• Brésil, la violence contre les peuples indigènes en 2020

    Imprimer

    Brésil, Brasil, Conseil Indigéniste Missionnaire, Conselho Indigenista Missionário,  Cimi, Conferência Nacional dos Bispos do Brasil, CNBB, Violência contra os Povos Indígenas no Brasil, Covid-19, Secrétariat Spécial de Santé Indigène, SESAI, Secretaria Especial de Saúde Indígena, Articulation des Peuples Indigènes du Brésil, Articulação dos Povos Indígenas do Brasil, APIB, Jair Bolsonaro, Dom Roque Paloschi, Terras Indígenas, TI, Munduruku, Rio Tapajós, Sinop, Mato Grosso, Miritituba, Pará, Convention 169, OIT, Société pour les Peuples Menacés, Suisse, SPM, Alessandra Korap, Juarez Saw Munduruku, Banque nationale, Secrétariat d’État aux questions Financières Internationales, SFI, Secrétariat d’État à l’économie, SECO, Autorité fédérale de surveillance des marchés financier, FINMA, Ferrogrão, EF-170Le rapport publié ce 28 octobre par le Conseil Indigéniste Missionnaire* (CIMI) sur la Violence contre les Peuples Indigènes du Brésil en 2020 est dédié à toutes les victimes indigènes de la pandémie de la Covid-19 du Brésil. Leur nombre est incertain. Les observateurs s’accordent pour affirmer que la sous-notification est générale pour le Brésil. Elle a tout lieu de l’être davantage pour les populations indigènes. Au 29 décembre 2020, le Secrétariat Spécial de Santé Indigène – SESAI, l’organe national en charge du service de santé auprès des peuples indigènes, annonçait 37'627 cas confirmés de Covid-19 et 507 décès dus à la pandémie parmi les 755'000 indigènes sous sa responsabilité dans les 34 Districts sanitaires spéciaux indigènes du pays. Et le SESAI ne prend pas en compte les indigènes vivant dans les agglomérations. Á la même date, l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB recensait 43'524 cas confirmés et 901 décès au sein de 161 peuples.

    Dans son document, le CIMI** classe cette violence dans trois catégories : 1.- La violence contre le patrimoine. 2.- La violence contre les personnes et 3.- La violence par omission des pouvoirs publics.

    Dans la première catégorie, 832 Terres indigènes (TI) sont en attente de régularisation, soit autant qu’en 2019 : 829. Les cas d’invasion de TI, d’exploitation illégale de ressources naturelles et dégâts divers au patrimoine sont restés nombreux : 263 (256 en 2019). Il en avait été dénombré « que » 109 en 2018. Dans la deuxième catégorie, il a été compté 304 cas de violence contre la personne (276 en 2019), dont 182 assassinats (133 en 2019). Dans la troisième catégorie, le CIMI a relevé 177 cas de violence par l’inaction des pouvoirs publics, moins que les 267 cas relevés en 2019. Une réduction particulièrement sensible dans le domaine de la scolarité indigène : 23 cas en 2020 pour 66 cas en 2019. En pleine pandémie, les invasions de TI et les assassinats d’indigènes ont été en augmentation au cours de cette deuxième année du mandat de Jair Bolsonaro. Le président du Cimi, Dom Roque Paloschi, le relève dans la présentation du rapport : « [La]Violence comme pratique de gouvernement : une douloureuse et dramatique réalité dans le Brésil de Bolsonaro » […..] «  Jamais avant, dans l’histoire de ce pays, un gouvernement n’a agi de manière aussi scandaleuse et préméditée pour stimuler la dévastation et la destruction de parcelles du patrimoine public, les terres indigènes et les aires environnementales »

    Dans le rapport du CIMI, le peuple Munduruku est l’un des peuples indigènes cité de nombreuses fois, en particulier dans le chapitre traitant de la violence contre le patrimoine. Plusieurs communautés s’inquiètent à propos de projets de construction de barrages hydro-électriques, de ports sur le Rio Tapajós, mais aussi - et surtout - de la construction d’une voie ferrée de 933 km - Appelée « Ferrogrão - EF-170 » pour faciliter l’exportation du soja et du maïs produits dans le Centre Ouest brésilien. Le projet est de relier la municipalité de Sinop dans l’État du Mato Grosso au port de Miritituba dans l’État du Pará. Un tracé parallèle à la route BR-163.

