orpaillage - Page 2

  • Amérindiens de Guyane : trente-sept propositions pour réduire l'épidémie de suicides

    Imprimer

    Trente-sept propositions ont été faites au gouvernement français pour lutter contre l'épidémie de suicides qui touche les Amérindiens de Guyane. Un taux de suicide, notamment chez les jeunes, 10 et 20 fois plus élevé que celui relevé dans l'Hexagone. Ce constat a conduit le premier ministre français, Manuel Valls à constituer une mission parlementaire chargée de rapporter sur "la compréhension des raisons susceptibles de générer un tel passage à l'acte et qui puisse permettre de déployer rapidement en Guyane des mesures d'accompagnement susceptibles de prévenir de tels drames humains." La mission a été confiée à Mesdames Marie-Anne Chapdelaine, députée, et Aline Archimbaud, sénatrice*. Leur rapport a été rendu public le 15 décembre.

    En ce qui concerne les origines de cette épidémie, "Les membres de la mission ont pu constater que les causes des suicides, ici comme ailleurs, sont multifactorielles (liées à l’isolement, économiques et sociales, intrafamiliales, identitaires et culturelles). Mais que « l’épidémie de suicides », pour reprendre le terme utilisé par nombre de ses interlocuteurs, était survenue dans le contexte d’une absence indiscutable d’accès aux services les plus élémentaires."

    Pour les mesures d'accompagnement, les deux parlementaires ont formulé trente-sept propositions classées en deux catégories. La première est constituée de seize mesures qualifiées de "prioritaires". La toute première étant de "Renforcer le dispositif de prise en charge psychiatriques des personnes en crise suicidaire, des membres des familles et communautés impactées par un suicide". Une autre étant de "Réaliser enfin dans les villages de l'intérieur les travaux d'infrastructure urgents : eau potable, électricité, réseau téléphonique et internet." A ce sujet "La mission tient à faire observer que dans une région où l’on tire des fusées et où les technologies les plus « avant-gardistes » sont utilisées, il est difficile d’admettre qu’il n’existerait pas de solutions pour permettre à ces populations d’être mieux desservies, même si on peut concéder que les difficultés de production d’énergie, les barrières géographiques et les contraintes d’entretien soient massives." Ou encore, dans le domaine de la culture : "Reconnaître les cultures et les langues amérindiennes en Guyane." Etc.

    La deuxième catégorie de mesures contient vingt-et-une propositions "complémentaires". Parmi celles-ci, onze concernent les services de santé; cinq l'éducation et la formation professionnelle; deux l'accès aux droits (emploi et autres); et, enfin, trois traitent de réformes institutionnelles.

    Les auteures du document rappellent l'importance de la mise en œuvre des mesures proposées : "Un risque a été fortement souligné par les interlocuteurs de la mission : celui de la répétition de missions officielles similaires, certaines mêmes étant sévèrement suspectées d’être à visée touristique, et dont les résultats se font tellement attendre que leur absence pèse considérablement sur la crédibilité des missions suivantes."

    Il est intéressant de noter que dans les annexes de leur rapport, les deux parlementaires ont publié l'entier de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones de septembre 2007 et de la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail de 1989 non ratifiée par la France.

    La balle est maintenant dans le camp du gouvernement !

    *Voir sur ce blog, la note du 29 octobre dernier.

                                                                        ***

    PS 1 : le "Recours de plein contentieux" formé par l'Association des Nations Autochtones de Guyane – ONAG et l'Association Solidarité Guyane devant le Tribunal administratif de Cayenne mettant en cause la responsabilité de l'Etat français dans la situation des communautés amérindiennes, notamment dans le domaine de la santé en raison de l'orpaillage illégal, a été jugé irrecevable le 5 novembre dernier (voir sur ce blog, la note du 17 décembre 2014). On reviendra sur ce sujet dans une prochaine note.

