paul vi

  • Dom Pedro Casaldáliga, un allié des indigènes brésiliens est décédé

    Imprimer

    Brasil, Brésil, Amazonie, Brasilia, Amazônia, Pedro Casaldáliga, bispo emérito, São Felix do Araguaia, Mato Grosso, MT, APIB, TI Marãiwastsédé, Direitos humanos, Dilma Rousseff, Tomas Balduino, Paul VI, Catalogne, Théologie de la LibérationDom Pedro Casaldáliga, évêque émérite de la Prélature de São Felix do Araguaia, (État brésilien du Mato Grosso - MT) est décédé à São Paulo le 8 août à l’âge de 92 ans. Au cours de sa vie, il s’est beaucoup engagé en faveur des peuples indigènes du Brésil.

    Sur sa page Facebook, le 8 août, l’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil – APIB lui rend cet hommage : « L’Articulation des Peuples Indigènes du Brésil déplore le décès de Dom Pedro Casaldáliga, grand défenseur des Droits humains, allié des peuples indigènes. Connu pour la simplicité de son mode de vie, l’évêque émérite de la Prélature de São Felix do Araguaia (MT) a affronté les latifundistes pour défendre les droits des travailleurs ruraux et des indigènes. Pour avoir dénoncé l’esclavage, la marginalisation… il a souffert de beaucoup d’attaques et de tentatives d’assassinat. Il ne s’est pas tu, ni laissé intimider. Il a continué son engagement pour la justice sociale par ses écrits et ses livres. En ces temps difficiles nous sommes irrémédiablement consternés de perdre un allié comme Pedro ».

    À titre d’exemple (1), Dom Pedro était déjà évêque émérite quand, en 2012, il a soutenu les indigènes Xavante (2) engagés dans une opération de récupération de leur Terre Indigène Marãiwatsédé occupée par des fazendeiros. Son engagement lui a valu des menaces de mort. Pour le protéger, la police l’avait invité à quitter sa résidence pour un lieu tenu secret. Lors de la 18e édition de la remise du « Prix droits humains 2012», Dilma Rousseff, alors Présidente de la République, lui avait rendu hommage alors qu’il souffrait déjà de la maladie de Parkinson. Il était représenté à la cérémonie par Dom Tomas Balduino (3), lui aussi distingué pour ses engagements en faveur des droits humains.

    Dom Pedro est né en Catalogne en 1928. Il a été ordonné prêtre en 1952. Il part au Brésil en 1968 alors que la dictature militaire était au pouvoir. Le pape Paul VI le nomme évêque en 1971 à la tête de la prélature São Felix do Araguaia. En 1993, il publie un livre « Spiritualidade da libertação » (Spiritualité de la libération) très lu dans les Communautés Ecclésiales de Base. Il a été un adepte de la Théologie de la Libération.

    Dans la notice que lui consacre le Dictionnaire historique de la théologie de la libération (4), il est rapporté qu’en 1988 : « la Nonciature [la représentation du Vatican au Brésil] lui envoie un document de mise en demeure qu’il est prié de signer : il ne devra ni voyager dans un autre diocèse sans l’accord explicite de l’évêque du lieu, ni s’exprimer au sujet de la Théologie de la Libération, ni autoriser la publication de catéchismes que le Vatican juge « hétérodoxes ». Une fuite dans la presse venue de Rome rend le fait public. Il s’en suit un important mouvement de solidarité et Casaldáliga ne signe pas le document ».

    Plus récemment, en février 2020, dans son exhortation apostolique post-synodale « Chère Amazonie » le pape François, à propos de la nécessité de valoriser la mystique autochtone de l’interconnexion et l’interdépendance de toute la création, cite (§ 73) un passage d’un poème de Dom Casaldáliga.

    Sa sépulture a lieu ce 12 août à São Felix do Araguaia. Dom Pedro a marqué l’histoire de l’Église catholique au Brésil et en Amérique latine.

                                                                               ***

    (1)Voir sur ce blog, la note du 28 décembre 2012

    (2) Prononcer « Chavante »

    (3) Voir sur ce blog, la note du 9 mai 2014

    (4) Éditions jésuites / 2017 / ISBN 978-2-87299-313-0

    Photo : Dom Pedro Casaldáliga / Prélature de São Felix do Araguaia.

    PS : L'activation des liens hypertextes (en bleu) renvoie à une partie des sources utilisées pour la rédaction de cette note. Ces sources, permettent d'en "savoir plus".

    Cette note sera publiée dans le prochain « AYA Info » No 133, le bulletin de l'association "Appui aux indiens Yanomami d'Amazonie" - AYA / 13, rue des Bossons - CH - 1213 Onex / Genève - CCP 17-55066-2