• Les incendies et la déforestation entraînent des réactions au Brésil et au-delà

    Imprimer

    Les médias ont largement fait écho aux incendies et à la déforestation qui ravagent l’Amazonie et le Pantanal (la plus grande zone humide de la planète). Les liens de ces phénomènes avec l’agrobusiness ont été rappelés à diverses reprises. La situation en Amazonie a suscité des réactions, des prises de positions variées dont on trouvera quelques exemples ci-dessous.

    Le 18 septembre, le Général Heleno, chef du Cabinet de la Sécurité Institutionnelle à la Présidence du Brésil a publié une note sur les réseaux sociaux. Il dit que l’Articulation des peuples Indigènes du Brésil - APIB et une de ses leaders, Sônia Guajajara commettent un crime de lèse-patrie : « L’APIB est derrière le site defundbolsonaro.org pour diffuser des fake news contre le Brésil, imputer les crimes environnementaux au président de la république et appuyer les campagnes internationales de boycott des produits brésiliens. » L’Articulation rejette cette accusation. Selon elle « … le plus grand crime qui nuit à notre patrie est l’incapacité du gouvernement à empêcher la destruction de nos biomes, de nos zones protégées, les incendies, l’accaparement des terres, la déforestation, l’invasion de nos terres et le vol de nos richesses. »

    Le 22 septembre, lors de l’ouverture de la 75e Assemblée Générale de l’ONU, le président brésilien a défendu la politique économique et sanitaire qu’il conduit dans son pays pour faire face au Covid-19. À propos des incendies qui dévastent la forêt : « Notre forêt est humide et ne permet pas la propagation du feu en son intérieur. Les incendies arrivent pratiquement, dans les mêmes lieux, dans la zone Est de la forêt, où le caboclo* et l’indien brûlent leurs champs à la recherche de leur survie dans les zones déjà déboisées.» Le jour même l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil - APIB a adressé une interpellation au Tribunal Suprême Fédéral - STF pour que « le Gouvernement explique à la justice les mensonges qu’il a communiqué à l’ONU et les attaques faites aux peuples indigènes. »

    La situation inquiète au-delà du Brésil

    En juin dernier, l’association française Envol Vert a publié un rapport intitulé « Groupe Casino éco responsable de la déforestation # double jeu ». L’étude, sous-titrée « Rapport bœuf », porte sur le Brésil et la Colombie, pays où le groupe a des fournisseurs en viande bovine et des filiales de distribution. Le document a été adressé à la direction stéphanoise du groupe qui répond «… le plan de vigilance publié par le groupe Casino est conforme avec les obligations telles que définies par la loi française (No 2017-399) du 27 mars 2017 ». Une dizaine d’ONG dont la Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne – COIAB, sont associées à la démarche. Mis en demeure le 21 septembre, le groupe Casino a trois mois pour répondre.

    La politique environnementale de plusieurs pays latino-américains a eu un écho dans les rangs du Parlement européen. Le 7 octobre, lors de la discussion du rapport annuel 2018 sur la mise en œuvre de politique commerciale commune, le Parlement a adopté une résolution dont un paragraphe (No 36) concerne l’accord de libre-échange négocié par l’Union Européenne avec le Marché Commun du Sud – Mercosur**. La conclusion est claire, celui-ci « ne peut pas être ratifié en l’état. ». La France avait déjà manifesté son opposition à l’accord en 2019.

    En guise de rappel, la Suisse, dans le cadre de l’Association Européenne de Libre Échange – AELE (Suisse, Norvège, Lichtenstein et Islande) a conclu un accord à la fin du mois d’août 2019. Accord déposé au parlement fédéral également contesté par des parlementaires et par plusieurs ONG.

