Brésil : des menaces sur des indiens en situation d’isolement volontaire (19/02/2022)

Brésil, Brasil, Brasilia, Manaus, COIAB, Coordenação das Organizações Indígenas da Amazônia Brasileira, Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne, APIB, Articulation des Peuples Indigènes du Brésil, Articulação dos Povos Indígenas do Brasil, Fondation Nationale de l’Indien, Fundação Nacional do Indio, FUNAI, Ministério Público Federal, MPF, Terra Indígena, Ituna/Itatá, Jacareúba/Katawixi, Piripkura, Belo Monte, rio Xingu, Pará, Observatoire des droits Humains des Peuples indigènes Isolés et de récent contact, Observatório dos Direitos Humanos dos Povos Indígenas Isolados e de Recente Contato, OPI, Zequinha MarinhoDes indices montrent que la Terre Indigène (TI) Ituna/Itatá* est occupée par des indiens en situation d’isolement volontaire. Le contact avec un groupe jusque-là isolé, se traduit souvent par un choc microbien susceptible de mettre en cause l’existence même de celui-ci. Cette TI se situe dans la zone touchée par la construction du barrage de Belo Monte sur le rio Xingu. Une région qui a vu l’arrivée massive de nouveaux habitants en recherche d’emploi. La déforestation y est importante, souvent conséquence de la présence de grileiros (occupants illégaux), venus surtout depuis la fin du chantier de l’usine hydro-électrique. 

Pour protéger ces éventuels groupes indigènes isolés, la TI a fait l’objet d’une « restriction d’usage » par des arrêtés successifs de la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI depuis janvier 2011. Cette protection a été renouvelée pour trois ans en janvier 2019… La prorogation devant ainsi intervenir en ce début 2022. Une démarche contestée.

Déjà, en septembre 2019, le sénateur de l’État du Pará, Zequinha Marinho, a contesté la présence d’indiens sur cette terre protégée. Il l’a fait en plénière du Sénat et dans un courrier à la présidence de la République. La FUNAI a organisé une expédition dans la région en août-septembre 2021. Dans une note de fin janvier dernier, elle affirme ne pas y avoir pas décelé d’indices prouvant la présence d’indiens isolés pouvant justifier la prolongation de cette protection. Cependant, sur injonction de la justice, elle a prolongé de six mois la validité de la restriction d’usage.

Ce résultat – provisoire – est le fruit de la pression des organisations indigènes et indigénistes qui se sont mobilisées pour maintenir cette protection. Le Conseil National des Droits Humains – CNDH, l’Observatoire des droits Humains des Peuples indigènes Isolés et de récent contact – OPI, la Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne – COIAB, l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB ont publié des rapports, lettres ouvertes et pétition.

L’issue de ce bras de fer est incertaine. D’autres groupes isolés sont également en danger !

***

*Située dans l’État du Pará, elle a une superficie d’environ 1’424 km2

Illustration publiée par Amazônia Real: 04/02/2022 : les TI Jacareúba/Katawixi, Piripkura et Pirititi sont aussi potentiellement occupées par des groupes indigènes en situation d’isolement volontaire. Elles font également l’objet d’arrêtés de « restriction d’usage ». Elles sont dans la même situation que la TI Ituna/Itatá. Cliquer sur l’image pour en agrandir la taille

***

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 140, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève –CCP 15-728614-8 / IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8

15:18 | Tags : brésil, brasil, brasilia, manaus, coiab, coordenação das organizações indígenas da amazônia brasileira, apib, articulation des peuples indigènes du brésil, articulação dos povos indígenas do brasil, fondation nationale de l’indien, fundação nacional do indio, funai, ministério público federal, mpf, terra indígena, itunaitatá, jacareúbakatawixi, piripkura, belo monte, rio xingu, pará, opi, zequinha marinho, coordination des organisations indigènes de l’amazonie brésilien, observatoire des droits humains des peuples indigènes isolés et , observatório dos direitos humanos dos povos indígenas isolados e | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |