulons plus. Nous voulons avoir les conditions de réaliser intégralement notre travail comme le détermine la Constitution fédérale. Ceci avec un budget suffisant et avec l'appui des autres organes du gouvernement fédéral". À cette inauguration était également présent Raoni Metuktire, le leader indigène Kayapó qui a rappelé l'importance de la FUNAI pour les indigènes : "La présidente doit être forte. Je suis avec vous et je veux vous appuyer comme c'est nécessaire".

    Selon le communiqué de la Fondation, le nouveau siège a une superficie de 19'200 m2 sur 21 étages au total, où travaillent environ 800 fonctionnaires. Le loyer mensuel s'élève à 1,17 millions de reais (environ 512'000 US$). Il est prévu la construction d'un siège en propriété de la Fondation.

    * L'organisme chargé de la protection des peuples indigènes du Brésil.

    ** Le même arrêté annonce également le départ de Paulo de Tarso Texeira, Directeur exécutif du Département de la Police Fédérale au Ministère de la Justice.

    Voir sur ce blog, les notes des 21 et 28 avril 2012.

    ***

    PS  : L'activation des liens hypertextes (en gris) renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note est une version actualisée de la "brève" publiée dans le dernier AYA Info (No 84) le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • 2012 n'a pas été une année de progrès pour les peuples indigènes du Brésil

    Imprimer

    Pour les peuples indigènes du Brésil, 2012 n'aura pas été une année de progrès. S'il est vrai qu'il est difficile de retenir tout ce qui a fait l'actualité indigène au cours de ces douze mois, il reste que c'est bien la conclusion à laquelle conduit l'examen de quelques domaines-clés de la politique indigéniste du pays.

    Pour les droits territoriaux, seulement sept Terres Indigènes – TI ont été démarquées le 5 juin, pour la journée mondiale de l'environnement. Et, en octobre, il y a eu la publication du rapport d'identification d'une TI dans l'État d'Amazonas. Au début décembre, les Xavante ont retrouvé leur terre ancestrale de Marãiwatsédé. Le lobby anti-indigène a été particulièrement actif au parlement. Au Sénat et à la Chambre des Députés, des élus ont mis à l'ordre du jour des Projets d'amendements constitutionnels visant à enlever au Gouvernement la responsabilité finale de la démarcation des TI. En juillet, l'Avocat général de l'Union a signé un arrêté relatif à la démarcation des TI qui a soulevé de nombreuses protestations de la part des organisations indigènes et indigénistes. L'application de ce texte a été suspendue. Le Conseil Indigéniste Missionnaire – CIMI a relevé que seulement 37,66 % du budget alloué pour la "Délimitation, la Démarcation et la Régularisation des TI" a été utilisé, alors qu'il reste de nombreuses terres à protéger.

    Du point de vue institutionnel, en avril, la Présidente de la république, Dilma Rousseff a nommé Marta Maria do Amaral Azevedo à la présidence de la Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI, un poste jusque - là toujours assumé par des hommes. À l'initiative de la nouvelle présidente, après une année d'inactivité, la Commission Nationale de Politique Indigéniste - CNPI a repris ses travaux en juin. Elle a tenu deux autres réunions en août et décembre 2012. Des rencontres sont déjà programmées en 2013.

    L'accès aux services de santé reste problématique pour de nombreux peuples indigènes, notamment dans les zones difficiles d'accès comme la Vallée du Javari et la TI Yanomami. En décembre 2012, les carences du service de santé indigène ont amené le Ministère Public Fédéral à lancer un programme pour obliger divers services de santé à prendre des mesures concrètes en faveur des peuples indigènes dans une quinzaine d'États. Le CIMI a relevé qu'en 2012, seulement 8,17% (2,176 millions de R$ sur 26,650 millions de R$) du budget fédéral destiné à la "Structuration d'unités de santé pour le service à la population indigène" ont été utilisés.

