• Prévention de la mortalité maternelle et infantile chez les Yanomami

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, mortalité infantile, mortalidade na infância, mortalidade materna, frottis gynécologiques, planning familial, Yanomami, União das Mulheres Indígenas da Amazônia Brasileira, UMIAB, Serviço e Cooperação com o Povo Yanomami, SECOYA, Manaus, Kurikama, rio Marauiá, sages-femmes, parteiras tradicionais, AYA, Ville de Genève, Délégation Genève Ville Solidaire, Appui aux indiens Yanomami d’Amazonie, Droits de l’enfant, ONUÀ plusieurs reprises, les femmes et les leaders Yanomami ont exprimé leur mécontentement et leurs doutes relatifs à certaines actions mises en place par le service officiel de santé indigène : frottis gynécologiques, planning familial, effets secondaires suite à l’application d’injections anticonceptionnelles… Des programmes appliqués sans accompagnement approprié, les Yanomami ont assimilé ces traitements à des empoisonnement. Les hommes, leaders des communautés, ont demandé l’arrêt de ces programmes sans consulter les femmes.

    Pour changer cet état de fait, celles-ci se sont adressées au Service et Coopération avec le peuple Yanomami – SECOYA* de Manaus. En juin 2018 déjà, en partenariat avec l’Union des Femmes Indigènes de l’Amazonie Brésilienne – UMIAB, la SECOYA a organisé une rencontre sur le thème du « Droit au consentement éclairé et santé de la femme ». Les participantes, dont certaines ont un rôle similaire aux sages-femmes traditionnelles, demandèrent une formation particulière. Il s’agit d’améliorer leur pratique pour réduire les taux de mortalité maternelle et infantile trop élevés dans les communautés, objectif final d’un tel projet. Il s’agit d’un programme qui se veut une action concrète au moment où est célébré le trentième anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, en particulier l’Art. 24.

    La SECOYA accepté de répondre à cette demande. Elle a d’abord défini qui seraient les bénéficiaires de cette action : une trentaine de femmes, des membres de l’association « Kurikama » qui regroupe les villages Yanomami du rio Marauiá et autres personnes représentant les communautés dans les structures officielles de santé. Il s’agit ensuite de définir une méthodologie : dresser un diagnostic préalable sur la situation exacte en matière de santé maternelle et infantile ; s’informer et tirer les enseignements sur les pratiques réalisées dans d’autres peuples amazoniens ; les prérequis pour commencer une formation ; la législation en vigueur concernant les sages-femmes traditionnelles, etc…

    Se voulant un projet participatif, il est indispensable de mettre en place une consultation préalable libre et informée des femmes et des communautés concernées. Enfin, il est nécessaire de prévoir comment assurer la pérennité d’un tel programme de formation.

    Cette activité à un coût, environ 60'000 CHF, SECOYA a sollicité AYA qui s’est adressée à la Ville de Genève. La Délégation Genève Ville Solidaire est entrée en matière pour soutenir une première phase de ce programme, mais sa contribution ne couvre que 80% des dépenses. AYA dispose de quelques ressources propres, mais il faut trouver le complément.

    Appel est lancé aux lecteurs de cette note. Une contribution peut être versée au CCP : Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" – AYA - 1213 ONEX / No 17-55066-2

    Par avance un chaleureux merci !

                                                                                     ***

    *Le Service et Coopération avec le peuple Yanomami – SECOYA est le partenaire de AYA.

    Illustrations : Ci-dessus, page 1 du Projet.

                          Ci-dessous : carte localisant le rio Marauiá.

    > Cliquer sur les images pour en agrandir la taille.

                                                                       

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, mortalité infantile, mortalidade na infância, mortalidade materna, frottis gynécologiques, planning familial, Yanomami, União das Mulheres Indígenas da Amazônia Brasileira, UMIAB, Serviço e Cooperação com o Povo Yanomami, SECOYA, Manaus, Kurikama, rio Marauiá, sages-femmes, parteiras tradicionais, AYA, Ville de Genève, Délégation Genève Ville Solidaire, Appui aux indiens Yanomami d’Amazonie, Droits de l’enfant, ONU

     

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 130, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Á Uni Mail : Populations autochtones et multinationales

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, Peuples autochtones, Uni Mail, multinationales responsables, initiative fédérale, CUAE, Master TRANS, Haute école d’art et de design, Genève, HEAD, Cateté, Pará, Xikrin, Aurélien Fontanet, Aurélien Stoll, Loreto, Pérou, Marine Vasina, E-Changer, Mouvement pour la Coopération Internationale, MCI, AYA, Fédération vaudoise de coopération, Fédération genevoise de coopération, Université de Genève

    C’est connu, la colonisation a eu des conséquences désastreuses, surtout en termes démographiques, pour les « peuples premiers » occupants de l’Amérique. Cependant, la résistance qu’ils ont opposée aux conquérants européens leur a permis de conserver – notamment en Amazonie – leur culture, leur mode de vie. Mais, les richesses minières du sous-sol amazonien excitent maintenant l’appétit des grandes entreprises nationales ou multinationales. Deux exemples : l’exploitation du nickel, dans l’État brésilien du Pará, et du pétrole dans la province péruvienne de Loreto portent atteinte à la santé des indigènes.

    Pour les peuples autochtones, empêcher la destruction de leur cadre de vie, la Terre-Mère est vital. Il sera question de la solidarité qu’il est possible de leur manifester lors de la rencontre de ce 15 novembre, organisée par plusieurs entités (voir ci-dessus). Cette table ronde a pour toile de fond l’initiative fédérale « Pour des multinationales responsables » toujours en attente de votation.

    Invitation à tous !