    PS 2 : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note sera reprise dans le prochain "AYA Info" No 107", le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Manuel Valls s'inquiète du taux de suicides chez les jeunes amérindiens de Guyane

    Imprimer

    À la fin du mois de mai dernier, le Premier Ministre français, Manuel Valls, a confié une mission parlementaire à Mmes Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis et Marie-Anne Chapdelaine, Députée d'Ille-et-Vilaine. Le Premier ministre commence ainsi sa lettre de mission : "Les communautés amérindiennes de Guyane comptent aujourd'hui près de 10'000 personnes. Ces communautés sont concernées par un taux de suicide, notamment parmi les jeunes, entre 10 et 20 fois plus élevé que celui relevé dans l'Hexagone. Ce constat préoccupant est observé depuis plusieurs années, avec toutefois une nette tendance à l'aggravation, relevée depuis peu. Cette situation appelle une réaction qui passe par la compréhension des raisons susceptibles de générer un tel passage à l'acte et qui puisse permettre de déployer en Guyane des mesures d'accompagnement susceptibles de prévenir de tels drames humains." Les deux chargées de mission étaient en Guyane entre le 19 et le 28 septembre où elles ont visité les communautés amérindiennes. Elles doivent rendre leur rapport avant le 30 novembre prochain.

    Le choix du Premier Ministre de confier une mission à Mme Archimbaud n'est certainement pas le fruit du hasard : le 15 avril 2014, la Sénatrice avait déjà interpellé la Ministre des outre-mer, Mme Pau-Langevin, sur le sujet. L'une des questions concerne la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail - OIT : Quand cette convention sera-t-elle appliquée ? Dans sa réponse, la ministre a répété la position du gouvernement français : "Cette question soulève une difficulté à laquelle nous nous heurtons également dans de nombreux autres domaines. La Constitution garantit l’égalité et l’unicité du peuple français. Par conséquent, il est très difficile de donner des droits spécifiques à une partie de ce peuple, notamment aux peuples autochtones. Pour autant, cela ne nous dispense pas d’essayer de faire en sorte que les pratiques et les savoirs locaux de ces populations qui vivent sur le fleuve puissent être pris en compte".

    Le dimanche 27 septembre, la députée d'Ille-et-Vilaine a donné une interview sur "France Ô" après une conférence de presse tenue à la préfecture de Guyane à Cayenne. La journaliste l'a questionnée sur le mal être des populations amérindiennes : En quoi les institutions peuvent intervenir sur les questions de société qui relèvent de l'identité ? La députée répond : "Par la reconnaissance des droits culturels. Un terme doit être mis en exergue, c'est le respect, l'égalité. La république n'abandonne personne. Elle doit être là pour garantir l'accès aux droits culturels, à la santé, à la scolarité… On n'a pas toujours reconnu aux amérindiens le droit à leur culture…"

    La parlementaire avait-elle à l'esprit le fait qu'en 2014, deux ONG, l'Organisation des Nations Amérindiennes de Guyane – ONAG et l'Association Solidarité Guyane , ont déposé un "Recours de plein contentieux" auprès du Tribunal administratif de Cayenne. Elles reprochent au gouvernement français de ne pas avoir pris les mesures nécessaires à la protection de la population contre les dangers de l'orpaillage illégal. L'audience, primitivement fixée au 18 juin dernier a fait l'objet d'une "Radiation" (d'un renvoi) au 5 novembre prochain. Ce recours a été médiatisé dans l'épilogue de l'ouvrage "Les abandonnés de la République" paru chez Albin Michel en septembre 2014*. Une partie du livre traite de l'épidémie de suicides chez les jeunes amérindiens.

    Ce printemps, le Comité pour l'Élimination de la Discrimination Raciale – CERD, rattaché au Haut Commissariat aux droits de l'homme des Nations Unies, a formulé une série de recommandations au gouvernement français au sujet de la situation des amérindiens de Guyane**.

    La mission parlementaire sera-t-elle suivie d'effets ?

    ***

    * Voir sur ce Blog la note du 17 décembre 2014

    ** Voir sur ce blog la note du 13 juin 2015

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note a été publiée dans "AYA Info" No 106, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Des "Abandonnés de la République" déposent plainte contre l'État français

