anmiga

  • La COP26 donne la parole à une jeune indigène brésilienne

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Brasilia, COP26, Glasgow, Txai Suruí, Suruí Paiter, Almir Suruí, Ivaneide Cardozo, Ari Uru-eu-wau-wau, Lapetãnha, Sete de Setembro, Rondônia, Jair Bolsonaro, COIAB, APIB, ANMIGA, Joaquim Leite. John Kerry, Sauver la Planète, Corine Sombrun, Albin Michel, Jardin Botanique, GenèveLe 1er novembre, à Glasgow, lors de la cérémonie d’ouverture de la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique – COP 26, un temps de parole (2 min) a été donné à Txai* Suruí, étudiante en droit, fondatrice du Mouvement de la Jeunesse Indigène de l’État brésilien de Rondônia. Elle s’est exprimée en anglais :

    « Mon nom est Txai Suruí. Je n'ai que 24 ans, mais mon peuple (Suruí Paiter) vit dans la forêt amazonienne depuis au moins 6000 ans. Mon père, le grand chef Almir Suruí (1),connu au niveau international, m'a appris que nous devons écouter les étoiles, la lune, le vent, les animaux et les arbres...

    Aujourd'hui, le climat se réchauffe, les animaux disparaissent, les rivières meurent et nos plantations ne fleurissent plus comme avant. La terre parle. Elle nous dit que nous n'avons plus le temps.

    Une amie m'a demandé : continuerons-nous à penser que les blessures d'aujourd'hui peuvent être guéries avec des pommades et des analgésiques, même si nous savons que demain la blessure sera plus grande et plus profonde 

     Nous avons besoin de prendre un chemin différent avec des changements courageux et globaux. Ce n'est pas en 2030 ou 2050, c'est maintenant !...

    Alors que vous fermez les yeux sur la réalité, le gardien de la forêt Ari Uru-eu-wau-wau (2), mon ami d’enfance, a été assassiné pour avoir protégé la forêt. Les peuples autochtones sont au premier plan de l'urgence climatique et nous devons être au centre des décisions qui se prennent ici. Nous avons des idées pour ajourner la fin du monde...

    Arrêtons de proférer des promesses mensongères irresponsables. Mettons fin à la pollution des mots vides de sens et luttons pour avoir un futur et un présent vivables.

    Il faut toujours croire que le rêve est possible. Que notre utopie soit un futur pour la Terre.

    Merci. »

    Interviewée par Midia Ninja à propos de son discours, Txai s’est dite honorée d’y avoir pris la parole, ce qui était pour elle beaucoup de responsabilité. Elle parle de ses parents : sa mère, Ivaneide Cardozo, et son père, Almir Suruí, tous les deux engagés de longue date au sein des organisations indigènes. Txai est originaire de Lapetãnha, un village de la Terre Indigène Sete de Setembro dans l’État de Rondônia. La coiffe qu’elle porte a été confectionnée par ses oncles. Ceux-ci lui ont expliqué que chez les Suruí, cette forme de coiffe est portée à l’occasion d’une lutte, comme la lutte pour les droits des indigènes.

    Dans les jours qui ont suivi, la presse a rapporté les propos de Jair Bolsonaro qui dès, le 3 novembre, sans avoir expressément cité son nom, reproche à Txai d’avoir critiqué son propre pays : « Ils se plaignent que je n’étais pas à Glasgow. Pour attaquer le Brésil, ils y ont invité une indienne à la place de Raoni… »  

    Le 10 novembre, la Coordination des Organisations Indigènes du Brésil – COIAB a publié une note d’appui à l’indigène : … « Txai Surui, ta voix est notre voix ! Ta dénonciation est légitime ! L’espace que tu as occupé est aussi le nôtre, comme peuples originaires du Brésil. Tu n’es pas seule. Nous sommes nombreux ensemble dans cette lutte ! »