    PS : cliquer sur l’image pour en agrandir la taille

  • Une délégation indigène brésilienne à Genève ce 8 novembre

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, Campement Terre Libre, Acampamento Terra Livre, 2019, APIB, Accord de Paris, Convention 169, Charte de Cochabamba, Mère Nature, Jair Bolsonaro, Société pour les peuples menacés, gfbv, SPM, AELE, Mercosur, Paulo Paulino Guajajara Ils ne restent pas passifs ! La faîtière des organisations indigènes du Brésil, l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB a décidé d’envoyer une délégation en Europe pour y alerter l’opinion publique sur les menaces qui pèsent sur les droits économiques, sociaux, culturels et territoriaux des indigènes. En fait, une menace sur leur existence même.

    Les objectifs du voyage : d’abord dénoncer les graves violations commises contre les peuples indigènes et l’environnement par le nouveau gouvernement de Jair Bolsonaro. Au-delà de la dénonciation, l’APIB veut la mise en œuvre de mesures susceptibles d’exercer une pression sur le gouvernement et les entreprises de l’agroalimentaire du Brésil pour le respect de l’environnement et des droits des droits des peuples autochtones (Accord de Paris, Convention 169 de l’OIT, Déclaration universelle des droits de Mère Nature telle que définie dans la Charte de Cochabamba de 2010). Mais l’Articulation demande aussi la solidarité des citoyens des pays qu’elle visite. Elle souhaite former un réseau international de personnes et d’organisations qui soutiennent ses objectifs. Au Brésil même, en janvier et avril 2019 déjà, l’APIB avait organisé des manifestations pour faire connaître ses revendications. Sa tournée européenne est dans le prolongement de cette mobilisation. Elle en a repris le titre même : « Sang autochtone, pas une goutte de plus » qui malheureusement est démenti par la triste actualité : ce 1er novembre, Paulo Paulino Guajajara, un « gardien de la forêt » de la Terre Indigène Araribóia (État du Maranhão) a été tué par un groupe de madeireiros (forestiers illégaux). Voir sur ce blog la note du 4 novembre.

    La « Société pour les peuples menacés -SPM » - dont le siège est à Berne - organise le passage de la délégation en Suisse. À cette occasion, le 7 novembre dans la capitale fédérale, elle lance une campagne en faveur des droits des peuples autochtones brésiliens. Cette délégation est en Suisse au moment où notre pays, dans le cadre de l’AELE, négocie un traité de libre-échange avec les pays du Mercosur dont fait partie le Brésil.

    À Genève, une réunion ouverte au public est prévue le vendredi 8 novembre, de 18h30 à 21h à Maison de la Paix, Auditorium A2, au 2 Chemin Eugène-Rigot, 1202 Genève / Transports publics : Tram No 15, Arrêt « Maison de la Paix »

    Illustration : Cliquer sur la vignette pour en agrandir la taille.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 130, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Brésil : Assassinat d’un gardien de la forêt

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, Paulo Paulino Guajajara, Laércio Guajajara, Terra Indígena Araribóia, Maranhão, madeireiros, Sergio Moro, Awá Guajá, Bolsonaro, Victoria Tauli-Corpuz, APIB, Survival International Le 1er novembre, Paulo Paulino Guajajara (26 ans), l’un des « Gardiens de la Forêt » de la Terre Indigène Araribóia TI (État du Maranhão) été tué lors d’une embuscade organisée - selon les témoignages recueillis par l’agence « Amazônia real » - par cinq « madeireiros » (forestiers illégaux) sur le territoire même de la TI. Paulo était accompagné par Laércio Guajajara qui a seulement été blessé et a pu s’enfuir. Ils étaient partis en forêt pour chasser le pecari. Le Ministre de la Justice, Sergio Moro, a annoncé l’ouverture d’une enquête. Cette TI, démarquée en 1990, est également occupée par des Awá Guajá en situation d’isolement volontaire.

    Dans une note du 2 novembre, l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB exprime sa tristesse et sa révolte : «…Le Gouvernement de Bolsonaro a du sang indigène sur les mains. L’augmentation de la violence dans les territoires indigènes est la conséquence directe de son discours de haine et des mesures contre les peuples indigènes du Brésil. Nos terres sont envahies, nos leaders sont assassinés, attaqués et criminalisés… » […] « Il est nécessaire de donner un coup d’arrêt à cette politique génocidaire contre les peuples indigènes du Brésil. C’est pour cela que nous sommes en campagne dans les pays européens* pour alerter le monde sur ce qui arrive au Brésil et demander un appui pour que plus une goutte de sang indigène ne soit versée ». De nombreuses organisations et entités et personnalités, dont Victoria Tauli-Corpuz la Rapporteure de l’ONU pour le droit des peuples indigènes, ont  condamné cet assassinat. Survival International a lancé une pétition à adresser au président Bolsonaro.

    L’histoire de cette Terre Indigène est hélas marquée par de nombreux épisodes violents, des morts, des incendies, des invasions**

                                                                                         ***

    *L’APIB a effectivement organisé une délégation qui visite une douzaine de pays européens, dont la Suisse. Une rencontre ouverte au public est prévue à Genève le vendredi 8 novembre, de 18h30 à 21h à Maison de la Paix, Auditorium A2, au 2 Chemin Eugène-Rigot, 1202 Genève. Transports publics : Tram No 15, Arrêt « Maison de la Paix »

    **Voir sur cc blog les notes du 11 novembre 2015, 10 décembre 2016

    Photo : Paulo Paulino Guajajara./ © Sarah Shenker / Survival International / Cliquer sur l’image pour en agrandir la taille.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 130, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2