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazônia, Amazonie, Amazonas, amérindiens, Guyane, orpaillage, François Hollande, hurleurs de Guyane, or, Raymond Depardon, Jean-Patrick Razon, Survival, Convention 169, OIT, Les abandonnés de la république, Albin Michel, Yves Géry, Aïkumalé Alemin, Alexandra Mathieu, Christophe Gruner, Alexis Tiouka, Florencine Edouard, Organisation des Nations Autochtones de Guyane,ONAG, Haut-Maroni, Guarani, William Bourdon, Association Solidarité Guyane, ASG, Tribunal administratif de Cayenne, Jean Desessard, George Pau-Langevin,TV5Monde, bushinenguéUn titre, "Les abandonnés de la République", et un sous-titre, "Vie et mort des Amérindiens de Guyane" telles sont les fortes affirmations résumant le contenu de l'ouvrage paru en septembre dernier chez Albin Michel*. Pendant trois ans, les trois auteurs, Yves Géry, Alexandra Mathieu et Christophe Gruner ont enquêté sur les conditions de vie des sept à dix mille Amérindiens, peuples premiers, de cette partie de l'Amérique. Ils ont interviewé plus de quarante personnes, dont trente-quatre Amérindiens parmi lesquels Alexis Tiouka, juriste spécialiste des droits humains et autochtones et Florencine Edouard**, coordinatrice de l'Organisation des Nations Autochtones de Guyane - ONAG.

    Une première partie de l'ouvrage retrace l'histoire de ce qui est maintenant une Région et un Département français de 83'846 km2. Une deuxième partie décrit les conditions vie déplorables dans lesquelles vivent les communautés, l'impact de la ruée vers l'or et la contamination due à l'usage du mercure par les orpailleurs illégaux. La troisième est consacrée à un phénomène moins connu : l'épidémie de suicides qui sévit dans le Haut-Maroni, avec un taux de prévalence dix-sept fois plus élevé qu'en France métropolitaine; un phénomène qui n'est pas sans rappeler ce qui se passe chez les Guarani du Brésil. Ces suicides sont symptomatiques de la détresse vécue par ces peuples. Le titre de l'ultime chapitre est en forme de question : "Un ethnocide annoncé ?" Il y a effectivement un risque réel de voir disparaître peuples et cultures amérindiennes, non seulement en Guyane, mais dans d'autres pays.

    L'épilogue évoque la plainte déposée par des Amérindiens contre l'État français. Effectivement, en décembre 2013, l'ONAG et l'Association Solidarité Guyane – ASG, par l'intermédiaire de leur avocat Me William Bourdon, déposent un "recours préalable" auprès du préfet de Guyane. Ils reprochent à l'administration de ne pas avoir pris les mesures préventives susceptibles d'éviter l'atteinte à la santé des personnes et à l'environnement causée par l'activité d'orpaillage. Ils dénoncent également les carences constatées dans la sanction des infractions à la loi. Le préfet n'a pas répondu dans les deux mois qui lui étaient impartis. Alors, le 22 avril 2014, les mêmes entités ont déposé un "Recours de plein contentieux" contre l'État auprès du Tribunal administratif de Cayenne. La requête a été transmise à la préfecture le 22 mai 2014. La justice est maintenant formellement saisie du dossier. Cette plainte marque la volonté des Amérindiens de lutter pour leur survie.

    Une autre proposition clos la préface de l'ouvrage signée par Raymond Depardon***, c'est une demande adressée au président français : "… il est temps qu'il reconnaisse les droits fondamentaux des peuples indigènes de la République, les meilleurs gardiens de la biodiversité, et qu'il envisage sérieusement la signature de la convention 169 de l'OIT". On a envie d'ajouter : et surtout qu'il en applique dès maintenant le contenu !"

    Le 11 décembre, au Sénat français, à l'heure des questions d'actualité au gouvernement, le sénateur écologiste de Paris Jean Desessard a interpellé le gouvernement au sujet des suicides chez les Amérindiens de Guyane. Dans sa réponse, Mme George Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer a annoncé l'envoi, sur place, d'une mission de l'inspection générale afin de dresser le bilan de ce qui s'y fait aujourd'hui. Lors de son prochain voyage en Guyane, elle a affirmé son intention de rencontrer le Conseil consultatif des peuples amérindiens et bushinengué (descendants d'esclaves marrons) afin que ces populations soient mieux associées à la politique menée et mieux prises en compte. La version écrite de ce dialogue peut être lue en cliquant > ici (Point 5).

    Ce 13 décembre, le groupement "Les hurleurs de Guyane" a diffusé une note rappelant que l'accord de coopération transfrontalière pour lutter contre l'orpaillage illégal conclu avec le Brésil en 2008, adopté par le parlement français en juillet 20011, et seulement approuvé par les députés brésiliens en décembre 2013 (à l'occasion d'une visite du président français), n'a toujours pas été promulgué par Brasilia.

