wallace moreira bastos

  • La FUNAI a un nouveau président !

    Imprimer

    Le 18 juillet, le commissaire de Police Fédérale Marcelo Augusto Xavier da Silva a été nommé à la tête de la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI. Il en est le 43e président depuis la création de l’institution en décembre 1967. Mais, depuis janvier 2019, il en est le quatrième responsable. En effet, Wallace Moreira Bastos a occupé le poste d’avril 2018 à janvier 2019, alors remplacé par Franklimberg Ribeiro de Freitas démis de sa fonction en juin dernier*. Puis, Fernando Maurício Duarte Melo a assuré un mois d’intérim. Un tel turnover n’est arrivé qu’en 1985.

    À l’occasion de la prise de fonction du nouveau président, le service de communication de l’institution rappelle que celui-ci a déjà travaillé à la FUNAI pendant quelques mois comme Auditeur entre 2017 et 2018. Il donne également quelques indications sur sa formation : technicien en agro-élevage ; bachelier en Droit et post-gradué en Sciences criminelles. Il résume en quelques lignes le sens dans lequel le président entend travailler : « La Funai est un organe au service des indigènes. Notre objectif sera d’améliorer leurs conditions de vie et de leur donner plus d’autonomie. Le modèle appliqué jusqu’à présent n’était pas efficace… Selon la législation, nous devons garantir la dignité des peuples indigènes et améliorer une meilleure utilisation des ressources publiques. » C’est dans la presse que l’on trouve plus de détails sur son parcours. Un article de BBC News du 25 juillet montre sa proximité, déjà ancienne, avec le lobby de l’agrobusiness. Pour l’Institut Socio-environnemental – ISA, « La nomination du commissaire à la présidence de la Funai fait partie du plan de Bolsonaro pour avoir le contrôle total de de l’organe indigéniste aux ruralistes et, ainsi, réaliser son engagement de campagne de paralyser et de revoir les démarcations des Terres Indigènes ».

    La première situation de crise que Marcelo Xavier est appelé à traiter concerne la mort violente, le 22 juillet, du leader indigène Emyra Wajãpi de la Terre Indigène Wajãpi, dans l’État de l’Amapá dans le nord-est du pays. Dès le 28 juillet, le Conseil des Villages Wajãpi – APINA a donné diverses informations faisant état d’une invasion de non indiens qui seraient les auteurs de cet acte. Le Conseil a demandé l’intervention des forces de sécurité et de la FUNAI. Une enquête est en cours. Cet incident a suscité une vive émotion au Brésil et à l’étranger. Une affaire à suivre…

    Toujours concernant le rôle de la Fondation, le Président Bolsonaro, dans une Mesure Provisoire du 18 juin a, pour la deuxième fois, enlevé à la FUNAI le soin d’identifier, de délimiter et démarquer les Terres Indigènes - TI. Dans une décision du 1er août, le Tribunal Suprême Fédéral a jugé cette mesure non conforme à la Constitution. La démarcation des TI reste une tâche de la FUNAI. Pour rappel, c’est le Président de la République qui signe le décret d’homologation d’une TI ! Jair Bolsonaro a manifesté son intention de ne plus en démarquer malgré que celles-ci soient reconnues comme biens de l’Union.

                                                                                       ***

    *Voir sur ce blog, les notes des 18 juin 2019, 25 mars 2019, 30 janvier 2019,  12 janvier 2019, 15 juin 2018, 2 juin et 13 octobre 2017

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 128, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • La FUNAI aura un nouveau président

    Imprimer

    Son deuxième mandat à la présidence de la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI, n’aura pas duré longtemps. Le 16 janvier dernier*, pour succéder à Wallace Moreira Bastos, le général de réserve Franklimberg Ribeiro de Freitas avait été nommé pour la seconde fois à la tête de la FUNAI. Une charge qu’il avait déjà occupée entre mai 2017 et avril 2018. Ce 12 juin, les médias ont annoncé son exonération. L’arrêté du Ministre-chef de la Maison civile de la Présidence de la République, Onyx Lorenzoni mettant un terme à ce deuxième mandat été publié au Journal Officiel de l’Union le 14 juin.

    Selon des propos rapportés par la presse, Luiz Antônio Nabhan Garcia, Secrétaire spécial des Sujets Fonciers au Ministère de l’agriculture, dit que Franklimberg a été démis de ses fonctions en raison de son incompétence. Selon Deutsche Welles, le partant est d’avis que le Président Jair Bolsonao est mal conseillé sur les questions indigènes. De plus, il indique que la FUNAI est constamment attaquée par des intérêts de tiers [opposés aux autochtones], qu’elle doit agir avec un budget limité et une pénurie de personnel. L’intérim a été confié à Fernando Maurício Duarte Melo, un Général de réserve déjà conseiller pour les projets spéciaux au sein de la Fondation.

    En 52 ans d’existence, l’institution est en passe d’avoir un 42e président. Ce turnover important illustre la difficulté de protéger les peuples autochtones dans un État où de nombreuse forces économiques et politiques leur sont hostiles. Et depuis le début janvier, la situation politique est particulièrement agitée.

                                                                                       ***

    *Voir sur ce blog, les notes des 30 janvier 201912 janvier 2019, 15 juin 2018, 2 juin et 13 octobre 2017

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 127, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

     

  • Présidence de la FUNAI : le retour d’un militaire dans un contexte tendu

    Imprimer

    Le général de réserve Franklimberg Ribeiro de Freitas avait déjà présidé la FUNAI (Fondation Nationale de l’Indien) entre mai 2017 et avril 2018*. Il a retrouvé cette fonction depuis le 16 janvier dernier, peu après le début du mandat – le 1er janvier – de Jair Bolsonaro, le nouveau Président de la République**. La Fondation, créée en 1967, a changé de ministère de tutelle : précédemment, elle dépendait du Ministère de la Justice. Avec la nouvelle présidence, elle est désormais sous la responsabilité du Ministère de la Femme de la Famille et des Droits humains - MDH, dirigé par Damares Alves, une avocate et pasteure évangélique. Autre changement important : la FUNAI n’a plus la responsabilité d’identifier, de délimiter et de démarquer les Terres Indigènes. Cette tâche a été transférée au Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Approvisionnement – MAPA, dirigé maintenant par Tereza Cristina, très liée au lobby de l’agrobusiness.

    Depuis avril 2018, la Fondation était présidée par Wallace Moreira Bastos. Avant son départ, et par deux fois, le 31 décembre 2018 et le 10 janvier 2019, celui-ci a dressé le bilan de son action : arrivée de nouveaux collaborateurs, soutien à des projets d’ethno-développement, action de protection des peuples isolés et de contact récent…

    À peine entré en fonction, les médias ont publié une information selon laquelle, peu de temps après avoir quitté son poste en 2018, Franklimberg avait accepté un poste de conseiller auprès de la société canadienne Belo Sun Mining qui a un projet de mine aurifère près du barrage de Belo Monte (Pará). La Funai, dans un communiqué du 22 janvier, a précisé que le nouveau président avait respecté la période de quarantaine de six mois voulue par la Commission d’Éthique de la Présidence de la République en cas de risque de conflit d’intérêt. Le 17 janvier Belo Sun confirme : Franklimberg s’était plié à cette obligation en n’occupant son poste que le 19 octobre 2018 (et qu’il l’a quitté le 28 décembre suivant). Le 23 janvier, il a participé à la rencontre organisée par le Ministère Public Fédéral - MPF sur le thème « Dialogue : Perspectives des droits constitutionnels indigènes ». Il a expliqué l’objectif du transfert, au Ministère de l’agriculture, la compétence de démarquer des terres indigènes est d’en accélérer les processus et d’en garantir la sécurité juridique...

    Pour cette réunion, le MPF avait invité des représentants du pouvoir exécutif, des milieux académiques, des diplomates de plusieurs pays (dont la Suisse), par vidéo, la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Victoria Tauli-Corpuz, des ONG et des leaders indigènes, dont Joênia Wapichana, la première femme indigène élue à la Chambre des députés. Le Conseil Indigéniste Missionnaire – CIMI en a publié un intéressant compte-rendu.

    Dans les premières semaines de janvier, plusieurs peuples et organisations indigènes s’étaient adressés au MPF pour manifester leur inquiétude en raison des changements voulus par le nouveau Président de la République. La rencontre organisée par le MPF apparaît comme une première réponse aux organisations indigènes. Elle a permis de mettre en évidence des positions contradictoires en rapport avec le nouveau cadre politique.