    Parmi les avancées de la COP 26 il y a l’annonce de la création d’un fonds de US$ 1,7 milliards pour aider les peuples indigènes à conserver leurs forêts. Et l’adoption, le 2 novembre, par les représentants de plus d’une centaine de pays – dont le Brésil et la Suisse - d’une « Déclaration » promettant de mettre fin à la déforestation d’ici à 2030. Á ce sujet, le 9 novembre, à son retour de Glasgow - où il était le chef de la délégation brésilienne - le Ministre de l’Environnement, Joaquim Leite, n’a pas répondu aux questions des journalistes sur le retrait des Projets de Lois en instance devant le Congrès national et qui sont susceptibles d’augmenter la déforestation…

    Les peuples indigènes brésiliens ont envoyé à Glasgow une délégation de 21 personnes, 5 hommes et 16 femmes, appartenant à trois organisations : l’Articulation des Peuples Indigènes du brésil – APIB (qui avait publié une déclaration affirmant qu’il n’y avait pas de solution à la crise climatique sans la participation des peuples indigènes), la Coordination des Organisations Indigènes de l’Amazonie Brésilienne – COIAB et l’Articulation Nationale des Femmes Indigènes Militantes de l’Ancestralité – ANMIGA. La délégation a participé à 47 « événements », dont une rencontre avec John Kerry, l’envoyé spécial des USA pour le climat.

    La présence, à Glasgow, de nombreux représentants autochtones des différentes parties du monde est l’expression de la volonté de ces peuples d’avoir plus de pouvoir sur leur propre destin et celui de la planète. Les médias ont largement abordé le déroulement et les résultats mitigés de cette COP26. Merci de s’y reporter.

    ***

    *Prononcer « Tchai »

    (1)En juin 2007, Almir Suruí était au Jardin botanique de Genève pour la plantation d’un palmier Açai lors de la fête du développement durable . En 2015, avec Corine Sombrun, il publie « Sauver la planète » aux éditions Albin Michel (Paris).

    (2)Ari Uru-eu-wau-wau, 33 ans, enseignant, a été retrouvé mort sur le bord d’une route, au matin du 18 avril 2020. La police a confirmé que la victime était décédée d’un traumatisme crânien. Il était actif au sein de l’association de défense de l’environnement de l’État de Rondônia dont la fonction consiste principalement à enregistrer et dénoncer les extractions illégales de bois. Un an après les faits, le crime n’avait pas été élucidé. Il n’est pas la première victime de ce type d’engagement.

    ***

    Photo : Txai Suruí - Capture d’écran de l’enregistrement de Mídia Ninja. Cliquer sur l’image pour en agrandir la taille.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 139, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève – CCP 15-728614-8 / IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8

  • Brasilia : des milliers de femmes indigènes manifestent pour la vie

    Imprimer




    brasil,brésil,brasilia,anmiga,articulação dos povos indígenas do brasil,apib,articulation des peuples indigènes du brésil,supremo tribunal federal,stf,tribunal suprême fédéral,santa catarina,xokleng,terre indigène,ti,terra indígena,ibirama-la-klano,constituição,edson fachin,galdino de jesus dos santos,pataxo-hã-hã-hãe,bolsonaro,sônia bone guajajara,cerd,comité de l’onu contre la discrimination raciale,haut-commissaire des nations unies aux droits de l’homme,michelle bachelet,pdl no 1772021,alceu moreira,nunes marques,alexandre de moraes,articulação nacional de mulheres indígenas guerreiras da ancestr,articulation nationale des femmes indigènes guerrières de l’anceC’est la deuxième fois* que les femmes indigènes se donnent rendez-vous à Brasilia pour la défense de la vie. Cette IIe marche a eu lieu du 7 au 11 septembre, dans un contexte tendu en raison de la pandémie et de la situation politique. Elles étaient entre quatre et cinq mille de 172 peuples différents, originaires de tout le pays. Le thème de la rencontre : « Femmes originaires : reforestation des esprits pour la guérison de la Terre ». Dans un manifeste, elles en appellent à l’humanité pour une nouvelle relation avec la Mère Terre : « Il est nécessaire et urgent que nous nous reconnections avec la Mère Terre. C’est l’unique manière de maintenir nos corps vivants ….  S’inquiéter de la Mère Terre c’est fondamentalement s’inquiéter de nos propres corps et esprits… Ensemble nous allons construire le bien-vivre pour tous ! ». La marche a été organisée par l’Articulation Nationale des Femmes Indigènes Guerrières de l’Ancestralité - ANMIGA et de l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB. L’importance de cette mobilisation montre que les femmes indigènes sont maintenant une composante majeure du mouvement indigène brésilien.

    Alors qu’elles étaient dans la capitale fédérale, le 9 septembre, le Tribunal Suprême Fédéral – STF poursuivait le jugement opposant un groupe de fazendeiros, soutenu par le gouvernement de l’État de Santa Catarina, au peuple Xokleng. Un conflit dit de la « Marque temporelle » relatif à la démarcation de la Terre Indigène (TI) Ibirama-La-Klano. Le STF - qui avait annoncé que sa décision aurait une portée générale - doit dire si la démarcation (la protection officielle) d’une TI est possible même si elle n’était pas occupée au moment de l’adoption de la Constitution en 1988. Ce jour-là le juge rapporteur de la cause, Edson Fachin, s’est prononcé contre cette limitation. Ce qui a réjoui les indigènes venus suivre les débats sur un écran géant.**

    La marche prévue le 9 septembre a été reportée au lendemain. Le cortège est passé par la place où, au matin du 20 avril 1997, un groupe de cinq jeunes à bouté le feu à un indigène - Galdino de Jesus dos Santos, 44 ans, Pataxo-hã-hã-hãe - qui dormait à un arrêt de bus. Le leader indigène n’a pas survécu à ses brûlures. Un mannequin à l’effigie de Bolsonaro y a été brûlé « Ensemble nous brûlons le racisme, la violence contre les femmes et pour que jamais plus un indigène soit brûlé vif dans ce pays. » dit Sônia Bone Guajajara, leader de l’APIB. Cette 2e marche des Femmes indigènes suit le Campement « Lutte pour la vie » qui a eu lieu également à Brasilia entre le 22 et le 28 août organisé par l’APIB**.

    Ces mobilisations ont une répercussion au niveau international. La situation des indigènes du Brésil préoccupe divers organes des Nations Unies. Le 25 août le Comité de l’ONU contre la Discrimination Raciale - CERD a questionné le Gouvernement brésilien sur sa politique en matière de non-discrimination, en particulier l’accès des peuples indigènes aux services de santé, y compris ceux qui vivent en dehors des Terres Indigènes. De son côté, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, lors de l’ouverture – le 13 septembre - de la 48e session du Conseil des droits de l’homme s’est dite inquiète des attaques récentes effectuées par des garimpeiros contre les Yanomami et Munduruku***. Elle demande aux autorités brésiliennes de ne pas dénoncer la ratification de la Convention 169 de l’OIT relative aux peuples indigènes et tribaux comme le prévoit le Projet de Décret Législatif PDL No 177/2021 déposé le 27 avril 2021 par le député Alceu Moreira (MDB-RS).

    Comme jamais depuis de nombreuses années, les menaces qui pèsent sur l’avenir des peuples indigènes du Brésil ont été aussi graves. Mais ceux-ci sont décidés à défendre leurs droits.

    ***

    *La première fois c’était en 2019.Voir sur ce blog, la note du 19 août 2019

    **Voir sur ce blog, la note du 30 août 2021. L’examen du différend s’est poursuivi le 15 septembre par le vote du ministre Nunes Marques qui s’est déclaré favorable à la « Marque temporelle ». Un autre juge, Alexandre de Moraes, a demandé plus de temps pour se décider. Le jugement est remis à une date ultérieure non fixée. Le 16 septembre, 150 leaders indigènes de 13 peuples différents ont adresser un courrier à ce juge lui demandant de s’opposer à la « marque temporelle » et la reprise rapide du jugement.

    ***Voir sur ce blog, la note du 28 mai 2021

    ***

    Illustration : « 2e marche des femmes indigènes ».Cliquer sur la vignette pour en agrandir la taille.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain "AYA Info" No 139, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève – Attention : le No de CCP de AYA a changé, le nouveau no est le CCP 15-728614-8 et l’IBAN : CH 26 0900 0000 1572 8614 8

    Lien permanent Catégories : La lettre d'AYA 0 commentaire