    Cette organisation demande que l'État français passe d'une stratégie de communication à une stratégie publique de planification et d'actions proportionnées aux dommages. Elle demande aux parlementaires guyanais de déposer une proposition de résolution afin de créer une commission d'enquête parlementaire indépendante sur la manière dont ce dossier a été géré par l'État depuis les années 1990 et sur la manière dont il devrait être traité.

    À suivre…

    * Editions Albin Michel – Paris – 342 pages, 22,50 Euros, ISBN : 978-2-226-25695-9

    ** Voir sur ce blog les notes du 08 février 2013

    *** Voir sur ce blog la note du 30 décembre 2013

    Ci-dessous, une interview de Aïkumalé Alemin, Conseiller municipal de Maripasoula et du journaliste Yves Gery, diffusée le 30 septembre sur TV5 Monde.

     

    - PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Une version réduite de cette note a été publiée dans  "AYA Info" No 98, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • François Hollande, le Brésil, la Guyane et l'orpaillage illégal

    Imprimer

    Resté quasiment cinq ans dans les tiroirs et devant les Commissions du parlement brésilien, l'accord, signé en décembre 2008, pour renforcer la coopération entre la France et le Brésil afin de prévenir et réprimer l'orpaillage illégal en Guyane a été approuvé par la Chambre des députés le 12 décembre dernier. Le président français était alors en visite officielle au Brésil. Le parlement français l'avait adopté en juillet 2011 déjà. Cet accord, voulu par les deux présidents Lula et Sarkozy en février 2008, concerne les zones protégées ou d'intérêt patrimonial. Il s'applique dans une bande de 150 km de part et d'autre de la frontière. Il énumère une série de mesures à mettre en œuvre dans différents domaines. Par exemple, parmi les mesures pénales, il est prévu la confiscation des produits des infractions, mais aussi la confiscation et la destruction des biens et matériels utilisés pour commettre les infractions. Il devra encore être mis en œuvre. La France aura-t-elle plus de poids pour le faire appliquer maintenant que Brésil a choisi le Gripen suédois, au détriment du Rafale français, pour renouveler sa chasse aérienne ?

    Les forces de l'ordre ont également à contrôler la frontière avec le Suriname, pays avec lequel la France a un accord de coopération transfrontalière en matière policière, mais le président français souhaite un accord semblable à celui signé avec le Brésil.

    Le 6 décembre, peu avant l'arrivée F. Hollande en Guyane, la Préfecture de région avait fait le point sur l'orpaillage illégal. Elle a fait état d'une aggravation de la situation. Après un net recul en 2008 – 2009, tous les indicateurs sont en hausse sensible. En 2009, il avait été relevé 535 chantiers actifs, il y en avait 771 en 2013.

    La société civile guyanaise s'inquiète. Un collectif – Les Hurleurs de Guyane – composé d'une quarantaine d'associations a appelé à manifester le 13 décembre pour attirer l'attention de F. Hollande sur la gravité de la situation décrite dans un intéressant document d'une trentaine de pages. Ils y affirment que la production illégale de l'or est entre 3 et 20 fois la production d'or déclarée, comprise elle, entre 1 et 2 tonnes par an. Ce texte a été remis aux conseillers du président.

    Les 13 et 14 décembre, dans plusieurs de ses discours, le président de la république a évoqué le problème de l'orpaillage illégal : "Nous irons jusqu'au bout de ce combat" a-t-il annoncé à sa descente d'avion.  Il a rappelé la mort de trois militaires et les graves blessures dont ont été victimes deux légionnaires dans les opérations de lutte contre l'orpaillage illégal. Devant les élus, puis devant les acteurs économiques de Guyane, il a repris une proposition qui lui a été faite de créer un opérateur public qui, "dans le respect de l'environnement, permettrait une exploitation de l'or guyanais au bénéfice de la seule Guyane".

    Un contact avec les organisations amérindiennes de Guyane n'était pas prévu au programme de la visite. Et, apparemment, celles-ci ne se sont pas manifestées. Cependant, à l'occasion de ce voyage, Raymond Depardon, photographe et cinéaste; Michel Adam, anthropologue et professeur; ainsi que Jean-Patrick Razon, directeur de Survival International – France, ont signé une "Tribune" dans le quotidien "Le Monde" du 12 décembre : … "Si François Hollande aspire à faire de la France "la nation de l'excellence environnementale", il est temps qu'il reconnaisse les droits fondamentaux des peuples indigènes de la République, les meilleurs gardiens de la biodiversité, et qu'il envisage sérieusement la signature de la convention 169 de l'OIT". En Guyane ce sont certainement les populations amérindiennes qui souffrent le plus de l'orpaillage illégal comme l'a bien montré le film "Dirty Paradise" de Daniel Schweizer*.