    Pour répondre aux exigences de la Convention 169 de l’OIT sur les droits des peuples indigènes, notamment le droit des communautés à un consentement préalable, libre et informé, les organes gouvernementaux ont choisi eux-mêmes un indigène pour obtenir l’approbation des Munduruku sur leur projet de voie ferrée. Pour les Munduruku  « … ces projets n’apportent que de la destruction ! ». Ils s’organisent pour défendre leurs territoires. Cette résistance, ils sont venus jusqu’en Suisse pour la manifester. En effet, des banques helvétiques ont une participation financière dans les entreprises intéressées par la construction de ces infrastructures. C’est ce que montre un rapport de la Société pour les Peuples Menacés /Suisse - SPM. Le 30 septembre dernier, la SPM a invité deux leaders Munduruku, Alessandra Korap et le cacique Juarez Saw Munduruku à Berne. Avec eux, elle a tenu une réunion à la Banque nationale avec des représentants du Secrétariat d’État aux questions Financières Internationales – SFI, du Secrétariat d’État à l’économie – SECO et de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financier- FINMA. Quelle sera l’attitude des banques suisses ? Répondront-elles aux demandes des communautés autochtones ? Respecteront-elles droit des communautés à un consentement préalable, libre et éclairé ? Seront-elles impliquées dans des actes de violence contre les peuples indigènes du Brésil ?

    ***

    *L’organisme de la Conférence Nationale des Évêques du Brésil – CNBB en charge des questions indigènes.

    **Une synthèse a été publiée en français.

    ***

    PS 1 : Pour les années précédentes, voir sur ce blog les notes du 9 octobre 2020, 17 octobre 2019, 17 novembre 2018, 16 novembre 2017, 4 novembre 2016, 28 septembre 2015, 17 septembre 2014, 2 septembre 2013, 14 septembre 2012, 9 septembre 2011 et 3 août 2010

    PS 2 : Couverture / Photo de Chico Batata /Greenpeace Brasil / Elle a été prise en mai 2020 lors d’un survol d’un site d’orpaillage illégal de la Terre Indigène Yanomami -TI-Y (dans la partie de l’État de Roraima). L’Hutukara Associação Yanomami – HAY estime à 20'000 le nombre de garimpeiros présents dans ce territoire. Cliquer sur l’illustration pour en agrandir la taille.

    PS 3 : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 139, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève –CCP 15-728614-8 / IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8

    Lien permanent Catégories : La lettre d'AYA 0 commentaire
  • La COP26 donne la parole à une jeune indigène brésilienne

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Brasilia, COP26, Glasgow, Txai Suruí, Suruí Paiter, Almir Suruí, Ivaneide Cardozo, Ari Uru-eu-wau-wau, Lapetãnha, Sete de Setembro, Rondônia, Jair Bolsonaro, COIAB, APIB, ANMIGA, Joaquim Leite. John Kerry, Sauver la Planète, Corine Sombrun, Albin Michel, Jardin Botanique, GenèveLe 1er novembre, à Glasgow, lors de la cérémonie d’ouverture de la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique – COP 26, un temps de parole (2 min) a été donné à Txai* Suruí, étudiante en droit, fondatrice du Mouvement de la Jeunesse Indigène de l’État brésilien de Rondônia. Elle s’est exprimée en anglais :

    « Mon nom est Txai Suruí. Je n'ai que 24 ans, mais mon peuple (Suruí Paiter) vit dans la forêt amazonienne depuis au moins 6000 ans. Mon père, le grand chef Almir Suruí (1),connu au niveau international, m'a appris que nous devons écouter les étoiles, la lune, le vent, les animaux et les arbres...

    Aujourd'hui, le climat se réchauffe, les animaux disparaissent, les rivières meurent et nos plantations ne fleurissent plus comme avant. La terre parle. Elle nous dit que nous n'avons plus le temps.

    Une amie m'a demandé : continuerons-nous à penser que les blessures d'aujourd'hui peuvent être guéries avec des pommades et des analgésiques, même si nous savons que demain la blessure sera plus grande et plus profonde 

     Nous avons besoin de prendre un chemin différent avec des changements courageux et globaux. Ce n'est pas en 2030 ou 2050, c'est maintenant !...

    Alors que vous fermez les yeux sur la réalité, le gardien de la forêt Ari Uru-eu-wau-wau (2), mon ami d’enfance, a été assassiné pour avoir protégé la forêt. Les peuples autochtones sont au premier plan de l'urgence climatique et nous devons être au centre des décisions qui se prennent ici. Nous avons des idées pour ajourner la fin du monde...