    Des leaders indigènes brésiliens sont venus à Genève en 2012. Tout d'abord, au début mars, Davi Kopenawa, président de l'Hutukara Association Yanomami – HAY, était présent au Festival du film et forum International sur les Droits Humains - FIFDH. Il a eu des contacts avec les organisations internationales. À mi-novembre, Manoel Uilton dos Santos de l'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB a rendu visite au Haut Commissariat aux Droits de l'Homme pour demander l'appui de cette organisation pour le respect, par le gouvernement brésilien, des droits des peuples indigènes conformément aux textes internationaux ratifiés par ce pays. Le 10 décembre, journée internationale des droits de l'homme, c'est Raoni, le leader Kayapó qui a aussi été reçu au Palais Wilson, le siège du Haut - Commissariat. Les effets de cette pression internationale semblent limités. Le Brésil peine à reconnaître les droits des indigènes.

    ***

    PS : L'activation des liens hypertextes renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Elles sont souvent en portugais, sauf quand il s'agit d'anciens "AYA Info".

    Cette note a été publiée dans le dernier "AYA Info" (No 80), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Marta Azevedo devra faire preuve de courage à la tête de la FUNAI

    Imprimer

    AgenciaBrasíl:26-04-12:JFC:5756:Marta Azevedo.jpgC'est fait, le 20 avril, Dilma Rousseff a effectivement nommé Marta Maria do Amaral Azevedo, plus couramment appelée Marta Azevedo, à la présidence de la Fondation Nationale de l'Indien - FUNAI. Cette désignation a fait l'objet d'un décret présidentiel publié le 23 avril au Journal Officiel de l'Union. Marta Azevedo est anthropologue et démographe, professeure à l'Université d'État de Campinas (État de São Paulo). Elle sera la trente-troisième personne, et la première femme, à présider cette institution.

    Marta est connue pour son engagement de longue date en faveur des peuples indigènes. En 1978, elle a fait sa première expérience sur le terrain dans le domaine de l'éducation scolaire chez les Guarani Kaiowá. Elle a travaillé avec la Commission Pro Indio de São Paulo, le Conseil Indigéniste Missionnaire - CIMI, le Centre Œcuménique de Documentation et d'Information - CEDI devenu plus tard l'Instituto Socioambiental- ISA.

    Elle a obtenu son doctorat en démographie en avril 2003, en soutenant une thèse sur la "Démographie des Peuples Indigènes du Haut Rio Negro".. À diverses reprises elle a collaboré avec la Fédération des Organisations Indigènes du Rio Negro - FOIRN. En 2005, elle a publié un livre "Démographie des Peuples indigènes du Brésil". Plus récemment, elle a collaboré à l'élaboration des questions relatives aux indigènes pour le recensement de la population brésilienne de 2010.

    Lors de la cérémonie d'entrée en fonction, la nouvelle présidente a déclaré vouloir donner la priorité à la qualité de vie des femmes indigènes. La note publiée sur ce blog, le 21 avril dernier, décrit quelques dossiers délicats qu'elle aura à traiter. Et ceci dans un contexte particulièrement difficile, voire hostile à maints égards. Le ministre de la justice, José Eduardo Cardoso a relevé comment la présidence de la FUNAI est l'une des tâches plus difficiles dans la république. Il a affirmé que Marta avait toutes les qualités pour assumer sa fonction : "Ce sont des siècles d'oppression contre les indiens... Beaucoup de conflits, de pressions de la société, du Congrès national, des médias... Il est nécessaire d'avoir beaucoup de courage..."

    ***

    Photo José Cruz/Agência Brasil - Marta Azevedo lors de la cérémonie d'entrée en fonction.

    Pour en savoir plus,

    - en français : voir la note publiée sur ce blog le 21 avril.;

    - en portugais:

    - Le parcours de Marta : http://www.socioambiental.org/nsa/detalhe?id=3533 ,

    - L'information diffusée par "Agência brasil" à l'occasion de la cérémonie d'entrée en fonction :  http://agenciabrasil.ebc.com.br/noticia/2012-04-26/nova-presidenta-da-funai-dara-prioridade-qualidade-de-vida-das-mulheres-indigenas

    - Le curriculum de Marta Azevedo : http://buscatextual.cnpq.br/buscatextual/visualizacv.do?metodo=apresentar&id=K4782182Z1

     

    Cette note sera partiellement reprise publiée dans le prochain "AYA Info" No 71, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2