    Enfin, le Brésil n'ayant pas encore terminé les travaux d'accès au pont sur l'Oyapock et permettant une liaison routière avec la Guyane, l'inauguration n'a pas été programmée pour cette visite… La construction du pont avait été annoncée en février 2008. L'inauguration était souhaitée pour 2010.

    * Le film a été présenté en mars 2010 au Festival du Film et Forum sur les droits humains –FIFDH de Genève où il a reçu le Grand Prix de l'État de Genève – voir AYA Info No 48

    ***

    À tous les lecteurs de ces notes, amis ou inconnus, réguliers ou occasionnels, je souhaite une année 2014 de "Bien vivre" et de progrès vers une "Terre sans mal", selon des expressions utilisées par les peuples indigènes.

    ***

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des  sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, souvent en portugais, permettent d'en "savoir plus".

    - Cette note a été publiée dans AYA Info (No 89), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • TI Yanomami : des "violations de domicile" à répétition

    Imprimer

    Brasil,Brésil,Amazônia,Amazonie,FUNAI,Fundação Nacional do Indio,Hutukara,HAY,rio Ajarani,Roraima,Yanomami,CNRS,François Michel Le Tourneau,Instituto SocioAmbiental,ISA, garimpeiros,orpaillage,orpailleurs,Rainforest,Boa Vista,AYA,Polícia federal,Caracaraí,Davi Kopenawa,Yekuna,João Batista CatalanoL'Est de la Terre Indigène Yanomami (TI-Y) - la partie qui se trouve dans l'État de Roraima - est particulièrement exposé aux invasions et incursions d'orpailleurs, pêcheurs, petits paysans, exploitants forestiers. Cette situation a été rappelée en octobre dernier, lors de la VIIe Assemblée générale de l'Hutukara Associação Yanomami*

    Une expédition a été organisée pour établir un "état des lieux" de ces occupations illégales. Le 27 octobre, elle a commencé à parcourir les 280 km de cette portion de frontière de la TI-Y, à partir du rio Ajarani en remontant vers le Nord. Elle est composée de membres de la Fondation Nationale de l'Indien – FUNAI, de l'Hutukara Associação Yanomami – HAY, de l'Instituto SocioAmbiental – ISA. Un chercheur du Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS (France), François Michel Le Tourneau, a rejoint le groupe le 3 novembre. C'est une initiative soutenue par la Fondation Rainforest de Norvège.

    Dans les premiers rapports publiés par ISA le 6  et le 14 novembre, le groupe a pu constater que certains panneaux qui interdisent l'accès à la TY-Y sont illisibles ou à terre. Il a retrouvé des filets de pêche, des traces de campements. La progression de l'expédition est ralentie par la sécheresse qui sévit en Amazonie et qui rend la navigation difficile.

    Un bilan de l'expédition a été présenté le 24 novembre dans la communauté Serrinha située dans la municipalité de Caracaraí. Les leaders ont dénoncé le fait que la Funai n'a pas terminé l'évacuation de tous les envahisseurs. L'expédition a pu constater qu'il existe encore des zones où la forêt a été préservée. Mais elle relève aussi que le front de colonisation agricole se rapproche des limites de la TI-Y. Il a été décidé de donner une formation à une cinquantaine d'indigènes pour qu'ils soient en mesure de surveiller cette partie du territoire Yanomami.

    Pour Davi Kopenawa Yanomami, présent pour ce bilan : "Cette terre est démarquée par le gouvernement fédéral, mais même ainsi, les fazendeiros n'en sont jamais sortis. Ils sont ici parce qu'ils sont protégés par le gouvernement de (l'État) de Roraima. Mais notre heure va arriver pour qu'ils sortent. Nous avons de la patience".

    Encore une opération contre l'orpaillage illégal**

    Par ailleurs, le 14 novembre dernier, des agents de la FUNAI, accompagnés de six Yanomami, ont arrêté 52 garimpeiros (orpailleurs) qui pratiquaient illégalement l'orpaillage dans la région du rio Apiaú, une zone difficile d'accès. En infériorité numérique, les agents de la FUNAI, n'ont pas pu empêcher la fuite de 27 orpailleurs. Seulement 25 d'entre eux ont pu être conduits au siège de la Police Fédérale de Boa Vista – la capitale de l'Etat - pour y être entendus et enregistrés. L'orpaillage étant considéré comme un délit mineur, ils ont été remis en liberté… Selon João Batista Catalano, coordinateur du front de protection ethno-environnemental Yanomami /Yekuna, il y aurait 1'200 garimpeiros dans la TI-Y.

    En guise de rappel : en 2011, peu après la diffusion, sur le réseau de télévision Globo, le 9 octobre, d'un reportage sur l'orpaillage illégal dans la TI Yanomami. Et une audience publique, sur le même sujet, à la Chambre des Députés le 27 octobre suivant, une opération de police avait permis la destruction de plusieurs points d'orpaillage et l'inculpation de près d'une trentaine de garimpeiros.

    ***

    * Voir sur ce blog, la note du 09/11/2012

    ** Voir sur ce blog, les notes des 18/11/2011, 21/10/2011 et  07/10/2011

    Carte : Instituto Socioambiental (ISA) – La frontière Est de la Terre Indigène Yanomami.

    PS : L'activation des liens hypertextes renvoie aux sources utilisées pour la rédaction de cette note. Elles sont souvent en portugais, sauf quand il s'agit d'anciens "AYA Info".

    Une version réduite de cette note a été publiée dans "AYA Info" No 77, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

  • Guyane française : Nicolas Sarkozy chez les Wayana

    Imprimer

    C'est en Guyane française que le Président Sarkozy a présenté ses vœux à la France d'Outre-mer les 21 et 22 janvier. À son arrivée à Cayenne, le président a rendu hommage (1) à un célèbre enfant de Guyane, Félix Éboué (2), petit-fils d'esclave, né en 1884 d'un père orpailleur et d'une mère épicière. Après des études en France, il entre dans l'administration coloniale. Il est Gouverneur au Tchad en 1940 quand il rallie le camp du général De Gaulle qui le nomme Gouverneur de l'Afrique Equatoriale Françaises - AEF (3). Il a fait de cette colonie le premier territoire de la France Libre. Décédé en Egypte en 1944, ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1949. En 1937, à l'occasion de la remise des prix aux élèves du lycée Carnot, de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Félix Éboué avait prononcé un discours intitulé "Jouez le Jeu" (4). Ce 21 janvier, Nicolas Sarkozy en a cité quelques extraits dans son allocution, quand il a donné le nouveau nom de l'aéroport de Cayenne : jusque-là appelé Rochambeau, il portera désormais le nom de Félix Éboué.

    Après cette cérémonie, le Président, accompagné de Mme Kosciusko-Morizet, Ministre de l'écologie et du développement durable, s'est rendu à Taluen, un village amérindien Wayana du Haut Maroni, dans le Parc Amazonien de Guyane - PAG. Le directeur du Parc a évoqué la question de l'orpaillage illégal dans la région, un problème majeur pour les populations amérindiennes. Nicolas Sarkozy a annoncé aux villageois que le montant de la vente de l'or saisi sera investi pour créer des infrastructures dont ils ont besoin. Il s'agit donc d'un financement aléatoire. Le kilo d'or vaut ces jours-ci environ 42'570 Euros, soit près de 51'300 CHF.

    Le 11 janvier, la préfecture de Guyane avait présenté le bilan 2011 de l'opération "Harpie", le nom de l'action contre l'orpaillage illégal :  4'127 missions de la gendarmerie et de l'armée, 11 kg d'or et 136 kg de mercure saisis, ainsi que des armes, des moteurs hors-bord, des pirogues et autre matériel et 60 personnes écrouées. La préfecture a présenté l'orpaillage comme "contenu". "On est très loin de l'éradication totale" affirme un journaliste de France-Guyane. Selon lui la quantité d'or saisi est dérisoire. À la veille de l'arrivée du président, une fusillade avait éclaté sur un site d'orpaillage qui aurait fait 9 morts et 2 blessés graves.

    Selon "France - Guyane", les organisations représentatives des autochtones n'étaient pas présentes lors de cette visite dans le Haut Maroni. En effet, un contact avec les organisations amérindiennes ne figure pas au programme du voyage présidentiel. Pourtant, il existe un "Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinenge (5) de Guyane" qui a été installé le 4 juin 2010. La France n'a pas ratifié la Convention 169 de l'Organisation Internationale du Travail qui protège les peuples indigènes et tribaux. La situation des amérindiens de Guyane est décrite sur le site Internet de Survival France (6).