    Arrêtons de proférer des promesses mensongères irresponsables. Mettons fin à la pollution des mots vides de sens et luttons pour avoir un futur et un présent vivables.

    Il faut toujours croire que le rêve est possible. Que notre utopie soit un futur pour la Terre.

    Merci. »

    Interviewée par Midia Ninja à propos de son discours, Txai s’est dite honorée d’y avoir pris la parole, ce qui était pour elle beaucoup de responsabilité. Elle parle de ses parents : sa mère, Ivaneide Cardozo, et son père, Almir Suruí, tous les deux engagés de longue date au sein des organisations indigènes. Txai est originaire de Lapetãnha, un village de la Terre Indigène Sete de Setembro dans l’État de Rondônia. La coiffe qu’elle porte a été confectionnée par ses oncles. Ceux-ci lui ont expliqué que chez les Suruí, cette forme de coiffe est portée à l’occasion d’une lutte, comme la lutte pour les droits des indigènes.

    Dans les jours qui ont suivi, la presse a rapporté les propos de Jair Bolsonaro qui dès, le 3 novembre, sans avoir expressément cité son nom, reproche à Txai d’avoir critiqué son propre pays : « Ils se plaignent que je n’étais pas à Glasgow. Pour attaquer le Brésil, ils y ont invité une indienne à la place de Raoni… »  

    Le 10 novembre, la Coordination des Organisations Indigènes du Brésil – COIAB a publié une note d’appui à l’indigène : … « Txai Surui, ta voix est notre voix ! Ta dénonciation est légitime ! L’espace que tu as occupé est aussi le nôtre, comme peuples originaires du Brésil. Tu n’es pas seule. Nous sommes nombreux ensemble dans cette lutte ! »

    Parmi les avancées de la COP 26 il y a l’annonce de la création d’un fonds de US$ 1,7 milliards pour aider les peuples indigènes à conserver leurs forêts. Et l’adoption, le 2 novembre, par les représentants de plus d’une centaine de pays – dont le Brésil et la Suisse - d’une « Déclaration » promettant de mettre fin à la déforestation d’ici à 2030. Á ce sujet, le 9 novembre, à son retour de Glasgow - où il était le chef de la délégation brésilienne - le Ministre de l’Environnement, Joaquim Leite, n’a pas répondu aux questions des journalistes sur le retrait des Projets de Lois en instance devant le Congrès national et qui sont susceptibles d’augmenter la déforestation…

    Les peuples indigènes brésiliens ont envoyé à Glasgow une délégation de 21 personnes, 5 hommes et 16 femmes, appartenant à trois organisations : l’Articulation des Peuples Indigènes du brésil – APIB (qui avait publié une déclaration affirmant qu’il n’y avait pas de solution à la crise climatique sans la participation des peuples indigènes), la Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne – COIAB et l’Articulation Nationale des Femmes Indigènes Militantes de l’Ancestralité – ANMIGA. La délégation a participé à 47 « événements », dont une rencontre avec John Kerry, l’envoyé spécial des USA pour le climat.

    La présence, à Glasgow, de nombreux représentants autochtones des différentes parties du monde est l’expression de la volonté de ces peuples d’avoir plus de pouvoir sur leur propre destin et celui de la planète. Les médias ont largement abordé le déroulement et les résultats mitigés de cette COP26. Merci de s’y reporter.

    ***

    *Prononcer « Tchai »

    (1)En juin 2007, Almir Suruí était au Jardin botanique de Genève pour la plantation d’un palmier Açai lors de la fête du développement durable . En 2015, avec Corine Sombrun, il publie « Sauver la planète » aux éditions Albin Michel (Paris).

    (2)Ari Uru-eu-wau-wau, 33 ans, enseignant, a été retrouvé mort sur le bord d’une route, au matin du 18 avril 2020. La police a confirmé que la victime était décédée d’un traumatisme crânien. Il était actif au sein de l’association de défense de l’environnement de l’État de Rondônia dont la fonction consiste principalement à enregistrer et dénoncer les extractions illégales de bois. Un an après les faits, le crime n’avait pas été élucidé. Il n’est pas la première victime de ce type d’engagement.

    ***

    Photo : Txai Suruí - Capture d’écran de l’enregistrement de Mídia Ninja. Cliquer sur l’image pour en agrandir la taille.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 139, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève – CCP 15-728614-8 / IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8