    Les droits constitutionnels indigènes sont entre les mains du triple lobby, appelé « BBB » au Brésil. C’est à dire du B pour « Bœuf », celui de l’agrobusiness. Le B pour « Bible », celui des Évangéliques. Et le B de pour « balles », les partisans du port d’arme et des militaires. Les peuples et organisations indigènes ont décidé de résister…

    Ce 31 janvier, des manifestations de soutien aux indigènes sont organisées au Brésil et dans plusieurs pays. À Genève, le rassemblement prévu à la Place des Nations a été annulé en raison du délai imposé pour obtenir une autorisation de manifester.

                                                                        ***

    *Voir sur ce blog les notes du 2 juin et 13 octobre 2017 et 15 juin 2018 / **Voir sur ce blog la note du 12 janvier 2019.

                                                                         ***

    PS 1 : La catastrophe de Brumadinho (MG) qui, au moment de publier cette note, a causé la mort de 84 personnes et compte encore 276 disparus, rend la vie difficile d’une petite communauté indigène Pataxo Hã-hã-hãe. Celle-ci est composée d’une vingtaine de familles installées sur les rives du rio Paraopeba, dans la commune de São Joaquim de Bicas. La pollution de la rivière les prive de ressources. La FUNAI a fait savoir qu’elle leur porte assistance.

    PS 2 : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans « AYA Info » No 125, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Brésil : le gouvernement change une fois de plus la présidence de la FUNAI !

    Imprimer

    Depuis le 24 avril dernier, la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI a un nouveau président en la personne de Wallace Moreira Bastos. Avant sa nomination, celui-ci était Sous-secrétaire des sujets administratifs au Ministère des transports, des ports et de l’aviation civile. Il n’a jamais eu un emploi, ni suivi une formation en rapport avec les questions indigènes. Il succède à Franklimberg Ribeiro de Freitas qui était en poste depuis mai 2017*.

    Une controverse s’est développée sujet de ce changement de président. Selon les leaders indigènes réunis à Brasilia du 23 au 26 avril pour la 15e édition du « Campement Terre Libre » qui a rassemblé plus de 3'000 indigènes de tout le pays, la proposition aurait été faite au Ministre de la Justice par un député fédéral, André Moura du Parti Social Chrétien (PSC) et membre du Front parlementaire Évangélique du Congrès. Demande appuyée par la « Bancada ruralista » (le lobby de l’agrobusiness au Parlement fédéral), selon laquelle ce serait les organisations indigènes qui auraient demandé le renvoi de Franklimberg Ribeiro de Freitas. Cette affirmation est contestée par les leaders indigènes.

    Créée en 1967, la FUNAI en est à son 41e président si l’on inclut dans ce nombre ceux qui l’ont été par intérim. Au cours de ces quinze dernières années, deux d’entre eux y ont exercé un mandat « longue durée »: Mércio Pereira Gomes, de septembre 2003 à mars 2007. Et surtout son successeur, Márcio Meira, d’avril 2007 à avril 2012. C’était sous la présidence de Lula et au tout début du premier mandat de Dilma Rousseff. Depuis avril 2012, la FUNAI en est à son neuvième président… Une instabilité significative !

    La FUNAI a remplacé le Service de Protection de l’Indien (SPI) qui avait été créé en 1910 pour protéger les autochtones, mais surtout les intégrer à la nation. Il a été supprimé en raison de sa mauvaise gestion, d’un manque de ressources et, à diverses reprises, d’avoir usé de violences à l’égard des Peuples dont il avait la charge. La FUNAI a vu son budget se réduire ces dernières années. Elle est aussi l’objet de convoitises de la part des partis politiques au pouvoir qui se partagent la direction des services publics. Actuellement, ces groupes de pressions sont hostiles à la mise en œuvre des droits des Peuples indigènes reconnus dans la Constitution de 1988, notamment leurs droits territoriaux. Depuis son accession à la Présidence de la République (mai 2016),Michel Temer n’a homologué qu’une seule Terre Indigène (TI), et cela tout récemment, le 26 avril dernier. Il s’agit de la TI Baía dos Guató située dans l’État du Mato Grosso. Une TI de près de 20’000 ha, occupée par un peu plus de 200 Indiens Guató.

                                                                          ***

    * Voir sur ce blog les notes du 13 octobre et du 2 juin 2017

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 122, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2