Brésil, la FUNAI veut réduire d’un tiers le nombre de Terres Indigènes qu’elle doit protéger

Imprimer

Brésil, Brasil, Brasilia, Manaus, COIAB, Coordenação das Organizações Indígenas da Amazônia Brasileira, Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne, APIB, Articulation des Peuples Indigènes du Brésil, Articulação dos Povos Indígenas do Brasil, Fondation Nationale de l’Indien, Fundação Nacional do Indio, FUNAI, Alcir Amaral Teixeira, ISA, Instituto Socioambiental, Ministério Público Federal, MPF, Ofício Circular No 18/2021/CGMT/DPT/FUNAI, Supremo Tribunal Federal, STF, Ato das disposições constitucionais transitóriasFin décembre 2021/début janvier 2022, les organisations indigènes brésiliennes ont eu connaissance d’une circulaire signée par Alcir Amaral Teixeira, le Coordinateur général de la surveillance territoriale (des Terres Indigènes - TI) à la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI. Dans ce document, le Coordinateur demande à ses services subordonnés, qu’à l’avenir, les plans de protection territoriale ne devront concerner que les TI « homologuées », c’est à dire celles dont le processus de protection est finalisé. Selon l’Institut Socio-Environnemental – ISA, sur les 726 TI que compte le Brésil, seulement 487 sont homologuées. Ainsi la FUNAI abandonnerait la protection d’un tiers des TI du pays. Les organisations indigènes n’ont pas tardé à réagir.

Le 10 janvier, la COIAB* et l’APIB* se sont adressées au Ministère Public Fédéral, la première à Manaus et la deuxième à Brasilia, en demandant la suspension des effets de la circulaire et une enquête sur d’éventuels délits administratifs commis par Alcir Amaral Teixeira. L’APIB s’est également adressée au Tribunal Supérieur Fédéral pour demander que le gouvernement brésilien respecte les droits territoriaux constitutionnels des peuples indigènes. Ces derniers s’appliquent indépendamment du statut juridique des TI.

L’article 67 de l’Acte des dispositions constitutionnelles transitoires, adopté en même temps que la Constitution de 1988, prévoit que l’Union doit conclure la démarcation des TI dans un délai de cinq ans, soit en octobre 1993 !

L’actuel Président brésilien, en novembre 2018, avant même sa prise de pouvoir, avait annoncé qu’il n’y aurait plus de démarcation de Terres Indigènes ! 

La volonté des Constituants est loin d’avoir été respectée.

Á suivre !

***

*COIAB > Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne

**APIB > Articulation des Peuples Indigènes du Brésil

***

Illustration : La carte des Terres indigènes du Brésil publiée par l’ISA. Cliquer sur l’image pour en agrandir la taille.

PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 140, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève –CCP 15-728614-8 / IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8

Les commentaires sont fermés.