    Primitivement envisagée à l'occasion de cette visite, l'inauguration du pont binational (France/Brésil) sur l'Oyapock a été remise à une date ultérieure. Ce report s'explique notamment par le retard pris, côté brésilien, dans l'aménagement des voies d'accès et dans la consolidation de la route qui conduit à Macapá, la capitale de l'État de l'Amapá, voisin de la Guyane. Il s'agit d'un ouvrage qui fait débat. Il en sera question dans une prochaine note.

    ***

    (1) L'hommage de Nicolas Sarkozy à Félix Éboué peut être visionné sur Youtube :

    http://www.youtube.com/watch?v=R7A70U4eP6I&feature=related

    (2) Une biographie de Félix Éboué : http://fr.wikipedia.org/wiki/Félix_Éboué

    (3) L'AEF est une ancienne colonie qui réunissait les actuels États de la République du Congo, la République Centrafricaine, le Gabon et le Tchad.

    (4) Félix Eboué : "Jouez le jeu"

    http://halleyjc.blog.lemonde.fr/2008/12/28/jouer-le-jeu-felix-eboue-compagnon-de-la-liberation-discours-prononce-a-la-distribution-des-prix-du-lycee-carnot-a-pointe-a-pitre-le-1er-juillet-1937/

    (5) "Bushinenge" est le nom donné aux communautés composées de descendants d'esclaves marrons, ainsi qu'à leurs membres. Au Brésil ce sont les populations appelées "Quilombolas".

    (6) Le site de Survival : http://www.survivalfrance.org/peuples/guyane

    - Pour en savoir plus (en français) :

    - Le site de France - Guyane : http://www.franceguyane.fr/regions/guyane/taluen-s-apprete-a-recevoir-sarkozy-21-01-2012-114366.php et  http://www.franceguyane.fr/regions/guyane/orpaillage-clandestin-une-guerre-perdue-d-avance-14-01-2012-113598.php

    - Le site de Guyane - La 1ère :  http://guyane.la1ere.fr/infos/actualites/nicolas-sarkozy-a-la-rencontre-des-peuples-du-haut-maroni_80660.html et

    - "Le Monde" :  http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2012/01/23/la-promesse-du-president-aux-amerindiens_1633031_3232.html

    Une version réduite de cette note a été publiée dans "AYA Info" (No 68), le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

     

  • Orpaillage illégal : les forces fédérales se bougent enfin !

    Imprimer

    Réclamée depuis longtemps par les Yanomami, la Police fédérale et l'armée ont déclenché, début novembre, une action d'envergure - plus de 840  hommes - pour faire cesser le "garimpagem" (l'orpaillage) illégal dans l'aire indigène Yanomami. La Fondation Nationale de l'Indien - FUNAI, était également impliquée dans cette opération appelée "Baixo Rio Branco". Le délégué de la Police fédérale a fait savoir que si l'essentiel de l'opération était bien de mettre un terme au "garimpagem ", elle visait également à mieux contrôler la zone frontalière du Brésil avec la Guyana et le Venezuela.

    Les forces fédérales ont concentré leur action dans la partie de la Terre Indigène Yanomami de l'État de Roraima. Plus particulièrement sur les rios Mucajaí et Couto Magalhães.

    Selon un premier bilan, treize garimpeiros (orpailleurs) ont été arrêtés. Onze "garimpos" (lieux d'orpaillage) ont été désactivés, six barques de dragage ont été coulées, des pompes, des générateurs, des tronçonneuses ont été détruits. Des denrées alimentaires ont été saisies rendant très difficile la vie des "garimpeiros" qui se sont enfuis dans la forêt à l'arrivée des forces fédérales. L'attente de la Police fédérale est de les voir se rendre. Le préjudice subi par les garimpeiros et les personnes qui financent cette activité est estimé à plus d'un million de Reais*.

    Cette opération est intervenue près d'un mois après la publication, le 9 octobre, par Rede Globo d'un reportage sur l'orpaillage illégal. Elle a été déclenchée quelques jours après l'audience publique qui a eu lieu le 27 octobre, sur le même sujet, à la Chambre des députés.