    Les nombreux appels à protéger les forêts seront-ils entendus ? À suivre…

                                                                                ***

    *Caboclo > métisse blanc/indien

    **Le Marché Commun du Sud – Mercosur, concerne l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et plusieurs pays associés.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans « AYA Info » No 134, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

    Lien permanent Catégories : La lettre d'AYA 0 commentaire
  • Brésil : augmentation des violences contre les peuples indigènes en 2019

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, indígenas, indigènes, CIMI, Conseil Indigéniste Missionnaire, Conselho Indígenista Missionário, CNBB, Conferência Nacional dos Bispos do Brasil, Relatório, Violência contra os Povos Indígenas no Brasil, Michel Temer, Dom Roque Paloschi, Karipuna, Rondônia, madeireiros, grileiros, Porto Velho, Bolsonaro, Denisa Sterbova, Apurinã, Boca de Acre,La forte augmentation des atteintes au patrimoine des peuples indigènes est soulignée dans le rapport annuel  publié le 30 septembre à Brasilia, par le Conseil Indigéniste Missionnaire*- CIMI. Il s’agit d’un document qui recense les différentes formes de violence subie par les peuples indigènes du Brésil au cours de 2019 qui est la première année de l’ère Bolsonaro. Cette progression de la violence concerne 16 des 19 catégories recensées par le Conseil.

    Dans le premier chapitre consacré à la « violence contre le patrimoine », les cas « d’invasions et exploitation illégales des ressources naturelles et dommages divers au patrimoine » sont passés de 109 en 2018 à 256 en 2019. Il a été observé 35 « conflits territoriaux » alors qu’il n’y en a eu que 11 en 2018. Le deuxième chapitre traite de la « violence contre la personne » : les cas sont passés de 110 en 2018 à 276 en 2019. Les « menaces de mort » ont quadruplé : 8 en 2018, mais 33 l’année dernière. Heureusement, le nombre d’assassinats a baissé : « seulement » 113 en 2019, alors qu’il en avait été dénombré 135 en 2018. Le troisième chapitre aborde la « violence par omission du pouvoir public » : 142 cas en 2018 et 267 en 2019. Les carences sont particulièrement sensibles dans les domaines de la santé et de l’éducation. Les suicides ont été plus nombreux : 101 en 2018 et 133 en 2019. La mortalité infantile a progressé : 591cas en 2018 pour 825 en 2019 !

    La présentation du rapport est signée de Dom Roque Paloschi, président du CIMI et archevêque de Porto Velho (État de Rondônia). Il relève notamment que « Les violations des droits de l’homme au Brésil sont inacceptables et nous ne pouvons pas fermer les yeux. Nous ne pouvons pas garder le silence car nous serions complices d’une dévastation irréversible. Nous serions associés à l’extermination des peuples. Nous ne pouvons pas dormir paisiblement en voyant tant de souffrance. Des limites doivent être imposées. C’en est assez ! » Plusieurs membres et conseillers du CIMI présentent le contexte politique dans lequel se trouvent les peuples indigènes au cours de cette année déjà marquée par les incendies et la déforestation qui dévastent l’Amazonie.

    Une nouveauté cette année : une synthèse du rapport a été publiée en allemand, anglais, espagnol, français et italien.

    La Constitution brésilienne qui définit les droits des peuples indigènes a été adoptée le 5 octobre 1988. Les Constituants avaient alors donné cinq ans au gouvernement pour démarquer la totalité des Terres Indigènes du pays… Un travail loin d’être terminé. Et l’actuel Président de la République se refuse à donner suite à cette obligation constitutionnelle…

                                                                               ***

    *L’organisme de la Conférence Nationale des Évêques du Brésil – CNBB en charge des questions indigènes.

    Illustration : Première de couverture du rapport. Photo Denisa Sterbova. En août 2019, un incendie provoqué par des fazendeiros a dévasté partiellement la Terre Indigène Valparaíso revendiquée depuis 29 ans par le peuple Apurinã. Territoire situé dans la municipalité de Boca de Acre (État d’Amazonas).

    PS 1 : Pour les années précédentes, voir sur ce blog les notes du 17 octobre 2019, 17 novembre 2018, 16 novembre 2017, 4 novembre 2016, 28 septembre 2015, 17 septembre 2014, 2 septembre 2013, 14 septembre 2012, 9 septembre 2011 et 3 août 2010      

    PS 2 : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans « AYA Info » No 134, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2