    L'histoire récente de cette région montre la faculté des garimpeiros et de ceux qui en financent l'activité à s'adapter aux circonstances. En d'autres termes, il s'agit de savoir si les autorités les laisseront reprendre ces pratiques illégales dans un avenir plus ou moins lointain ?

    Pour l'heure, sur son site Internet, l'Hutukara Aaaociação Yanomami - HAY, l'organisation du peuple Yanomami, n'a pas publié de prise de position particulière sur cette opération. Elle a simplement repris les articles - avec quelques photos - publiés par la "Folha de Boa Vista". Cette note est en grande partie tirée de ces informations.

    ***

    * 1'000'000 Reais =  516'726 CHF ou 417'224 Euros ou  563'085 US$ (au 17/11/2011)

    Pour en savoir plus (en portugais) :

    - Le site l'Hutukara Associação Yanomami - HAY : http://www.hutukara.org/garimpo-ilegal/

    - Voir les notes publiées les 7 et 21 octobre sur ce blog.

    - Voir aussi "AYA Info" No 65, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

     

    Lien permanent Catégories : La lettre d'AYA 0 commentaire
  • Le prix de l'or met en danger les Yanomami

    Imprimer

    Au début du mois de septembre, l'Hutukara Associação Yanomami - HAY a dénoncé la présence illégale de nombreux garimpeiros (orpailleurs) dans la Terre Indigène Yanomami (TI Y). Plus précisément dans les environs de la communauté indigène de Homoxi (État de Roraima). Ils seraient entre 1'000 et 1'500 dans sept lieux différents. L'information a été donnée à l'occasion de la réunion régionale de l'HAY qui s'est tenue les 6 et 7 septembre dans la communauté indigène Kori Yaupë dans la région de Surucucu.

    La recrudescence de l'orpaillage est attribuée à l'augmentation du prix de l'or sur le marché international. La recherche de l'or pollue les rivières. Une pollution à l'origine de l'augmentation des maladies au sein des populations riveraines. La sécurité alimentaire est compromise. L'HAY a également signalé la destruction de cultures dans certains villages et le vol de médicaments commis par des garimpeiros dans un poste de santé de la région de Papiú.

    L'HAY s'inquiète encore de constater que certains Yanomami de la région de Parafuri commencent s'allier aux garimpeiros facilitant ainsi leur progression à l'intérieur de la Terre Indigène Yanomami - TI-Y.

    L'HAY demande l'intervention des autorités. Le Conseil Indigène de Roraima - CIR a adressé une lettre à la présidente de la république, Dilma Roussef demandant le retrait des garimpeiros et de tous les envahisseurs de la TI-Y. À la Chambre des députés, la députée fédérale Janete Capiberibe a dénoncé cette violation des droits des peuples indigènes.

    Par ailleurs, le 14 juillet dernier, lors d'un vol de reconnaissance effectué par l'HAY et le Front de protection ethno - environnemental Yanomami et Ye'kuana de la FUNAI, un groupe d'environ 70 Yanomami ayant très peu de contacts avec ses voisins a été localisé dans la région de rio Uxiú. Il s'agirait d'un groupe "disparu" depuis la seconde moitié des années 90. Le rôle du Front de protection est d'empêcher un contact improvisé, notamment avec les garimpeiros qui sont dans la région.

    Une raison de plus pour les autorités de procéder à leur évacuation.

    Pour en savoir plus (en portugais);

    - La présence de garimpeiros : http://www.hutukara.org/folha-de-boa-vista-indios-denunciam-que-a-presenca-de-garimpeiros-avanca-na-area-yanomamiq.html

    - Des Yanomami qui sont aux côtés des garimpeiros :

    http://www.hutukara.org/indios-da-regiao-do-parafuri-aderem-ao-garimpo-na-area-yanomami.html

    - La lettre du CIR à Dilma Roussef :  http://www.coiab.com.br/coiab.php?dest=show&back=noticia&id=758&tipo=N&pagina=1 /

    - L'argumentation de la députée Janete Capiberibe : http://www.hutukara.org/images/stories/REQ_84_2011_CAINDR1.pdf

    - Un groupe de Yanomami "isolé" :  http://www.socioambiental.org/nsa/detalhe?id=3416

    Cette note (modifiée) a été publiée dans "AYA Info" No 64, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA - 15, Chemin de la Vi-Longe  -  CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2

     

    Lien permanent Catégories : La lettre d'AYA 0 commentaire